Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Super Bingo !

Publié le par Bernard Oheix

A l'occasion de mon départ à la retraite, j'ai décidé de rééditer quelques articles de mon blog concernant ma vie professionnelle...Non pas en une tentative désespérée de recyclage, mais tel un éclairage nouveau, une façon de rendre les éloges dont je suis récipendiaire plus ambiguës, complexes. Derrière la statue du commandeur, il y a aussi les affres de la création !

Re-bonne lecture !

 

40 ans que je fais ce métier. J’en ai vécu des cas de figure, réussites, échecs, entre les deux. A chaque fois, on tente d’en tirer des leçons et de se rendre plus performants, de s’améliorer, de ne pas reproduire les erreurs passées…Mais parfois, même ce travail s’avère impossible, c’est ainsi, quelquefois, c’est arrivée à Cannes, un vendredi 13 !

 

Un parapluie d’une valeur de 15€ offert par le groupe L…B…, un bon pour une boisson non alcoolisée et un jeton de 5€ pour les machines à sous…5ème quine et la tempête gronde ! Nous allons jouer maintenant pour le carton plein, deux places pour le magnifique spectacle du Palais des Festivals, les Moines de Shaolin…Je ne sais pas pourquoi, mais c’est à ce moment que j’ai compris que nous étions dans la merde, une belle et énorme merde…Comment en étions-nous arrivés là ?

 

Tout a commencé il y a presque une année avec ma collaboratrice Nadine S, chargée du Festival International des Jeux. C’est une manifestation incroyable, titanesque qui se déroule pendant une semaine au mois de février. 150 000 visiteurs en train de jouer, 15 000 inscrits à des compétitions, le monde entier des jeux regroupé sur 30 000 m2, des champions et des amateurs, des hommes femmes, enfants, riches et pauvres s’évertuant à jouer à tous les jeux possibles et imaginables, des plus simples aux plus sophistiqués, bien français ou exotiques (Mah-jong, Go, Awalé…). 50 nationalités, un univers de règles et de règlements qui laissent une totale liberté aux individus, se confrontant aux autres pour mieux se connaître, s’affrontant pour découvrir ses propres limites.

Une tour de Babel ! C’est génial, émouvant, beau et terriblement chargé d’amitié et de respect. Pas une tension à l’horizon, la preuve, si besoin était, que l’on peut vivre à plusieurs, par milliers, avec ses différences, une belle leçon d’humanité chaque année pour beaucoup de responsables divers qui devraient plus traîner dans les travées du Palais à observer ce microcosme que dans les antichambres du pouvoir à rêver de transformer un monde qui ne demande rien !

 

Replongeons-nous quelques mois en arrière. Nadine me déclare, quelques restrictions budgétaires obligeant, que nous allons diminuer la partie spectacle du Festival (toujours onéreuse !), en profitant de l’aubaine d’un vendredi 13 opportunément glissé dans nos dates du Festival, pour réaliser une grande première : un loto ! Bingo !

Génial. J’ai la pratique de cet exercice, ayant animé à moult occasions les lotos du club de football de mon fils à l’époque glorieuse de ses exploits en short sur les terrains boueux de la région ! J’en ai pratiqué des tirages de numéros en glosant sur les chiffres, recherche de lots et autres saucisses frittes mayonnaise sur les tables des salles des sports où nous récupérions un peu d’argent pour les têtes blondes qui nous étaient chères !

C’est une bonne idée que nous validons par une recherche de partenaires, un grand casino du coin, une équipe de spécialiste des animations de jeux avec lesquels nous collaborons depuis de longues années (Destination J…)… Et c’est parti pour de nouvelles aventures !

Le temps passant, je me suis bien vaguement inquiété quelques jours avant.

-Alors ce loto ?

-Pas de problèmes, les lots sont beaux.

-Et c’est quoi ?

-Un séjour au Majestic (un palace), une console Nintendo, plein de trucs encore…

Je sais que c’est là que j’ai fait une erreur, dans le plein de trucs « encore », j’aurais dû me méfier, creuser le dossier, exiger de voir la liste des lots mais les garanties conjuguées de nos deux partenaires m’ont fait baisser la garde et oublier que ni Nadine S, ni Eurielle D, les deux responsables de mon équipe de ce dossier, n’avaient jamais assisté à un loto de leur vie !

Mal m’en pris. La litanie des parapluies a commencé devant 800 personnes ébahies, dont, il faut le dire, les 2/3 étaient des professionnels convaincus du Bingo, alléchés par la publicité d’un grand loto à Cannes avec des prix prestigieux (sic).

Les lazzis fusant au rythme des parapluies généreusement dispensés furent complétés par des stocks d’un jeu, le Deluxe Camping, qui nous restaient sur les bras et dont Nadine profitait de cette occasion inespérée pour les fourguer en quantité industrielle aux victimes du Loto. Ainsi donc, les participants ayant payé 3€ le carton, 10€ les 5 et 20€ les 10, pouvaient gagner de haute lutte, après des empoignades titanesques, des parapluies dans une ville où il ne pleut jamais (enfin presque !), et des jeux sur un camping dans une ville symbole du luxe et des palaces. Cherchez l’erreur !

Quand la vague de contestations s’est transformée en tsunami, j’ai compris que je me trouvais devant une alternative simple : me casser en me planquant ou rester et en prendre plein la gueule ! Les sourires anxieux d’Eurielle et de Nathalie, la stagiaire dont c’était le baptême du feu (...et quel baptême !) m’ont hélas contraint à puiser dans ma réserve en restant comme un capitaine à la barre de son navire en train de sombrer corps et biens. Fidèle au poste.

Dans un réflexe de survie, j’envoie Eurielle récupérer tout ce qu’elle peut dénicher dans nos réserves comme lots potentiels, dictionnaires, consoles vidéo, assortiment de jeux…je fais éditer 50 places de spectacles (Fame, Carolyn Carlson (les pauvres !), Cirque de Chine… et dans les hurlements du public, annonce une pause de 20 minutes. L’équipe des « professionnels » de Destination J flirte avec la crise de nerfs, l’animatrice fond en larmes et laisse sa place à un garçon…plus résistant. Au passage, attribuons-lui le crédit d’avoir réussi à annoncer un 98 devant la foule esbaudie, ce qui fait légèrement désordre, vu que c’est un numéro qui n’existe pas et qu’elle avait confondu avec le 86 ! Au bar, débordé et dévalisé, tenu par les joueurs de tarot stupéfaits, les hurlements montent pendant que nous rectifions le tir avec Eurielle et Nathalie en recomposant à vue les lots. On passe de 8 parties restantes à 4, on entasse dans les sacs des collections de parapluies, de bons divers non-alcoolisés, billets de spectacles, porte-clefs, jeux, consoles, séances gratuites de fitness…On force le rythme devant les yeux ébahis de 800 joueurs dont certains hilares couvrent de leurs rires les cris de colère d’une minorité d’acariâtres. On avance dans la nuit avec la certitude que le mur se profile à l’horizon et que l’on s’écrasera dessus sans rémission !

Les deux derniers cartons pleins tirent enfin quelques soupirs envieux de la masse des perdants et de timides applaudissements pour les quelques gagnants bienheureux. C’est la fin. Avec Eurielle, nous nous installons devant notre table et attendons la dernière salve et la ruée prévisible des mécontents avec, à la clef, notre exécution en place publique.

Et voici donc le bal qui s’ouvre avec une charmante dame aux yeux cruels, dénonçant à haute voix notre incompétence, cette parodie de « grand loto », l’incurie de l’équipe d’animation et l'extrême pauvreté des lots du Casino L…B…

Elle est là celle qui ouvre les hostilités..mais la meute attend dans l'ombre ! Vous apercevez les visages  tendus d'Eurielle et de Nathalie observant le désastre annoncé !

Je reste stoïque. J’abonde même, surenchérissant sur l’échec de la soirée et dans notre autocritique. Je me flagelle jusqu’à ce qu’elle en reste coite, désarmée…La deuxième vague arrive et j’en rajoute, effectue mon autocritique, me fouette avec délice, foule ma fierté jusqu’à ce qu’une « histrionne » de bas étage me traite de voleur, m’accusant de détourner l’argent du Loto. Là, je dois le dire, je vois rouge, craque et commence à insulter la moitié de la terre, les joueurs, leurs mères et pères, ancêtres et descendants…  Je leur parle du Festival des Jeux qui est gratuit, des 500 000€ que la ville consacre à les divertir pendant cette semaine, des efforts consentis pour leur offrir des conditions exceptionnelles de séjours et d’activités…Mon ton et mes yeux qui roulent comme des billes de loto épileptiques (les revoilà les numéros !) calment la foule et surnageant par-delà les récriminations, quelques encouragements solidaires me réchauffent (enfin !) le cœur en m’offrant un réconfort bienvenu ! Au moins, se trouvait-il dans cette salle immense, quelques joueurs qui, à défaut d’apprécier les parapluies et les boissons non-alcoolisées, m’accordèrent le crédit d’avoir tout tenté pour sauver du désastre ce qui devait être une fête et se transformait en Bérézina !

