Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Festival du Film (suite et fin)

Publié le par Bernard Oheix

Voilà donc la fin de mes aventures en terre cinéphilique. 35 films en 12 jours, une colonie d'Allemands, de Burgiens et de Corses investissant ma maison, quelques parties de cartes entre pellicules, beaucoup de parlottes et boustifailles, un temps entre parenthèses pour parcourir le monde des écrans avec des yeux d'enfants. Je n'ai pas désiré écrire sur tous les films visionnés, un zest de commisération pour m'empêcher d'exercer mes talents de polémiste sur les reliefs du grand banquet cannois du 7ème Art. Conservons intact le mythe d'une fête cinématographique permanente !
Bon, quelques jours de vacances bien mérités m'attendent... avant de vous retrouver pour de nouvelles aventures littéraires !


Delta
du Hongrois Kornél Mundruczo me posait à priori un problème complexe. Hongrois mutiques, dialogues au lance-pierre, mauvais bouche à oreille, critique réservée… J’ai décidé de tenter malgré tout l’immersion dans les flots du delta du Danube, avec, derrière moi, l’idée de retrouver les miens pour des spaghettis aux épinards succulents offerts par la Pasta... après une demi-heure de film ! Objectif largement tenu puisque je ne suis pas sorti de la salle avant le mot "fin". J’ai même pris un certain plaisir à ce film esthétisant, histoire glauque d’hommes frustres, mise à mort de l’innocence. C’est une belle fresque aux accents symboliques qui fonctionne parfaitement, n’en déplaise à tous les critiques chagrins qui l’ont descendue en flammes, ce qui pour une œuvre qui se passe à 80% dans l’eau, n’est pas vraiment mérité !

 

Choc. Johnny Mad Dog de Jean-Stephane Sauvaire aurait eu toute sa place dans la compétition officielle et offert un focus sur un drame actuel. Une bande d’enfants soldats manipulés par quelques adultes qui organisent un coup d’état dans un pays d’Afrique, le Libéria. Enrôlés de force à 10 ans, bourrés de drogue, maraboutés jusqu’à se croire invincibles, ils tuent comme ils respirent et sèment la mort tout au long de leur passage. Jeunes, vieux, femmes… personne n’est épargné dans cette foudre hallucinante qui s’abat sur les habitants, ces sourires d’enfants transformés en rictus de haine. Tout est violence absolue et prétexte à laisser la fureur se déchaîner. Le savoir, la religion, l’amour sont des obstacles qu’il faut balayer par les balles et le sang. C’est insoutenable et jamais voyeur, juste un constat mis en scène afin de déclencher une prise de conscience.

Une séquence pourrait rester en mémoire de notre lâcheté et de notre obstination à fermer les yeux devant les monstruosités engendrées. Le convoi de l’ONU quittant l’hôpital devant les enfants soldats qui vont pouvoir pénétrer dans ce mouroir pour achever les blessés, femmes et enfants. Dans ce convoi d’hommes puissamment armés qui s’effacent devant des enfants soldats, il y a toute l’ignominie des nations civilisées qui ne veulent pas ouvrir les yeux et acceptent la part inhumaine du mal. Le diable est dans le cœur de notre apathie et dans notre volonté de détourner le regard.

Notons que c’est Mathieu Kassowitz qui est coproducteur du film, il sauve un peu le cinéma français à la dérive en cette année 2008 à marquer d’une pierre noire !

 

Il divo de Paolo Sorrentino est un film sur les affres de la politique italienne des années 70/80, quand les gouvernements de Giulio Andreotti valsaient aux sons d’étranges compromissions avec la Maffia, que le pouvoir devenait le siège d’un théâtre où tous les coups étaient permis, et que la démocratie était la seule victime d’une mise sous tutelle de l’Etat au service d’intérêts privés. Dans une forme très moderne, le montage alterne un rythme fractionné, clip kaléidoscopique d’images chocs et de séances de violence, avec des séquences introspectives au déroulement plus lent. Le regard d’Andreotti tente l’autojustification, celui du réalisateur prend en charge les innombrables traces de sa collusion avec l’industrie du crime. Des images somptueuses, modernes, effets spéciaux, couleurs, musique agressive ou contemplative collent au déroulement et à la tension de la mise en accusation de l’homme politique le plus important de l’après-guerre.