Humanité cruelle ! 10 ans que je n’avais vécu une telle galère !

Un loto, un vendredi 13, sincèrement, j’aurais dû me méfier….

 

Bon, une dizaine de lettres de réclamations, quelques coups de fil à la mairie, et la vie a repris son cours ! Quelques réponses s’adaptant au ton des récriminations et de mon humeur, une réunion avec les casinotiers partenaires (!!) pour débriefer cette soirée d’enfer avec une distribution de volée de bois vert où chacun en prit pour son grade (y compris votre serviteur par lui-même flagellé !), la facture divisée par deux pour nos partenaires professionnels du Loto…et le long fleuve tranquille s’est remis à couler, le mauvais temps s’est estompé à l’horizon jusqu’à rire des avatars de notre organisation particulièrement brillante ! C’est sûr, la prochaine fois qu’il y aura un vendredi 13 pendant le Festival des Jeux, je me débrouillerai quand même…pour me tirer aux Galápagos !

Et ne me parlez plus de Bingo !

 

 

Voir les commentaires

Sur le fil

Publié le par Bernard Oheix

Tiens, tiens...

Une nouvelle. Cela fait un bon moment que je ne vous en ai pas proposée. Alors, pendant que  je suis en Crête, en train de profiter du soleil et de la mer chez mon ami Richard Stephant, une nouvelle pour les amateurs de tendresse et d'un monde d'harmonie.

Bonne lecture

 

Naître entre le premier et le douzième tintement de la cloche de minuit, le 31 décembre 1999, fait-il de vous un être humain du 2ème millénaire agonisant ou  l’acteur d’un monde nouveau en train de s’ériger vers la conquête du troisième millénaire ? Cette question m’a longuement taraudée tant elle me semble symbolique de l’agitation et du désordre que mon corps véhicule. J’ai bien tenté d’en savoir plus, interrogeant sans répit ma mère et mon père, j’ai envoyé des courriels au médecin qui m’avait accouché et à tous ses collaborateurs, j’ai enquêté auprès de tous ceux et celles qui avaient assisté à cette parturition suffisamment dramatique pour marquer les esprits et laisser un souvenir indélébile aux présents qui affrontèrent les affres de ma naissance. Tous sont formels, au douzième coup de minuit, l’ensemble des témoins oculaires peuvent vous confirmer que mon torse et les deux bras étaient à l’air libre et que seul mon ventre et les jambes restaient emprisonnés dans le ventre de ma mère. Ma naissance est donc bien intervenue au moment précis où le siècle bascule et je fais fi des polémiques sur le début du millénaire. Je suis bien né  à 0 heure de l’an 2000.

Je glissais naturellement de ce cocon qui m’avait abrité pendant de si longs mois, personne ne se doutant de ce qui allait arriver, à commencer par ce médecin de garde qui s’était ramené en catastrophe à l’appel du service de garde et qui, les mains tremblantes, tentaient de me saisir au passage en dissimulant son état d’ébriété avancée.

Il est vrai que j’avais surpris tout le monde en avançant péremptoirement la date de ma délivrance, à commencer par ma mère qui ne comprenait pas mon acharnement à venir au monde si rapidement et qui en découvrirait bien assez tôt les raisons, et à fortiori, ce médecin de permanence qui  avait profité  de la proximité d’un nouveau millénaire pour le fêter en l’arrosant abondamment.

Désirant en finir au plus vite et n’ayant qu’une connaissance très intuitive de mon environnement, tirant toute mon énergie de ce placenta qui me nourrissait, j’avais dans l’urgence de ce temps qui filait déjà si rapidement pour moi, décidé d’en finir avec les préliminaires et de naître in petto. Las ! J’aurais dû prendre quelques précautions, observer et capter les signes du dérèglement ambiant, mais j’étais jeune à l’époque et mon impétuosité n’avait d’égale que cette frénésie de vie qui bouillonnait en moi. A ma décharge, notez que je n’avais vraiment pas une minute à perdre.

Le médecin ne tenait pas l’alcool, il le savait pourtant, et quand ma mère a perdu les eaux et que le travail a commencé à marche forcée, il était trop tard, le mal était fait. L’hôpital est un monde clos qui a ses propres règles, où les hiérarchies en place ne se contestent pas, où l’inexpérience d’un médecin commis d’office à ce réveillon de la Saint Sylvestre ne peut bousculer les rituels et les codes en vigueur. Il était l’accoucheur et le resterait pour mon malheur et celui de ma mère. Quand il m’a saisi pour me tirer de ma tanière, au douzième coup de minuit, ses mains tremblaient tellement qu’il m’a lâché et que j’ai ricoché sur le ventre de ma mère. J’ai commencé à glisser sur la peau rebondie et luisante de celle qui m’avait engendré au 1er avril précédent, réconciliation tardive de la sortie nocturne de mon père avec ses collègues du bureau et qui, en titubant, s’était fait pardonner ses infidélités en l’honorant mécaniquement après lui avoir juré de ne plus recommencer et de devenir enfin cet adulte qu’elle pensait épouser de longues années auparavant, quand elle rêvait encore d’un monde à construire dans lequel les femmes et les hommes regarderaient dans la même direction. N’imaginez point qu’elle était faible et inconsistante, mais elle était femme, elle pensait sincèrement que l’amour exonère des vilenies et qu’il suffit de si peu pour ériger le bonheur en art de vie.

Voilà donc que je ricoche sur ses genoux et que je bascule dans le vide. Je sais que je n’ai pas eu peur, juste étonné et perplexe de ces cris qui montaient et couvraient le mien. C’est le cordon qui m’a protégé, un lien ombilical si solide qu’il s’est tendu à se rompre et que j’ai commencé à me balancer, les pieds s’agitant furieusement à la recherche d’un point d’appui, le visage bleuissant sous l’effet d’une anorexie qui me gagnait du fait de ce lien qui s’était entortillé autour de mon cou et qui, tout en m’évitant une chute qui aurait pu être mortelle, m’étouffait inexorablement.

J’ai vu mes premières étoiles dans les éclairs blancs qui déchiraient ma nuit, j’ai entendu un concert d’exclamations et je peux vous assurer que j’ai eu la force de sourire quand le médecin s’est évanoui en régurgitant tout le champagne dont il avait abusé, en ce soir de veille, sur le carrelage de cette salle d’opération transformée en champ de combat, moi, me balançant en cadence dans les hurlements de ma mère, la tête à quelques centimètres des déjections qui jonchaient le pavé froid.

C’est une jeune stagiaire mignonne et délurée qui m’a sauvé en se saisissant d’un de mes pieds pour me brandir, tel un premier trophée accroché à sa future panoplie de sage-femme, tout en me dénouant du collet qui m’asphyxiait et en me frappant vigoureusement les fesses afin de permettre à la circulation sanguine de revenir baigner mes poumons. Je ne suis pas certain qu’elle ait eu raison et que sa promptitude à me sauver soit la meilleure chose qui me soit arrivé…mais que voulez-vous, elle pensait bien faire, elle était à l’orée de sa vie professionnelle. Elle ne savait pas encore, qu’en cette nuit de cauchemar, elle allait sauver un bébé et trouver un mari en la personne du médecin qui, au sortir du coma éthylique dont il était victime, lui fut tellement reconnaissant de son réflexe salvateur, qu’il l’épousa quelques mois après pour se faire pardonner, lui offrant une existence de confort et un statut envié auprès de toutes les élèves infirmières aspirant à trouver un mari dans les plus hauts strates de la hiérarchie médicale.

Mon père avait refusé d’assister à l’accouchement, et même s’il l’avait voulu, il serait arrivé en retard, buvant copieusement à cette occasion, dans une boîte de nuit en anticipation de ma naissance. Il enterrait pour la énième fois sa vie de garçon dans les bras d’une pute polonaise qui lui offrait son corps contre un peu de menue monnaie et la certitude de pouvoir oublier tout ce qui se tramait dans cette salle d’opération d’un hôpital de province qui le terrorisait. Il n’était pas vraiment doué, ce père, et même son spermatozoïde avait des faiblesses, bien qu’il faille reconnaître qu’il n’y était pour rien dans cette malédiction et ne pouvait la deviner. Il ne fait aucun doute qu’il eût mieux valu qu’il ne puisse fertiliser ma mère, en ce 1er avril où il m’offrit un beau cadeau, avec la fécondation réussie de l’ovule qui s’ouvrait aux coups de boutoir de son sexe. Il aurait mieux fait de rester, cette  nuit-là, avec une de ces prostituées qui lui permettaient de fuir son présent et de clore définitivement ses rêves d’adolescent troublé par les charmes d’une demoiselle qui partageait son temps entre le lycée et sa couche et qui m’enfanterait presque dix ans après, dans la douleur d’une fuite éperdue.

Voilà donc l’histoire authentique de ma naissance, pas celle de ma vie qui est encore plus éphémère, mais celle qui prélude à ma destinée tragique. Produit du coït insatisfaisant d’un couple désaccordé, surgi inopinément, une nuit qui fit basculer l’humanité dans un nouveau millénaire, dans les bourrasques d’un dérèglement dont mon horloge interne allait  être le cruel dépositaire, j’ai donc été amené à grandir…et cela je sais le faire !

Si vous calculez bien, j’ai  quatre années de vie civile derrière moi, un compte très facile à effectuer puisque nous sommes le 31 décembre 2004, et si je vous écris, c’est que dans ma tête, j’ai trente ans, la force de l’âge mental…même si mon enveloppe charnelle atteste que 60 années biologiques m’ont usé prématurément.

Vous ne me croyez pas ? Vous pensez à un de ces délires de mythomane pervers, aux élucubrations d’un fumeur de haschich ou pire, aux dérives d’un psychopathe en train d’échafauder ses plans tordus pour justifier l’innommable ! Allez donc demander à messieurs Hutchinson et Gilford, si vous les rencontrez ! Posez leur la question qui me taraude : pourquoi le chromosome 1 ? Pour quelle raison mon code génétique comporte-t-il une minuscule erreur, une simple faute d’orthographe sur la séquence LMNA ? Peut-être connaissez-vous cette monstruosité sous le nom de « progéria » (du grec geron qui signifie vieillard), ou plutôt sous sa terminologie populaire de vieillissement pathologique accéléré … Vous avez dû, sans aucun doute, en voir à la télévision les soirs de téléthon, d’étranges enfants au corps difforme, le cheveu rare, les muscles atrophiés, la peau tavelée et le cerveau si jeune dans cette cosse percluse que l’on détourne le regard pour ne point sonder leur vision du néant qui les guette comme un corbeau juché sur leurs épaules.

Je ne verrai pas la fin de ce millénaire, je ne serai pas centenaire, je n’ai fait qu’entrevoir une étape de la vie, et je ne sais pas si je dois le regretter !  Quelqu’un qui naît dans des conditions aussi rocambolesques a-t-il le droit de vivre pour se moquer des hommes et de leurs lois ? Peut-être ai-je un peu de compassion pour tous ceux qui m’ont connu et que j’aurais aimé remercier de leurs soins, ceux qui se sont accrochés à ma vie pour la rendre possible en un si court laps de temps que la tâche en était inhumaine et qu’ils doivent se sentir trahis que je les quitte déjà. Mais le film était en accéléré et l’opérateur n’avait plus le contrôle de ma destinée.

N’ayez pas peur, mon calvaire se termine. Chaque minute me rapproche encore plus de la vraie délivrance, et ce jour-là, je n’aurai pas de toubib ivre pour me laisser échapper, pas de mignonne infirmière nue sous sa blouse en provocation à l’ordre établi, pas de mère éplorée et de père bourré au bar du coin, non, je serai seul comme j’aspire à l’être, je serai libre comme vous ne l’avez jamais été, je serai moi, comme jamais je ne l’ai été.

Voir les commentaires

C'est quand les vacances ?

Publié le par Bernard Oheix

Bon, d'accord, c'est un peu provocateur pour quelqu'un qui, depuis le 1er juillet, est censé profiter du soleil et de siestes réparatrices et ne plus avoir, ni horaires, ni contraintes ! Le temps de la Liberté en quelque sorte, version paradisiaque et sociale de sous les pavés, la plage, 44 ans après !

 

Peut-être, mais c'était méconnaître le planning des Nuits Musicales du Suquet dont j'assume la Direction Artistique pour les 3 prochaines éditions. Le montage de Mozartissimo, un étrange OVNI réunissant 43 musiciens sous la férule de Philippe Bender de l'Orchestre Régional de Cannes Provence Côte d’Azur, 2 soprani sublimes (Amira Selim et Antonella Gozzoli) et une bande de techniciens sous la responsabilité de Paolo Micciché, le metteur en scène avec qui j'avais réalisé le Jugement Dernier/Requiem de Verdi, occupés à composer une ode visuelle aux ouverture et aria de Cosi Fan tutte, Don Giovanni et autres Flûte Enchantée… Compte tenu que c'était complet depuis 15 jours, que l'on a jonglé entre les plannings divers des uns et des autres, les aléas climatiques et la légendaire aptitude de la technique moderne à enfiler des  perles, un casse-tête pour nuits blanches ! Un triomphe pour le public !

Il y a aussi Sarah Nemtanu, l'authentique interprète de la musique du film Le Concert. A l'origine, elle devait inviter Mélanie Laurent, l'actrice aussi chanteuse pour une rencontre passionnante... Exit Mélanie en tournage avec quelque monstre sacré du cinéma américain et bienvenue à Juliette, son univers déjanté au service du classique dans un projet original... réconciliant tous les publics présents, classique comme moderne, enterrant toute querelle derrière le bon goût, l'élégance et l'humour !

Il y avait enfin un monstre sacré, ou sacré monstre, comme vous l'entendez...  Nigel Kennedy, avec son Bach qui se transforme en Deep Purple d'anthologie, smoke on water pour l'éternité, dégaine de clown triste mais passion extrême dans l'archet, errant sur tous les chemins de traverse d'une musique sans frontières !

Nigel-eric.jpg

Le fou génial, le punk de la musique classique, l'homme qui fait voler les frontières en éclats... Nigel Kennedy, après le concert, tout heureux du tour qu'il a joué à ceux qui pensaient que la musique classique sentait la naphtaline !

 

Et notre curé national, William Sheller, voix miraculeuse pour une dialogue plein d'humour

entre sa musique, ses chansons en adresse au public... Deux heures à le séduire en communion, tout le monde debout pour une ovation finale à un homme qui n'a pas de raison de ne pas être heureux.

Restait Laure Favre-Khan, belle à la crinière blonde avec des doigts effilés et longs pour séduire l'assistance avec un Chopin que les mots de sa correspondance lus par Charles Berling rendaient tellement présent, comme si derrière le génie, la peur, la maladie, l'angoisse créatrice le rendaient si charnel que sa musique en devenait une lecture de sa vie.

Et pour finir, Fazil Say, un Turc habité, faisant chanter son piano, lui tirant des sons étranges en le faisant respirer. Tableaux d'une exposition... œuvre enchantée, quand la prouesse est au service de l'imagination, qu'elle prend le pouvoir pour nous entraîner dans un monde de perfection !

Si l’on rajoute les expériences de 19h dans la cour du Musée de la Castre, un jardin chantant avec des œuvres en bois sculptées dans des arbres, percussion/saxo, deux solistes russes et une magnifique création de Gilles Saissi autour du tango, méditation musicale et dansante en équilibre entre la voix de Carlos Gardel et les mélodies chaudes d’une Argentine moite par une équipe jeune de solistes sublimés !

6 soirées complètes, une programmation touchant plusieurs publics et rajeunissant l'assistance, un climat de sérénité et d'enthousiasme, comme si cette unité dans la diversité avait enfanté d'un monde un peu meilleur ! Je me souviendrai longtemps de cette édition, la première où je suis véritablement libre de programmer sans l'ombre tutélaire de son créateur, et des sourires heureux des 4000 personnes qui l'ont plébiscitée !

Alors à l'an prochain donc, pour une nouvelle aventure et en attendant, vive un début de retraite bien méritée en Crête  pour 3 semaines farniente à  l'ombre des verres d'uzo en fleurs ! 

Voir les commentaires

La révérence de Bernard Oheix

Publié le par Bernard Oheix

Voici le texte que j'ai envoyé le 29 juin 2012, dernier jour officiel dans ma fonction de Directeur de l'Evènementiel au sein du Palais des Festivals et des Congrès de Cannes avant mon départ à la retraite. Un texte particulier pour une journée bien particulière... Il fut expédié à tous mes contacts professionnels, aux amis, à tous ceux qui entrèrent en contact avec moi au fil de ces années de passion. Ce texte invitait à une réponse...Elles sont arrivées, en nombre, et continuent d'irriguer mon mail...N'hésitez pas, s'il vous inspire, par mail, sur ce blog, par pigeon voyageur ou sur des calebasses, c'est une des dernières occasions d'entrer en dialogue avec moi avant une longue eclipse...

 

BO-presentation.jpg

 

 

L’heure de mon départ a sonné !

C’est avec énormément d’émotion que je quitte mes fonctions de Directeur de l’Evènementiel ce 1 juillet 2012  avec comme nouvel horizon, celui d’une retraite en chantant avec la satisfaction du devoir accompli !