Au final, il sera gracié, lavé, exonéré de toutes ces charges. La politique devra en payer le prix !

 

Tulpan réalisé par Sergeï Dvortsevoy, est le nom d’une jeune fille que l’on ne verra jamais, espoir de fonder un couple pour un jeune berger Kazakh qui la courtise en faisant son apprentissage de la vie sur ses terres plates et désolées où paissent les troupeaux de son clan. Il refuse l’idée de s’expatrier à la ville et de quitter cette terre qu’il aime. Il va sauver un agneau en train de naître et symboliquement décider de rester et d’affronter sa vie. Le désert est le personnage principal du film, un horizon plat qui laisse les sentiments s’emballer. Film expressionniste sur la nature, il y a du cinéma de cette période révolue du réalisme onirique des Dojvenko et Préobrajanskaïa dans cette peinture attachante d’un monde rural et pastoral refusant de disparaître. C’est une page sépia de l’histoire du cinéma qui s’entrouvre pour nous permettre de retrouver les émotions de notre passé. Film émouvant et attachant sur l’éternelle histoire du combat de l’homme pour son bonheur et sa survie.

 

My Magic du singapourien Eric Khoo est un film bizarre. Alcoolique, un ancien magicien tente de retrouver l’amour de son fils en s’engageant dans un cycle de spectacles et d’automutilations débouchant sur la mort. Une vie pour un rachat, pour sauver son enfant de la déchéance, pour retrouver celle qui est morte et qu’il aima à la déraison. Bricolé, de guingois, un grain sale comme la moiteur qui étouffe l’atmosphère, le film vaut surtout par cette problématique du corps comme objet que l’on maltraite, comme arène où les voyeurs viennent satisfaire leur goût morbide pour le sang et la violence. C’est un film dérangeant.

 


Dans ce supermarché incroyable de la pellicule foisonnant de lucarnes ouvertes sur la planète, l’objectif du cinéma national restera en berne ! Moi qui suis un fervent adepte du cinéma français et qui pense que notre 7ème Art vaut bien n’importe quel film américain de l’année, force m’est de constater la déroute du cinéma hexagonal. La french touch était fatiguée en cette édition 2008, les sophistications de ce nouveau cinéma se transforment en tics, les manières élégantes en maniérisme, les réparties tombe à plat, les scénarii convenus… comme si tout était déjà écrit, filmé, en boîte !  Un ton faussement ironique révèle le vulgaire, une barrière érigée de technique empêche toute expression et ressenti charnel, il n’y a qu’un jeu vide de sens qui tourne en rond à force de ne rien dire, rien filmer de la réalité. (passage écrit juste avant le dernier week-end !)

 

Et le sauveur tricolore fut… le dernier film de la sélection, le samedi 24 mai, veille du palmarès, dernier film programmé à la Licorne. Laurent Cantet dans un formidable Entre les murs, tiré du livre d’un enseignant François Begaudeau interprétant son rôle avec puissance et délicatesse au milieu d’un casting d’adolescents plus authentiques que nature. Film de la dernière heure du Festival, cette fiction investit la réalité en structurant l’image et le son comme pour un documentaire. C’est surprenant, plein d’humour, généreux, tendre, désespérant… c’est avant tout un vrai film de cinéma qui donne de l’espoir, qui offre une bouffée d’oxygène à ceux nombreux qui souffrent de voir le cinéma écartelé entre deux tendances : la fuite de la réalité ou son corollaire, le poids du sociétal comme horizon limite de la créativité.

Palme d’Or donc pour un film français après 21 années de disette. Palme d’Or surprise qui fera polémique…il fait nul doute mais attribuée à un vrai film de cinéma qui parle de la vraie vie pour des vrais spectateurs !

 

En forme de bilan de 12 jours de cinéma.

35 films pour se convaincre que le cinéma existe, une dizaine à éviter, une dizaine sur des problèmes de société par forcément très excitants, une dizaine de bons films qui font honneur au cinéma et au milieu, coulant telle une rivière de diamants, quelques bijoux à sertir d’avenir. Si je devais extraire les films qui me parlent le plus et qui rejoindront les pages glorieuses de mon 7ème Art, je citerais :

Walz with Bashir, le grand oublié du Palmarès à mes yeux.