J’aurais pu m’accrocher encore un peu aux ors du pouvoir, mais à l’instar de Zizou, j’ai peur de faire la saison de trop ! Et puis, quand on a la chance d’être remplacé par Sophie Dupont, mon adjointe depuis 22 ans, on ne transige pas avec l’âge de son départ !A 62 ans, il me reste tant de beaux souvenirs de toutes ces années passées au Palais des Festivals de Cannes. J’ai  eu quelques quarts d’heure de gloire comme dirait Andy Warhol : le concert d’Archive avec l’Orchestre Symphonique de Cannes avec mon ami Michel Sajn (mon plus beau concert !) et le come-back de Liza Minnelli, la recréation du Festival de la Pyrotechnie, la dynamique autour du Festival des Jeux, la rencontre avec Kasparov et ma victoire contre Karpov… à la belote, la mise sur pied des « saisons culturelles d’hiver et d’été » à Cannes, la présence affirmée de la Musique du Monde (Salif Keita, Idir, Ismael Lô, Youssou N’Dour, Cesaria Evora, Mariza….), les compagnies du festival de la danse et Béjart, la fureur de quelques riffs de guitare et de tirades en slam, quelques spectacles bien dérangeants et magiques comme le concert sous la mer (!!), Nilda Fernandez, Mano Solo, les légendes Aznavour, Bécaud, Nougaro, quelques mains de stars (Ah ! le more, more de Kim Basinger) et bien sûr, cette apothéose des filles du « Crazy » à mes côtés pour mon dernier réveillon en chant du cygne (le noir, pas le blanc !).

J’ai aimé travailler dans ma ville, dans ce Palais mythique.

Avant tout, j’ai aimé les liens que nous avons noués au fil des préparations de ces saisons, des Womex et autres festivals où nous nous sommes croisés. J’ai aimé les discussions sur les spectacles, la diversité réelle de ce monde de la culture, les coups de cœur et de folie, les interrogations et les espoirs…

J’ai eu mon comptant de regrets et d’échecs, comme tout un chacun… mais on oublie les mauvais souvenirs pour ne garder que les bons, ceux où nous avons vibré ensemble au service de cette cause d’une culture qui élève, qui grandit et rend plus intelligent l’être humain.

Je vous quitte en restant malgré tout un peu parmi vous. La Direction du Palais des Festivals et Sophie Dupont m’ont proposé de garder la  Direction Artistique des Nuits Musicales d’un Suquet new-look qui tentera de moderniser un peu cette musique classique si belle qu’il est impossible de la laisser moisir dans la naphtaline !

Et puis, quelques autres projets pour finir dans la passion un chemin commencé… dans la passion.

J’ai aimé la culture plus que tout autre chose au monde et j’espère l’avoir servie avec constance, pas toujours sans humilité mais rarement avec orgueil, juste au milieu de tout, tel un vecteur, un trait d’union, le go-between qui annonce le soleil et l’aube d’un temps nouveau !

Alors, à ceux que je ne verrai plus, je dis merci pour ce que nous avons partagé…

Aux autres que je retrouverai bientôt, en avant pour de nouvelles aventures !

A tous, Vive la Vie et continuons le combat !

 

Et Bonne Chance à l’Evènementiel du Palais des Festivals de Cannes qui, sous la houlette de Sophie Dupont, inventera de nouvelles voies pour atteindre le cœur du public et donnera un nouvel élan à la culture du monde. C’est elle désormais qui sera votre interlocutrice attentive.

Merci à cette équipe de 9 personnes que j’aime et qui m’ont accompagné avec ferveur  pendant toutes ces années de bonheur et de rêves.

Merci à mon adjointe de toujours, celle avec qui je composais un tandem forgé dans l’airain, Sophie Dupont, à Nadine Seul la reine des jeux et des Russes, Eurielle Desevedavy si précieuse et si précise, Marie Antoinette Pett une secrétaire arc-boutée à défendre son Directeur, Cynthia Rebérac qui rompit sa chrysalide dans cette Direction pour devenir une femme accomplie, Nitya Fornaresio s’épanouissant au fil des années dans sa fonction relationnelle, Florence Jacquot qui étrenna son statut de TUC avec moi au siècle dernier et aux pauvres deux garçons, Hervé Battistini et Jean Marc Solbes régisseurs et artificiers, complices en rires, qui subirent en ma compagnie, l’avanie de ce bataillon féminin rouge aux couleurs de la vie !

 

PS : je garde cette adresse mail mais vous pouvez aussi me contacter sur mon adresse mail personnelle (bernardoheix@hotmail.com) ou sur mon Iphone  +33 6 73 61 52 70

Voir les commentaires

Tirant sa révérence...

Publié le par Bernard Oheix

Voilà, c'est fait... J'ai atteint cette ligne d'horizon qui semble si lointaine en début de  carrière... la retraite en chantant ! J'aurais dû me lever ce lundi 2 juillet, prendre ma moto et rejoindre mon bureau du Palais des Festivals de Cannes... Mais le temps se brise, et l'écho du passé vient résonner. J'ai bientôt 62 ans, j'ai choisi de suspendre ce qui a représenté 40 années de ma vie sociale, mon métier, ma place, une façon d'être, d'exister dans le regard des autres.

J'ai eu mon comptant de satisfactions et bien plus d'un quart  d'heure de cette gloire dont parlait Andy Warhol même si c'est bien dérisoire de regarder son passé pour comprendre son avenir.

Cela a été si rapide, un éclair ! Petits jobs d'été, Maître d'internat dans l'Education Nationale, les MJC, Directeur adjoint de l'Office de la Culture de Cannes, Directeur de l'Evènementiel au Palais des Festivals...

Voici un texte qui est paru dans le dernier bulletin des salariés. On me l'a demandé comme le dernier hommage au fossile de la Culture que je représente et je l'ai écrit avec beaucoup de sincérité et une grande émotion !

Parce que la vie continue mais qu'une page s'est définitivement refermée pour moi. Parce que derrière toutes ces lignes qui se fondent dans l'azur au fur et à mesure que l'on avance dans la vie, le néant guette et la nuit se rapproche. Mais c'est ce que l'on appelle la vie, une extraordinaire fuite vers notre propre fin !

 

Point de larmes mais des sourires, sans aigreur, bien au contraire, avec bonheur.

Un choix assumé. A près de 62 ans, après plus de 20 ans au Palais des Festivals, les sirènes de la satisfaction du devoir accompli.

15 ans à programmer… ça use, ça use !! L’angoisse de bien faire, la pression d’un public à trouver, les artistes qui dessinent une fresque vivante, toujours mouvante, les aléas de la pluie, des règlements qui changent, des chiffres impitoyables, des déceptions même si elles furent rares… car si souvent cette force du sourire, de l’émotion brute !

Adossé à une Direction Générale qui m’a toujours soutenu, et de ce point de vue, je tiens tout particulièrement à remercier Martine Giuliani, mais aussi Bruno Demarest et nombre de collègues Directeurs qui m’ont pardonné ce que j’étais en m’acceptant comme je suis…

Etrange étranger d’un Palais qui sut m’offrir d’être un trublion, le fou du roi, celui qui peut porter la pluie car il ne représente aucun danger et nous annonce les éclaircies des jours nouveaux… Tous ces collaborateurs d’un Palais qui s’est embelli au fil des années et qui m’accordèrent le droit d’être moi-même.

Et bien sûr, cette formidable équipe de l’Evénementiel. Petite par la taille, grande par le talent.

Neuf personnes attelées à démonter les montagnes, escalader les à-pics, explorer les abysses. Multicartes, multifonctions, multi-tout, chacune et chacun passionnés d’écrire cette page d’un Art vivant toujours renouvelé.

Les saisons hiver et été qui s’enchaînent, les Festivals d’été, la Danse en biennale, les Jeux toujours, rien ne résiste à ceux qui ont la passion au fond du cœur.

Et naturellement, Sophie Dupont qui me succède pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment la culture, ceux qui pensent que dans une note de musique, une tirade ou un pas de danse, toute la beauté du monde se niche.

Nous avons constitué un formidable tandem, je sais qu’elle trouve déjà un nouvel équilibre dans la situation actuelle, une dynamique sans égale pour son talent et sa force authentique : elle sera bien cette Directrice de l’Evénementiel qui nous permettra de rester dans les coulisses de la modernité.

Je tiens aussi à remercier les pouvoirs politiques qui ont toujours considéré que le Palais des Festivals était le cœur vibrant de la Ville de Cannes, son supplément d’âme en même temps que son poumon économique.

Et de ce point de vue, Bernard Brochand et David Lisnard n’auront pas été en reste, tant ils ont le souci d’une culture vivante et moderne, destinée au plus grand nombre, mais capable de dessiner des lignes de fractures au sein du conformisme.

Je ne peux aussi que remercier celles et ceux qui m’ont accompagné tout au long de ces années. Certains ont renoncé, d’autres ont disparu mais leur présence discrète rappelle que la mémoire fut, que les actes furent et que l’espoir demeure.

A mon épouse si présente par mes absences, à mes enfants, à ma famille…de sang comme de cœur !

Et à la vie bien sûr qui force le respect et donne un prix à l’avenir.

Bernard Oheix

Voir les commentaires

Ô Marie, si tu savais...

Publié le par Bernard Oheix

Tradition oblige, rite de passage...Chaque anniversaire tout rond, toute l'équipe de l'Evènementiel se soude autour de la victime afin de lui démontrer son affection. Occasion de se retrouver, de conserver des liens (l'équipe de France de Foot devrait prendre exemple sur nous !), d'évacuer le stress et moment attendu, d'ouïr le discours du Directeur, en l'occurrence moi-même. C'est une façon d'honorer l'autre dans l'humour, de lui rendre un peu de chaleur. Conserver son calme tout en travaillant en open-space, tous les jours, dans la pression du quotidien et l'enchaînement incessant  des manifestations, le bruit et les tensions représente un vrai challenge que des moments de poésie et de tendresse peuvent rendre plus supportables.

Voilà, Marie, ma Marie, une perle de secrétaire, la confiance incarnée, 20 ans de partages... Bon d'accord, elle a 60 ans, et bien, tant mieux, comme cela j'ai pu  lui faire un beau discours !

 

C’est vrai, tu les as désormais, tu y es arrivée toi aussi, alléluia, tu as bien franchi cette barrière des 60 ans… Es-tu capable alors de l’escalader, de grimper vers son sommet alors que tant d’années se sont écoulées dont un nombre conséquent avec moi, ton unique Directeur préféré ? Marie, on dit toujours que les 60 ans s’ouvrent sur une pente glissante alors c’est devant une montagne que tu te trouves. Comment cela se fait-ce ?

Peut-être parce que 60 ans, c’est avant tout l’âge de la maturité, de la connaissance de soi, de la maîtrise de son environnement, de l’acceptation de ses limites comme de la revendication de son authenticité. Alors, Marie la biblique, qui es-tu ? Posons-nous la question : qui se cache réellement derrière la Marie Huit-Huit un peu précieuse et toujours raffinée qui nous morigène quand nous jurons par-devers elle ?

Aujourd’hui se parachève donc 60 années d’existence dont 40 de boulot comme secrétaire attentive et 20 consacrées au bonheur de Bernard Oheix, ton chef vénéré ! Le tiers de ta vie dans une histoire d’amour avec ton Directeur…La moitié d’une vie professionnelle et toujours cette passion pour cet être exceptionnel qui croisa ton chemin… Pas mal non ?

Bon, avouons-le, ce n’était quand même pas gagné au départ !

Comme le dit le proverbe : « chiens de faïence, point de patience ! » Tu étais ma chère Marie, l’exact inverse, le revers parfait de ce que j’attendais d’une secrétaire. Toujours ponctuelle à me faire remarquer combien je l’étais peu, discrète alors que j’étais, sinon exhibitionniste, du moins extraverti, traçant ton chemin sans faiblir avec un air têtu du style… moi je suis de l’Est (de Metzzzz !) et on ne me la fait pas, prenant en charge mon agenda, me forçant à répondre aux courriers même quand je n’en manifestais aucunement le désir, tapant mes lettres (prise en sténo, siou plaît… Spécialement pour les jeunes, la sténo était un alphabet graphique du siècle dernier censé permettre la prise de notes en accéléré… D’ailleurs si vous êtes gentils, Marie-Antoinette peut vous faire une démonstration !)…

On ne peut évoquer cette période sans rappeler, par exemple, qu’il n’y avait pas encore de téléphones portables dans les équipes (Ah ! le miracle des talkies) encore moins d’IPhone et autre BlackBerry, peu d’ordinateurs sur les bureaux, des fax omniprésents, du courrier à ouvrir et qu’en cette période lointaine de fabrication d’un Evènementiel primaire et rustique, les contacts humains primaient sur les prothèses de communication dont nous nous sommes bardées afin de ne plus être en contact direct avec un interlocuteur.

Résultat, nous cavalions comme des dératés et Marie campait en gardienne du temple, impavide, motus et bouche cousue, récipiendaire de tous les secrets sans jamais dénoncer ses sources, îlot de calme au cœur de la tempête…

Jeunes qui nous écoutaient… Sachez combien elle fut valeureuse notre Marie Nationale pour survivre entre un Directeur totalement déjanté et une équipe de chiens fous, dans une ville complétement azimutée, celle des années Mouillot !

Disons-le crûment : il n’y eut jamais de relations sexuelles entre la secrétaire discrète et son Directeur séducteur, (du moins officiellement et bien que d’aucuns ici, peuvent affirmer qu’elle se retrouva quelquefois à 4 pattes sous le bureau afin de récupérer un objet quelconque ou la main coincée dans la braguette de son pantalon soi-disant pour recoudre un bouton !)…

Cela confirme que leur union solide s’ancrait sur les certitudes de la vie et point sur les aléas des corps. Pas de mariage en vue, du coup et en contrecoup, pour la secrétaire… ce qui confirme malgré tout, le lien trouble qui les unissait. Il en paria un nombre incalculable de bouteilles de champagne sans s’inquiéter pour autant… Il savait que les autres hommes semblaient fades à Marie qui les comparait immédiatement et toujours à son Directeur. Il eut donc tous les avantages d’une femme à la maison et d’une autre au travail sans en avoir les inconvénients. Et cela avec l’assurance de ne pas avoir à payer de pension de sa poche quand cette belle romance cesserait, un jour prochain de départ à la retraite !

Mais disons-le tout net : qui va corriger les textes de Bernard quand il ne pourra plus jouer de son charme… Du style…Ma marie adorée, juste un petit texte, très court…et pas pour tout de suite, j’attendrai demain avant de le mettre en ligne… s’il le faut vraiment… Sniff ! Zou bizou bizou…

Qui va dénicher des stylos publicitaires et des cahiers de récupération pour les petits enfants d’Afrique démunis… Qui va rappeler au Directeur les anniversaires, les dates de mariages et de divorces, prendre en main ces jeunes qui nous envahissent, traquer les fautes d’orthographe en affirmant Que nenni tout en balayant d’un revers de la main les jurons proférés dans l’enceinte des murs de la Culture…

Qui peut remplacer l’irremplaçable ? Personne Marie !

Alors pendant que ton ancien Directeur ira se faire bronzer aux Maldives ou en Patagonie, sur les traces du « Che » ou en bicyclette vers Cythère, toi, tu resteras encore accrochée aux invitations, répondant aux solliciteurs nombreux qui veulent croiser leur chemin avec ta nouvelle Directrice, tapant des rapports abscons pour une administration de plus en plus vorace…

Et tout le monde sera content et heureux… sauf moi qui vais te perdre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie…

Et encore merci Marie pour tout ce que tu apportes, a apporté et apportera à ceux qui ont la chance de pénétrer dans ton monde… celui d’une Marie Antoinette Pett qui fut toujours celle à qui l’on pouvait confier un peu de soi-même avec la certitude qu’elle nous le rendrait intact !

Aujourd’hui, c’est à nous de te le rendre… Bon Soixantième Anniversaire Marie !

 

Pleurs garantis, belle soirée au restaurant avec rires et émotions. Une équipe de travail comme celle de l'Evènementiel est une Formule UN dont le moteur a besoin de réglages subtils. Des soirées comme celle-ci permettent de retrouver un peu de douceur dans ce monde de brutes ! Et puis, Marie méritait bien d'un peu de reconnaissance de notre part parce ce que son coeur est plein de bonté et d'altruisme !

Ah ! Marie, si vous saviez...air connu

 

Voir les commentaires

La compétition... Festival n.2

Publié le par Bernard Oheix

 

Je sais, il se fait tard et le Festival est bien loin.... Mais j'ai des circonstances exténuantes, un voyage à Paris, plein de dossiers à remplir pour mon futur départ à la retraite, mille choses à terminer....

En cette 65ème édition du Festival du Film de Cannes 2012, j’ai pu visionner 14 films de la compétition sur les 22 présentés… score honorable sans plus ! Mais il y avait beaucoup d’autres films dans des sélections parallèles et, tant de sollicitations !

 

En ce qui concerne les « Palmés » :

Belle et méritée récompense pour l’émouvant et pétillant Ken Loach, La Part des anges. Une comédie douce amère d’une totale humanité bien que basée sur un présupposé moralement très contestable !!! Imaginez sauver vos jeunes héros et leur permettre de sortir de la délinquance, de la violence et du chômage… et pour ce faire, un dernier casse suffira, comme l’alcoolique pour son dernier verre, rondement mené, avec au bout ce couple qui échappe à la misère du monde par l’obtention d’un travail. Les périodes ont les rêves qu’elles peuvent et le paradis aujourd’hui, n’est même plus de ne pas travailler, mais bien d’obtenir un emploi… Vive le chômage de masse ! Quant au film, dans la veine des comédies sociales de Ken Loach, avec un humour et des moments de « non-sens » à faire hurler de rire. Entre la violence moderne et le rire de la déraison, juste un interstice pour continuer de rêver !