L’Echange de Clint Eastwood.

Johnny Mad Dog de Jean-Stephane Sauvaire

Gomorra de Matteo Garrone

Le silence de Lorna des frères Dardenne.

Et bien sûr, la Palme d’Or Française Entre les murs de Laurent Cantet.

 

A cette liste, l’on pourrait ajouter tous les films dont je n’ai pas parlé, soldats inconnus à la flamme vacillante d’un art d’ombres et de lumières, projets s’échouant sur les rives de l’innocence, visions désordonnées de créateurs impuissants, manque d’idées comme manque de moyens, à-peu-près et facilité, laisser-aller et incapacité de contrôle… C’est la grandeur du cinéma de ne point être joué d’avance et de semer derrière chaque espérance, la grande incertitude du mystère de l’art. A la différence du sport, l’histoire ne retient pas seulement le vainqueur, elle conserve les traces de ceux qui échappent aux lois de la pesanteur pour rejoindre un paradis où les films s’épanouissent comme des fleurs d’enchantement.

 

Vive le cinéma donc, vive Manuel de Oliveira, son siècle et sa verdeur, le regard malicieux qu’il m’adressa au moment de signer la plaque d’argile où son empreinte s’était gravée. 1908/2008 inscrivit-il avec application en souriant du bon coup qu’il faisait au monde du cinéma. La jeunesse est éternelle pour ceux qui défient le temps avec l’arme de la création. Il restera sa mémoire comme pour nous rappeler que le temps est relatif et l’œuvre plus importante que son auteur. Elle échappe à tous les destins !

Et puis de ces nuits de partage, de ces heures blêmes, de ces paupières lourdes, de ces corps cassés, il restera comme un rappel à toutes les souffrances du monde, la magnificence des images volées à la monotonie et à l’ennui !

Vive le Festival 2009 !

Voir les commentaires

Mon Festival 2008 (1)

Publié le par Bernard Oheix

 

Des beaux moments de cinéma, il y en eut pendant ces 12 jours de Festival, beaucoup bien sûr et heureusement, suffisamment pour remplir la tête de panoramiques cernant les personnages, d’éclairs de violence, de plongée dans la réalité, de notes en contrepoint, de couleurs délavées et autres procédés techniques chargés de coller en symbiose une forme sur un fond.

Le cinéma a cela d’incroyable qu’il autorise toutes les audaces, permet toutes les ellipses, entraîne vers des mondes imaginaires en parlant de notre réalité. Il parle à la tête en passant par les sens, commotionne le cœur en court-circuitant le filtre du cerveau, vous fait pleurer et rire, vous donne la certitude de ne plus être dans le monde présent et vous offre un avenir éternel.

C’est cela mon Festival, c’est lui qui me pousse à voir 3 a 4 films par jour en moyenne, à enchaîner des histoires de continents opposés, à voir se tisser des liens improbables dans des hémisphères qui s’ignorent, comme si le monde des idées était plus fort que les camisoles qui nous isolent dans nos solitudes.

Vive le cinéma des rencontres.

 

Dans la série surprenons-nous, deux petits évènements avec deux bijoux de films d’animation. Kung-Fu Panda de Mark Osborne et John Stevenson et Waltz with Bashir de Ari Folman. Le premier est un conte délicieux avec un bon gros Casimir adepte de Kung-Fu qui va devenir un guerrier de légende et sauver le monde du mal. C’est gai, frais et amusant, un film que l’on rêverait de voir avec ses enfants. Le deuxième est dramatique, il parle de la guerre du Liban et de l’occultation dans la mémoire du narrateur, du drame de Sabra et Chatila, un massacre perpétré par les phalangistes contre les populations palestiniennes sous les yeux des militaires de Tsahal. Le graphisme est étonnant, on en oublierait que c’est un dessin animé. C’est superbe, émouvant, déchirant et cela parle du rôle de la guerre dans la destruction de cette part d’humanité qui réside au fond de chacun d’entre nous.

A l’évidence, les progrès techniques de l’animation permettent désormais de coller à un projet artistique en inventant un langage approprié. Avec le Marjane Satrapi primé l’an dernier, il y a éclosion d’un nouveau genre totalement adulte et cohérent. Vive le dessin animé et parions que le Waltz with Bashir aura un prix, il le mérite.