J’espérais mieux pour La Chasse de Thomas Vinterberg, à l’évidence un des bijoux de cette sélection, bien que snobé par une partie de la critique ! Une petite ville du Danemark, une fillette adorable et un homme, sortant d’un divorce difficile et souffrant de l’absence de son fils. Il aime les enfants et travaille comme assistant dans une école pour petits. La fillette va accuser cet homme de l’avoir abusé. Concours de circonstances débouchant sur le soupçon, puis sur les certitudes de la masse et sur l’horreur d’une véritable chasse à l’homme qui ne laisse plus de place au doute. Il est forcément coupable… même innocenté, comme le signale la dernière scène. Un film sur la manipulation, les frustrations et le désir de vengeance collective qui gomme les responsabilités individuelles. Un film à méditer, cruellement d’actualité en cette heure où les boucs émissaires bien basanés font florès dans la bouche de certains de nos hommes (et femmes) politiques. Le prix d’interprétation masculine pour Mads Mikkelsen est totalement justifié mais me semble un peu réducteur au vu de la densité du scénario et de la qualité de la réalisation.

Comment le film mexicain, Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas, s’est-il retrouvé dans le palmarès ? Mystère et Festival ! Soulignons que chaque édition accouche systématiquement d’au moins un extra terrestre pour se glisser entre les lignes des récompenses, comme s’il fallait justifier automatiquement que l’on est juge de la norme et que le cinéma est aussi affaire de vision extralucide ! Qu’adviendra-t-il de cet opus ennuyeux et pompier, figé dans un esthétisme exhibitionniste, si ce n’est le sort peu enviable d’être oublié avant même d’avoir été visionné !

N’ayant pas eu le plaisir de voir le film roumain multi primé de Cristian Mungiu, Beyond the Hills, je ne me prononcerai pas… si ce n’est pour affirmer que la seule Palme d’Interprétation possible et envisageable était une récompense au couple de cinéma Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant pour Amour de Haneke. Phénoménaux, énormes, gigantesques monstres sacrés habitant leurs personnages, ils illuminent le film d’une aura mortifère, une lente mort au travail sertie dans un écrin sobre et sombre. Mais la Palme d’Or est exclusive de tout autre prix et ne permet qu’une mention, ceci expliquant cela !

Reality de Matteo Garrone, le réalisateur de Gomorra. On connaît le poids de la télévision et ses dangers. Brisant les vies de familles, le temps des lectures et des dialogues, divertissement et approche individuelle d’une sous-culture… Dans cette œuvre héritière du néoréalisme italien, un homme va plonger dans l’univers de la téléréalité et voir son existence voler en éclats. Son désir éperdu et son phantasme d’intégrer une émission « le grand frère » lui font perdre contact avec le monde extérieur. C’est une problématique particulièrement contemporaine en cette heure où la lucarne animée est bien le réceptacle de tous les espoirs et où le quart de gloire « Warholien » est trop souvent assimilé au passage obligé d’un inconnu dans une émission de télévision. Une comédie douce amère, grinçante, avec un acteur amateur, en semi-liberté, qui donne une âme à son rôle de Napolitain débordant de vie !

Et donc cette Palme d’Or d’Amour. Je faisais partie des laudateurs du Ruban Blanc, un choix difficile pour un film exigeant. Là, rien de tout ceci, juste l’évidence d’un chef-d’œuvre hors du commun. Des acteurs transfigurés, cruels de naturel, une technique discrète et maîtrisée, parcourue d’éclairs étranges comme des déflagrations incongrues dans une norme toujours plus prégnante de cette agonie d’un couple amoureux. Il y a toute l’humanité du monde et toute l’animalité de la chair en décomposition dans ces 126 minutes d’un chemin de croix vers la rédemption finale. C’est aussi un thriller, un film surréaliste, un poème… C’est la magie de l’esthétisme au service d’une cause qui ronge chacun d’entre nous, l’angoisse de la vieillesse, de la décomposition et la beauté de l’amour qui sublime cette lente usure de l’espoir.

Merci Monsieur Michael Haneke.

Je n’ai pas vu et ne dirai rien de Holy Motors de Leos Carax, Paradies : Liebe de Ulrich Seidl et le dernier Resnais… films dont on a dit le plus grand bien… Mais pourquoi donc ignorer De rouille et d’os  de Jacques Audiard. Belle histoire étrange habitée par une Marion Cotillard transfigurée. Sur un fond mélo et tragique (décidément, les handicapés font recettes au cinéma en ce moment !!!), une histoire de violence et d’amour, de courage et d’espoir. Superbement filmé, décors magnifiques, acteurs justes, tous les ingrédients d’un grand succès populaire annoncé… et donc trop « beau » pour le Festival. Le syndrome du Grand Bleu a encore frappé !

Légère déception chez les américains, The Paperboy, Lawless, Mud même s’il y a un bémol pour Moonrise kingdom de Wes Anderson sauvé par son humour grinçant. Tous ces films sont dans la même veine, œuvres pas vraiment hollywoodiennes et bourrées de bonnes intentions… sauf qu’il leur manque ce soupçon iconoclaste, cette insouciance que s’autorisaient leurs glorieux aînés (Scorcese, Lucas, Spielberg, Coppola) en train de forger un style sur des histoires nouvelles pour une vague déferlante partie à la conquête des grands studios. Là, on trouve de belles histoires décalées, des acteurs et actrices performants, des cadres exotiques… mais cela ne suffit pas à nous faire sortir du cadre !

Voilà avec un peu de retard la dernière page du Festival du Film 2012. Belle édition avec énormément de films intéressants même s’il a manqué quelques bijoux aux côtés d’Amour de Michael Hanneke pour notre félicité. C’était mon dernier Festival en tant que Directeur de l’Evénementiel…  Alors vive le Festival 2013 et cette fois-ci, j’y arriverai à ma ligne de crête des 40 films ! Non mais !

Voir les commentaires

Festival du Film 2012 (1ére partie)

Publié le par Bernard Oheix

Il y a des années où la Palme d’Or semble naturelle, évidente, incontournable… C’est bien le cas en cette 65ème édition du Festival du Film, pour une année 2012 qui restera celle de mon dernier Festival officiel en tant que Directeur de l’Evénementiel. Un prix suprême pour Amour de Michael Haneke, une 2ème palme pour le réalisateur mais surtout, un hymne à l’amour pour Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant, un duo de comédiens sur le fil halluciné d’un crépuscule flamboyant. Il est regrettable qu’une Palme d’Or exclue toute autre reconnaissance car si jamais un Prix d’Interprétation pouvait être ordonné en cette année 2012, c’est bien à ces deux vieux revenus de tous les honneurs, de toutes les guerres qu’il pouvait être attribué.

Petite revue d’effectifs sur les films du monde qui viennent tenter leur chance sous les sunlights d’un mois de mai pourri par une pluie torrentielle.

Franchement, entre le G20 et le Festival du Film, quelle image donnons-nous de la Côte d’Azur avec ses parapluies ouverts qui ont tendance à prendre le pas sur les canotiers ensoleillés ?

L’objectif initial était de visionner 40 films… dont je dois avouer, à mon grand regret, qu’il ne fut pas tenu… La faute au temps, à quelques parties de rami corse, à la vague présence d’un bureau où il fallait bien parfois faire acte de présence, de quelques rendez-vous sur Nice et de la fatigue due à mon âge presque vénérable qui m’ôte désormais la capacité de dépasser 5 films par jour… On ne peut avoir été et perdurer…

 

Sur les 38 films vus, 14 provenaient de la Compétition, 9 d’un Certain Regard et 7 de la Quinzaine des Réalisateurs, les autres se répartissant dans des catégories annexes bien souvent passionnantes comme la Semaine de la Critique, le Cinéma des Antipodes, Visions Sociales… Et justement…

Les Voisins de Dieu un 1er film de Meni Yaesh, en est un bel exemple. Des jeunes intégristes juifs se battent pour faire respecter les préceptes d’un Dieu d’intransigeance tout en fumant des joints et en composant de la musique de transe… La rencontre avec une jeune juive délurée va bouleverser l’existence d’Avi et déséquilibrer son rapport aux autres et à la violence…

Monsieur Lazhar du Canadien Philippe Falardeau est un film magnifique et émouvant sur le déracinement et l’exil. Un enseignant algérien obtient un poste de remplacement dans un collège pour pallier l’absence de la précédente titulaire qui s’est suicidée dans sa classe. Les élèves et l’enseignant vont se découvrir et apprendre à s’aimer et à se respecter. C’est simple comme une belle tranche de vie d’êtres déchirés devant la beauté et la cruauté, la gentillesse et la méchanceté naturelle des enfants.

Petit bijou avec une perle de Nouvelle Zélande. L’Orateur de Tusi  Tamasese campe un nain marginalisé par sa taille mais dont la femme, elle-même bannie de son clan, est une  prêtresse étrange. A la mort de celle-ci, il va oser enfin affronter la nécessité de devenir un « orateur », un chef de village, pour récupérer le corps de sa femme volée par son ancien clan. C’est bouleversant, un des chocs de ce Festival, un film au cordeau de tous les sentiments, permettant à la laideur de devenir grâce, à la faiblesse de se transformer en force brute et au cinéma de devenir la vie réelle.

 

Pour ce qui est d’Un Certain Regard, l’autre versant de la sélection officielle, quelques perles : Les Bêtes du sud sauvage dont le réalisateur, Benh Zeitlin, sera récompensé de la Caméra d’Or (prix du premier film). Dans un lieu improbable, portion de terre immergée, quelques humains survivent et un père agonisant, tente d’insuffler la force à sa petite fille afin qu’elle lui survive. Beau et poignant, étrange et désordonné…

Les Chevaux de Dieu de Nabil Ayouch où comment cerner concrètement le basculement vers le terrorisme afin de devenir martyr et de gagner un paradis peuplé de vierges offertes. Tout ce que vous avez voulu savoir sur ces porteurs de ceintures explosives et que vous ne pouviez comprendre. Le rapport entre la misère sexuelle et la pauvreté menant vers le chaos intérieur. Un vrai film poignant, à la fois didactique et imagé sur le désespoir du monde et les grandes frustrations qui mènent vers le renoncement. C’est aussi un extraordinaire bréviaire sur les méthodes des fondamentalistes pour endoctriner les plus faibles et construire cette armée d’Allah qui doit nous indiquer les voies aux forceps de la rédemption.

 

Je n’étais pas fan du Mammouth de Délépine et Kerven. Aussi suis-je entré à reculons devant Le Grand soir pour rapidement laisser choir mes préventions. Il faut avouer que « Not », le plus vieux punk à chien d’Europe, interprété par Poelvoorde et Jean-Pierre (Albert Dupontel) son frère vendeur en literie licencié pour insuffisance de résultats, l’accompagnant sur les chemins de la dérive, en un duo de pieds cassés éperonnant le bon sens et le bon goût, ce n’est pas piqué des vers. Il y a du rythme, de la comédie, de l’émotion, énormément de dérision (Brigitte Fontaine en maman sculptant les frites !), un reflet cruel d’une société engoncée dans son conformisme et ses certitudes et bien sûr, de la tendresse pour ces pieds nickelés de toutes les frontières.

Deux films enfin pour cauchemarder. Aimer à perdre la raison de Joachim Lafosse ou Tahar Rahim fait des enfants à une Emilie Dequenne enfermée sous l’œil omniprésent du tuteur de son mari, (l’abominable Niels Arestrup !), jusqu’à perdre la notion du bien et du mal, entrer dans le cercle d’une dépression profonde et tuer ses enfants sans réussir à se suicider. Glaçant, déprimant, horrible et mystérieusement fascinant…

Quant à Después de Lucia, film mexicain de Michel Franco qui obtint le Prix « Un Certain regard », c’est tout simplement un chef-d’œuvre macabre, une plongée en apnée dans un monde de violence délétère et de soumission bestiale. La belle et jolie Alejandra vient de perdre sa mère Lucia et porte sa mort accidentelle comme un fardeau. Avec son père, elle déménage pour vivre à Mexico et intègre un lycée de la haute bourgeoisie. Elle va devenir, par un enchaînement de circonstances, un enfant martyr, le bouc émissaire, celle qui concentre toute la haine et les frustrations d’une bande d’adolescents où les valeurs de la vie sont relatives, les frontières de la permissivité rendues floues par les pulsions du sexe et de la drogue. Ridiculisée, avilie, violée sans qu’elle réagisse jusqu’à sa fuite mimant un suicide, déclenchant un horrible final, une vengeance ignoble de son père contre son tortionnaire en chef, en une séquence qui est un vrai viol de la morale !

Film nauséeux, par-delà le bien et le mal, film d’interrogations sur une société malade des valeurs d’humanité, filmé comme si c’était un dernier cri devant l’empire d’un mal qui ronge l’être humain !

Suite au prochain numéro…..

 

Voir les commentaires

Voix Passions

Publié le par Bernard Oheix

Chers amis,

Comment vous remercier pour cette soirée du 27 avril ?

Il y a des dates importantes dans une vie… La naissance, mais on ne s’en souvient pas vraiment, la mort, quoique là, on s’en contrefiche vu qu’on ne peut pas la raconter aux autres, le premier baiser (avec le nom, le parfum et la couleur des yeux de l’heureuse élue), la première fois que l’on voit se lever le soleil dans le désert du Sahara ou que l’on voit l’Etna entrer en éruption avec la lave qui jaillit au ciel, le premier jour de travail dans une entreprise (la couleur de la cravate)… et tout naturellement, son dernier concert en tant qu’organisateur, la dernière date programmée comme Directeur de l’Evènementiel… ce qui fut mon cas en ce vendredi du 27 avril du côté de la salle de la Licorne à Cannes La Bocca !

bo.jpg

Il y a plus d’un an, j’avais une idée très précise de cette soirée. Je la voulais classe mais sans affectation, avec des amis, mais sans concessions à l’Art, je voulais du public et une vraie salle avec une âme, je voulais des potes mais artistes avant tout !

Je vous avais proposé de participer à cette aventure et vous avez répondu présents, vous avez joué le jeu en entrant dans la danse de ce moment si fort  pour moi, que je tenais à partager avec vous ! Je vous en remercie avec tout mon cœur :

A Cédric O’Heix, en te souhaitant bon vent sur les mers de cette poésie que tu chevauches avec tant d’élégance. Je me souviens d’une interrogation après ta demi-finale de la Nouvelle Star… Cédric O’Heix deviendra-t-il une Star ? Je ne peux toujours pas répondre à cette question, mais par contre, je sais qu’il est devenu un artiste, un vrai artiste ! Attendez, Un jour de solitude et autrescedric-o.jpg ballades sont inscrites à jamais dans ma mémoire. Tu as embarqué le public avec toi et tu mérites ses applaudissements fournis, juste hommage à ton talent, à ta présence sur scène, à ton charisme. Alors, à toi, petit neveu sorti de la nuit des temps ! Continue et garde le cap !

A Talike. Talike, que ce soit en polyphonie pure avec Tiharea, en invitée de Rajery ou avec ton nouveau complice Kilema, tu es une vraie Princesse du Peuple des Epines sur scène. Tu as le sens de l’image et du son et ton duo avec Kilema est un bijou fascinant… rythmes étonnants, instruments bizarres, tenues chatoyantes… Et avant tout, tu as une voix qui entre en résonance avec le cœur de l’homme.

talike.jpgTu en joues avec brio, aisance, comme une soliste d'un instrument maitrisé jusqu’à la perfection. Le volume du son dégagé semblait produit d’un orchestre complexe et non d’un duo. Vous avez une vraie pépite entre les mains, bravo à vous deux et bonne chance sur les routes des Musiques du Monde.

Au Corou de Berra. Mes « pôvres » victimes préférées. Vous les régionaux de l’étape, je vous ai tout fait subir depuis de si longues années. Chaque fois que j’ai une idée tordue, c’est sur vous que cela échoue ! Vous avez ainsi chanté pour moi perché sur des rochers, dans des églises froides, sur des places de village, dans un répertoire sacré, profane, en toutes les langues, à capella, sonorisé… Et pourtant, vous continuez à me surprendre, de concerts en CD, de propositions en compositions. J’écoute souvent vos productions dans le confort de ma chaîne, elles sont d’une qualité et d’une précision qui frôlent la perfection dans le meilleur de vos créations. Votre travail de mise en musique est un miracle d’équilibre et les voix des filles résonnent à l’égal des sirènes, telles des déesses annonciatrices des beaux jours (désolé les garçons, même si vous n’êtes pas mal non plus !). Je vous aime pour votre talent et vous me le rendez par votre amitié. Merci d’avoir partagé ce moment de grâce.

corou.jpg

A Nilda Fernandez. L’amitié n’a pas de frontières, elle échappe au temps et à la distance, à la notoriété et au silence. Nous nous sommes rencontrés avant ton succès, jeunes du côté de Lyon, entre Paris et Barcelone, avec l’espoir de lendemains chantants du côté de Madrid, Madrid. J’ai fait mon chemin, tu as accompli une partie de ton œuvre. Derrière le succès, tu as fui les facilités, toujours ailleurs, jamais où le showbiz t’attendait ! A Cuba, traversant la France en roulotte, avec les Inuits, star en Russie…

nilda.jpgTu es un poète moderne, atypique et même seul avec ta guitare, tu donnes des ailes aux mots, du souffle aux notes. Tu es mon ami, par devers les aléas d’une carrière, tu es toujours ce barde qui sait faire jongler la nuit. On se retrouvera toujours, parce que c’est écrit sur la plus belle des partitions, celle de la vraie vie !