 

Moscow, Belgium du Flamand Christophe Van Rompaey est un premier film totalement réussi qui inverse avec jubilation les codes traditionnels. Il s’agit du drame familial de la femme de 40 ans délaissée par un mari artiste lui préférant une jeune élève. La rencontre musclée avec le camion d’un camionneur va lui permettre de briser les tabous, d’inverser les rôles et de plonger dans les délices d’une nouvelle aventure amoureuse avec son « Gigi l’amoroso ». C’est émouvant, drôle et terriblement amoral !

Dans le registre des comédies sympas, on trouve certains films du cinéma australien, très présent à Cannes comme Footy Legends de Khoa Do, délicieux conte sur fond de chômage d’un groupe de loosers qui se transforment en winners par la grâce d’un rugby à 7 et d’une énergie puisée dans le dérisoire. C’est plein de tendresse et d’espoir et l’on applaudit des deux mains au dernier essai qui consacrera la victoire du faible sur le fort. Le sport dans ce cas précis est le moyen de se libérer et non d’aliéner un peuple comme dans le film de Salles (Linha de Passe).

Autre bijou avec O’Horten de Bent Hamer qui doit solder ses comptes avec sa vie au soir de son dernier voyage comme conducteur de train. Pour gagner cette liberté et accepter son statut de retraité, il va falloir que le héros (Odd) au temps retrouvé passe par quelques épreuves initiatiques. Après une entame très classique, le film s’autorise quelques incursions dans le monde de l’absurde, décalage réel entre le sérieux du protagoniste et les situations complètement loufoques qu’il vit. C’est frais et revigorant comme un pays nordique sous la neige.

Petite comédie française avec en vedette un Darroussin enfin échappé des Pyrénées, Les Grandes Personnes de Anna Novion est un conte loufoque qui brode autour des émois d’une adolescente et du rapport qu’elle entretient avec un père possessif et fantasque à la recherche d’un trésor. Les adultes ne seront pas épargnés dans cette rencontre fortuite entre deux familles pour cause d’erreur de location d’une maison en Suède. C’est gentillet comme une glace à la vanille en temps de vacances.

 

Linha de Passe de Walter Salles et Daniela Thomas (après le film Carnet de voyages sur le Che) montre la vie d’une famille dans les quartiers pauvres de Sao Paulo où tous les chemins qui mènent vers la réussite semblent condamnés. C’est un film noir sur l’enfance dérobée et sur la pauvreté où le football devient le nouvel opium du peuple et sert d’exutoire à toutes les misères, où la ligne qui sépare l’honnêteté de la malhonnêteté est si ténue, que l’on peut la franchir à tout moment. Il en va de même avec Le sel de la terre de Annemarie Jacir, un film sur le retour en Palestine d’une fille de réfugiés, née aux Etats-Unis. Elle cherche à récupérer un maigre pécule laissé par son grand-père dans une banque palestinienne et tente de retrouver les traces de sa famille. Si Kafka devait renaître, il fait nul doute qu’il élirait domicile en territoires occupés ! Son combat pour rester sur la terre de ses ancêtres croisera le chemin d’un jeune Palestinien qui désire s’évader de cet enfer. C’est un film très sensible et émouvant même si quelques naïvetés parsèment son parcours.

 

Blindness de Fernando Meirelles faisait l’ouverture du Festival. L’occasion était trop belle d’entamer cette semaine dédiée aux dieux de la pellicule par un film dont le sujet est une pandémie de cécité dans un monde qui a perdu son âme. Les aveugles parqués dans des prisons vont reproduire les tares de la société, les plus forts dominant les faibles, la violence prévalant sur la raison, et les femmes devenant une marchandise dans un troc pour la survie. C’est une parabole entre la nuit des morts-vivants et un conte philosophique pervers. Dommage qu’une fin poussive aux relents de happy end vienne entraver cette glissade dans les abysses de la noirceur des hommes.