Mais aussi… A Filetta ! J’ai épousé la Corse au sens littéral du terme. Ses bons côtés aussi ! Je me souviens d’une église dans le Niolo, et des premiers chants entendus d’A Filetta, dans une église perdue dans les bois, dans ces années d’une Corse qui se désespérait en cherchant son âme. Je me souviens aussi de ces innombrables concerts, partout, tout le temps, de ces discussions autour d’un verre, de ces interrogations sur le devenir d’une île et d’un peuple si fier et passionnant parce que passionné. Le groupe que j’ai le plus programmé de ma carrière, le plus entendu de mon existence, c’est vous ! Le Festival à Calvi, les nuits chaudes de Séville, les églises, les salles de fêtes et les multiples scènes de Cannes. Jean-Claude Acquaviva et le chœur d’hommes. Votre réserve naturelle et votre chaleur sincère d’amitié envers moi. Ce soir, vous avez ciselé le son, accroché des notes aux nuages, transporté le public dans une apesanteur où plus rien ne comptait que cette beauté immatérielle, cette résonance du chant des Dieux.

filetta.jpg

A vous tous, j’ai tant aimé les voix, j’ai adoré vos voix. Merci d’avoir été là, pour moi, c’est un grand honneur que vous m’avez fait en ce 27 avril 2012 dans la conclusion d’une saison qui sera la dernière de mon activité professionnelle !

Et comment ne pas remercier aussi, ce duo inattendu de mon fils et de ma belle-fille, Julien à la guitare et Sarah au chant. Ils m’ont offert ce bonheur absolu d’entendre par surprise, ses enfants oser, être capables d’entreprendre avec brio un tour de scène pour un chant d’adieu. Sarah possèdeju-sarah.jpg une voix douce et mélodieuse, une voix d’ange, Julien une contre voix grave et un toucher de guitare léger. Ils s’en sortirent magnifiquement dans cette inattendue surprise d’un « Cat Power » dont la scène sublime du baiser de Blueberry Nights reste une illustration parfaite. Mon cœur a volé en éclats et les passions de la voix se firent si fortes qu’elles en emportèrent toute réserve bue !

Voilà, tant de voix si pures, tant de mots si gentils, un dernier chant (Adieu monsieur le professeur !) et le noir complice pour rendre à la vie réelle, ceux qui furent et ceux qui seront, tous unis dans la beauté du spectacle.

 

Merci à vous tous !
PS : toutes les photos sont de Eric Dervaux ! Merci à toi collègue !

 

 

Voir les commentaires

Lettre à mes amis comédiens...

Publié le par Bernard Oheix

Voici donc la lettre que j'ai envoyée à l'issue de cette première série. En effet, c'est à Nice en novembre 2012 que nous reprendrons Linge Sale pour 6 représentations au Théâtre Françis Gag. J'ai perçu, de jour en jour, une blonde s'affirmer en moi et une Martiniquaise s'épanouir... Miracle du Théâtre... Henri, lui, l'homme au maillot si explicite, reste un incorrigible technicien de base, fasciné de sentir la scène sous ses pieds et heureux de participer à cette aventure artistique. Bernard par contre reste dubitatif sur son avenir de comédien... 

 

Chers amis et néanmoins camarades.

 

blonde-tricot.JPGJe tiens à vous remercier tout particulièrement pour m’avoir :

-mis des seins, bas et jupe, perruques blonde ou noire, colifichets et fond de teint

-autorisé à pisser 4 fois en 30 mn dont une dans une bouteille d’Evian pendant la première partie de la pièce

-obligé à bouffer des sandwichs et grignoter des saloperies pendant 3 semaines au grand détriment de mon tour de taille.

-de m’avoir permis de visiter la région en faisant 20h de moto entre Cannes et Nice (dont 1h sous une pluie diluvienne) afin de pouvoir vous retrouver au Théâtre Francis Gag pour les innombrables lectures, répétitions et filages me laissant épuisé et incapable d’assumer ma vie sexuelle (d’autant plus que les stigmates de khôl, fond de teint et rouge à lèvres traînant sur ma gueule n’engageaient pas ma femme à avoir des élans de tendresse particuliers !)

-de m’avoir obligé de réveiller à minuit la mère de mes enfants afin qu’elle me fasse répéter unmart-1.JPG texte édifiant du style (-me farcir les gonzesses qui passent, -et mon cul c’est du poulet,-je vais te faire une ménagère à bigoudis…), tous textes qui portent sur les nerfs d’une femme normalement constituée réveillée par les angoisses de son mari dans le silence sépulcral d’une nuit du mois d’avril !

-donné une image particulièrement exotique et déplorable d’un Directeur de l’Evènementiel du Palais des Festivals de Cannes…d’autant plus que cette Martiniquaise me semble peu apte à lutter contre les hordes lepenistes qui semblent envahir nos urnes en nous cassant les burnes !

Spécial remerciement :

A Régis Braun pour la finesse de son choix (!!), la qualité générale de la distribution… incluant mon humble personne. C’est un beau final pour ma carrière de programmateur que nous avons fait ensemble et je suis très fier du bout de chemin que nous avons effectué de concert. Merci Régis d’avoir osé me faire passer de l’autre côté du miroir et de m’offrir ainsi, une nouvelle belle page dans ma légende en marche vers le panthéon des hurluberlus !

Collectivement à tous les acteurs, les vrais, ceux qui avaient du texte, du jeu et un rôle autre que celui de bouffon dans cette étrange pièce, Linge Sale de Jean-Claude Grumberg. Vous êtes vraiment des acteurs de talent, merci de m’avoir supporté avec tant de gentillesse et de professionnalisme. Rassurez-vous, ma carrière s’arrêtera avec cette pièce et je ne viendrai pas vous piquer vos émoluments… Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles !

bo Teeshirt

A Elisabeth, ma copine, celle avec qui je me maquilla, papota,bo-fumee.jpg babilla et tricota pendant que les garçons rivalisaient de machisme en roulant des mécaniques pendant la première heure totalement futile du spectacle !

A Marc, mon joggeur préféré, même si, à chaque fois qu’il me croisait avec ma perruque et mes seins imposants (90C), un haut-le- cœur manquait le faire vomir sur ma gabardine très « Bacallienne » qui n’en demandait pas autant !

A DEUX, au cocaïnomane Christian, en espérant que sa femme revienne. Tu es un acteur remarquable et je garderai toujours ton visage entre deux machines à laver pleurant sur son papier peint qui lui manque. Tu es plein de vitalité et tu m’as offert de bons conseils et des regards d’amitié particulièrement rassurants.

A UN, Jean-Jacques, sa mèche « nazouillarde » ne peut dissimuler son ouverture. Et même s’il se sent incapable de tendresse envers moi (Euh, envers Henri !), je ne lui en veux pas (!!). Tu m’as aidé à mieux comprendre la place d’un acteur, son rapport au metteur en scène, les petits trucs qui font que sur la scène, du chaos naît la lumière. Merci à toi pour cette leçon de choses… Cela ne faisait que 30 ans que je programmais du théâtre, désormais, je sais ce qu’est un acteur !

Et puis, à toute l’équipe du Théâtre Francis Gag, magnifiquement managé par un Pierre imposant, impavide, résistant aux crises d’un metteur en scène hypocondriaque, toujours prêt à rendre service avec un Pascal heureux à ses côtés. Merci Peter de m’avoir permis de papoter avec ta femme et d’avoir reluqué sa combinaison pendant qu’elle me maquillait !

Et puis Françoise, son soin dans le choix de mes chaussures (42 fillette), mes lingettes démaquillantes, mes bas filés, la perruque toujours prête, au petit soin pour moi  alors qu’elle n’en a plus rien à foutre puisque sa fille a réussi (enfin !) à me piquer mon poste !

Voilà, j’ai découvert sur le tard, l’ambiance d’une troupe, fut-elle éphémère, la réelle tension qui naît de s’exposer ensemble aux regards des autres, les connivences et petits secrets, engueulades et crises de nerfs, complicité et fous-rires, et l’extraordinaire humanité des belles personnes que vous êtes.

PS : Je sais que vous rêviez de voir mon jardin. Je vous propose donc de se retrouver tous en ma modeste demeure de futur ex-Directeur pour un  repas d’amitié. Je n’imagine pas, vu vos plannings chargés, tomber du premier coup sur une date où tout le monde est disponible… Alors à vos agendas !

PPS : on fera un curry de porc et des acras, je connais une Martiniquaise qui sait y faire !

La bise à toutes et tous. jogger.JPG

elisa.JPG

 

 

 

Toutes les photos des articles sur Linge Sale sont de mon ami et immense photographe, Eric Dervaux que vous pouver visiter sur son site : ericdervaux.com

 

 

 

 

 

 

A Elisabeth, ma copine femme de la troupe et à Marc, le Joggeur impérial de la

distribution !

Voir les commentaires