 

Gomorra de Matteo Garrone est une peinture des luttes fratricides entre clans de la Camorra. Sur fond de drogues, extorsions, d’escroqueries à l’Europe sur le traitement des déchets, de meurtres et d’armes, plusieurs histoires s’entremêlent pour peindre un tableau d’apocalypse d’une société au bord du gouffre. Il n’y a plus de lois, plus de règles, les amis d’enfance se tuent, les mères se font assassiner par des hommes de mains, les jeunes n’ont comme objectif ultime que d’intégrer une bande et pour ce faire, passent des épreuves initiatiques en se faisant tirer dessus, la population devient une masse asservie sans possibilité de réaction et l’humanité se dilue dans une sauvagerie sans limite.

C’est magnifiquement filmé comme un reportage flamboyant qui oscille entre le réalisme et la fiction, la fin létale d’un monde chancelant. On devrait retrouver ce film dans le palmarès, (commentaire écrit avant la cérémonie de clôture !), il est de salut public avec cette maigre lueur d’un homme qui va refuser de voir sa terre mourir et décider de couper tout lien avec la pègre. Puisse-t-il avoir un peu raison dans ce troupeau qui se laisse conduire vers une mort au travail sans réaction dans une ville de Naples gangrenée par un amoncellement d’ordures qui la paralyse !

 

Le silence de Lorna des frères Dardenne est un film émouvant traitant de la place des émigrés dans les marges de notre société européenne. A la recherche d’un sésame absolu : la carte d’identité communautaire qui permet de s’affranchir des frontières. Un mariage blanc avec un « camé » a permis à Lorna, jeune et belle réfugiée, d’obtenir ce passeport pour le paradis terrestre de la consommation. Las ! Lorna va s’attacher à ce junkie qui tente de se sevrer. Il va réussir grâce à son aide à s’émanciper de la dope et en cela, déjouer les plans de l’organisation maffieuse qui avait déjà prévu un remariage de Lorna avec un truand Russe en mal de nationalité belge. Il sera donc « overdosé » afin de libérer une place au banquet de la consommation ! Chronique douce-amère d’une tragédie au quotidien, le film montre que derrière l’instinct de survie de ceux qui ne possèdent rien, un reste d’humanité stagne, petit sable dans les rouages d’une mécanique froide de l’horreur. La mort va déclencher une prise de conscience qui mènera Lorna vers la fuite de tous ses espoirs. La folie est parfois le prix à payer des réveils d’une conscience assoupie !

 

Film parmi les films, réalisateur parmi les grands, L’échange de Clint Eastwood était attendu sur la Croisette par son copain Sean Penn, président du jury. N’en déplaise aux « pisses copies », le rendez-vous fut à la hauteur de l’attente. Angélina pas seulement jolie, une histoire qui mêle tueur en série, force de police gangrenée, psychiatrie et folie, religion et féminisme ne pouvait que nous enflammer. C’est filmé avec la sobriété de ceux qui n’ont plus peur du vide, l’histoire est légèrement distante, la reconstitution soignée, le jeu des acteurs impeccable, tout est quasiment parfait et s’installe à mon goût dans le palmarès au sommet de l’or, vers une palme promise et méritée, (Bon, je crois que j’avais un peu exagéré !). Un conseil, allez voir ce film au plus vite. Clint, on t’aime ! (Et là, je maintiens !)

Bon, vendredi prochain, vous aurez droit à la 2ème tranche de mon parcours dans ce 61ème Festival du Film ! Souvenez-vous, ces commentaires ont été écrits à chaud, d'où parfois ce décalage avec la réalité ! Mais c'était le but du jeu, donner mon impression dans l'ambiance de cette consommation forcenée... alors, on ne change pas la règle ! Rendez-vous vendredi, il y aura encore quelques surprises !

Voir les commentaires

Les Palmes non académiques de Mister Bernie.

Publié le par Bernard Oheix

Quelques variations pendant le Festival... Cela m'évitera de revenir sur un certain nombre de films dans les articles qui suivront. C'est vrai que sur les 25 longs métrages (série en cours), en attendant le dernier sprint du week-end, il y a forcément quelques scories qui donnent envie de se défouler.
Et puis, le Festival de Cannes est un révélateur, il oblige à grossir le trait et à forcer la dose. A chaud, je vous livre donc un peu de cet exercice de style d'une critique acide au ferment de la dérision !
 

La palme en plaqué or du film le plus ridicule !
Sans conteste au monument des frères Larrieu érigé au sommet des Pyrénées. Pour un voyage au fin fond d'un scénario débile qui voit une Sabine Azéma vieillissante atteinte de nymphomanie en train de baiser avec un ours bulgare des Pyrénées pendant qu'un Chaman tibétain console Darroussin qui se fait appeler Dussolier (sic). Il faut voir Azéma nue en train de courir dans les montagnes avec une horde de pandores aux fesses et finissant en robe de bure, louée au Seigneur par des moines chantants dirigés par Philippe Katerine (resic)...Grâce à la foudre divine, Azéma et Darroussin vont échanger leurs corps et leurs voix en une inversion super-bandante !
Ô punaise, en me relisant, je me dis que je n'aurais pas aimé avoir l'intelligence et la finesse d'imaginer un scénario aussi délirant ! Mais comment donc les frères Larrieu de « Peindre ou faire l'amour » ont-ils pu composer une ode aussi débile à l'absurdité et au vide sidéral ? Encore un film qui va faire aimer la « french touch » à ceux qui pensent que le cinéma est né avec La guerre des étoiles ou avec L'arche perdu !

La palme en plaqué or au film ou il y a le plus de seringues et le moins de dialogues !
Better Things est un premier film de Duane Hopkins. Le premier plan est égal au dernier et à tous les plans qui s'intercaleront entre... ce qui nous fait penser que cela aurait pu être un court-métrage, voire une photo ! Il s'agit de visages boutonnants d'adolescents mutiques qui arrivent à prononcer trois mots à l'heure (quand ils sont en pleine forme) et qui n'ont d'autres occupations que de se planter une seringue dans les veines, ou de respirer un truc très violent qui leur fait chavirer des pupilles bovines en train de contempler les paysages... tout cela baigné dans le vert d'une campagne anglaise glauque et brumeuse comme leur dynamisme. C'est grand un enfant qui souffre !

La palme en plaqué or au scénariste le plus défoncé !
Tokyo Sonata de Kurosawa Kiyoshi commence comme une œuvre douce amère sur la cruauté du monde de l'entreprise. Des Chinois, payés 3 fois moins cher que les Japonais, prennent la place d'un directeur de 46 ans (Ah ! Le drame des délocalisations !). Il ne va pas oser le dire à sa famille par peur de perdre son statut de père tout-puissant et se retrouve dans la journée à la soupe populaire. Bon jusque-là, on suit un peu lentement mais plutôt avec attention... quand soudain ! Le scénariste ayant ingéré un produit illicite alors qu'il ne le supporte pas fait partir l'histoire dans une impasse dont il sortira à chaque fois dans la surenchère la plus absurde. Je vous passe les détails d'un vol avec effraction et prise d'otage de sa femme, qui va coucher avec le voleur qui se suicidera (très esthétique son suicide) pendant que le papa qui nettoie les « chiottes » trouve une enveloppe bourrée de fric entre deux cacas, et que le dernier fils devient en trois mois un génie du piano pendant que l'aîné s'engage dans l'armée des Etats-Unis pour défendre ce peuple qui lutte pour la liberté du monde et des autres peuples... Vous suivez ? Moi, y a longtemps que j'ai sombré dans la schizophrénie et que j'ai décidé d'arrêter de boire ! Vive les nippons déchaînés !

La palme en plaqué or du film le plus «nouveau cinéma français » !
S'il existait un label « France », Arnaud Desplechin serait décoré de l'ordre du mérite agricole national. Quand Matthieu Amalric tombe dans la rue, cela ne peut être que d'une façon très théâtrale quand bien même il a même pas mal ! Quand les protagonistes parlent, ils cisèlent des dialogues où chaque mot vaut son pesant de platine de sous-entendus et de silences qui en disent si long... Il y a les bancs publics filmés comme des tombeaux égyptiens et les sentiments humains qui sont des légendes dorées, des saynètes en dessins animés qui raccourcissent l'histoire et des séquences interminables où rien ne se passe qui l'allongent. C'est du nouveau cinéma, profond psychologiquement, avec une distribution qui réunit le gotha des acteurs branchés où le moindre balayeur s'exprime comme Shakespeare, où chaque plan est une aventure qui ouvre les portes de la perception, où l'ennui est tellement beau qu'il devient source de profondeur insondable.
Voilà donc une palme méritée pour tout l'effort de notre réalisateur à rendre compliqué ce qui est très simple : on s'en fout de ces états d'âme d'une bande de Bobos sortis de la naphtaline !

La palme en plaqué or du film le plus incompréhensible.
L'Argentine Lucrecia Martel réussit l'exploit de raconter une histoire à laquelle on ne comprend strictement rien. L'heure trente de La femme sans tête pourrait s'apparenter à un puzzle sans logique ni structure. C'est amusant 5 mn, puis on se lasse rapidement. Le spectateur est décervelé méthodiquement, on le mène sur des fausses pistes par le bout du nez. Entre une histoire labyrinthique et le faux qui se mélange au vrai, des ellipses pleines de sous-entendues et les manipulations du montage, cette plongée dans la maladie de l'absence devient rapidement une énigme insoluble et absurde. Le seul intérêt de ce film est de faire parler autour d'un bon verre de vin, dans mon jardin, entre deux projections et d'éclater de rire quand Le monde le lendemain introduit le paramètre que la réalisatrice refoule les années de la dictature en Argentine à travers ce scénario. Vive l'abscons !

Il existe aussi des petites palmes en plaqué or de poche pour des séquences de films.
L'idée tordue de faire un hold-up à Ramallah par une Américano-Palestinienne en est un exemple. Dans ce film « le sel de la mer » plutôt réussi, bien joué et sur un thème fort (le retour d'une réfugiée sur sa terre), une séquence absurde nous oblige à donner un avertissement solennel à la jeune réalisatrice Annemarie Jacir : quand l'idée est stupide, il faut la rejeter, pas de complaisance pour les effets scénaristiques faciles !
Une petite broche pour le réalisateur d'un bon film incapable d'en parler et de le défendre. C'est le cas de Radu Muntean dans Boogie. Film roumain intéressant, un peu longuet mais que l'on a envie de supporter. Las ! Le débat qui s'ensuivra avec le réalisateur ne sera pas à la hauteur. Son flot de banalités et son manque de recul prouvent à l'évidence que l'on peut savoir filmer sans pour cela maîtriser le discours. Dommage ! Il méritait mieux notre Roumain de service. Que l'après réalisme-socialiste est difficile à gérer... même le mot « politique » fait peur aux enfants de Ceausescu !

Enfin, je ne peux passer sous silence la flopée de petites breloques en plaqué or que j'adresse à l'ensemble des scénaristes, réalisateurs, dialoguistes, caméramans qui imaginent qu'il suffit de :
A) faire pleuvoir (beaucoup !) pour signaler que l'heure est grave !
B) qu'il est impossible de terminer un film sans avoir montré une femme nue dans une baignoire pleine de savon... en général, la scène suivante voit sa tête s'enfoncer sous l'eau pendant que l'on discerne la pointe des seins émerger !
C) d'écrire un dialogue où il y plus de silences que de mots et où, quand ils se décident à parler, les acteurs regardent dans le vide sentencieusement avec une constance qui démontre la qualité de leur non interprétation !
D) de filmer un plan de nuages qui roulent dans le ciel pour indiquer que l'univers est vaste et le cadre de l'écran trop étroit en regard de l'intensité des sentiments des protagonistes de l'histoire !
E) d'inclure toutes formes de tramways, bus, wagons, taxis, comme lieux décisifs de basculement de l'action dans les moments charnières de l'histoire !

Bon, c'est ma première livraison. Je vous parlerai dans la prochaine session des bons films, (il y en a quelques-uns !), de l'ambiance du Festival et de ma rencontre avec un centenaire du cinéma (presque l'âge de cet art !) qui a pour nom Manuel de Oliveira et dont le regard malicieux reste un espoir pour tous ceux qui pensent que vieillir, c'est mourir beaucoup !
A bientôt.

Voir les commentaires

Pégase, le messager des Dieux

Publié le par Bernard Oheix

On connaît la qualité de l’accueil de nos amis Corses, on ne va pas épiloguer sur cet aspect de mon séjour ! Je vous avais déclaré ma flamme l’an dernier devant la richesse et l’originalité de la création théâtrale. « E Teatrale de Bastia » se veut un rassemblement, une vitrine, un marché potentiel, une réunion de famille, un thermomètre de l’activité artistique de l’île de Beauté. Tout ne fut pas parfait dans cette édition, mais c’est le propre de l’art vivant d’être sur le fil du rasoir, sans aucune certitude. Heureusement, il y eut de beaux moments de rencontres, des propositions pas toujours abouties mais porteuses d’espoir, une effervescence en dehors de la scène en gommant parfois ses faiblesses ! Il s’agit là de culture, pas de mathématiques. Il n’y a pas de martingale magique qui guiderait vers le succès, qui assurerait la perfection d’une œuvre et impliquerait la reconnaissance du public.

Pourtant, une pépite était dissimulée dans la veine bastiaise de 2008. Un vrai grand et beau texte, admirablement mis en scène, interprété à la perfection. Je vous livre un page sur cette aventure intellectuelle, moins une critique théâtrale qu’un écrit d’émotions. C’est ma façon à moi de rendre hommage à la perfection de ce travail.

 

51, Pégase ou La confession de la bête.

De Marc Biancarelli

Mise en scène Jean-Pierre Lanfranchi

Avec Christian Ruspini.

 

Un dispositif scénique qui ouvre sur le noir et des mouvements sombres, furtifs meublant le silence. Il y a de l’ordre du chaos dans l’air, à l’image des cubes qui jonchent l’aire de jeu qu’un comédien s’efforce de remettre en place. Mais de quel ordre s’agit-il ?

C’est bien cette question que nous pose l’auteur. C’est bien l’interrogation du metteur en scène. C’est ce que réussit à transmettre un acteur d’une qualité incroyable, Christian Ruspini seul en scène et pourtant habitant de multiples personnages qui vont illuminer le temps d’une réflexion, celle d’une terre et de ses éclairs de cruauté. Plongée dans un passé récent pour conjurer un avenir complexe, société qui se cherche une âme mais dont la barbarie qui a présidé sa naissance ne peut qu’entacher d’une tare irréversible.

Le texte est d’une richesse formelle sublime, avec des mots qui parlent des maux d’une histoire à construire. Il prouve que les Corses peuvent envahir l’espace d’une langue en cherchant un sens à leur réalité. Marc Biancarelli est un auteur corse qui revisite un passé de violence en dessinant un futur d’interrogations. Grâce à une machine qui permet de voyager dans le temps et l’espace, il va peindre le tableau composite d’une épopée à la fois sublime et sordide. D’Aléria aux cendres d’un terrorisme dévastateur et de luttes intestines, se tisse la « geste » d’une fiction dans le regard introspectif d’un homme qui a accouché de cette folie meurtrière. Le goût du sang comme matrice de toutes les volontés de puissance. Peut-on construire une société libre sur les ruines qui ont induit sa fondation ?

Une voix off introduit la problématique. Un écrivain s’est exilé, il revient dans une Corse libre pour régler ses comptes, ceux d’une utopie qui n’a engendré que des rêves brisés. Un de ses anciens élèves a créé une machine (Pégase 51) qui permet de s’évader dans un monde d’Héroïc Fantasy où la guerre est abstraite et le sang couleur de vie. Ces deux univers vont cohabiter. Celui des actes qu’il faut solder, comme celui des mythes que l’on a entretenus au mépris des hommes.

Certaines scènes font froid dans le dos. Celles du racket et de la coercition provoquant un plaisir malsain à son auteur qui s’interroge : comment a-t-il pu engendrer ce petit soldat de l’innommable ? Le rapport au sexe avec cette femme objet que des hommes utiliseront pour assouvir leurs instincts les plus vils dans une boîte où l’on parle de bâtir un monde nouveau dans les volutes d’alcool et les bassesses d’une misère sexuelle. La vaillance à l’aune de la violence la plus primitive.

Il y a des chants désespérés dans cette complainte, et l’on sait que ce sont les plus beaux, les plus déchirants. L’acteur au fil de ses pérégrinations recompose inlassablement son espace en utilisant ses cubes de formes diverses, jamais symétriques, noir d’une face, rouge de l’autre. Empilés, de guingois, se chevauchant où prenant la forme des dolmens de Filitosa, sur le fil d’un état d’âme où l’hystérie se conjugue à l’abattement.

Cette pièce est un chef-d’œuvre. Manifeste philosophique, acte politique, histoire sublime de la petite histoire, elle reste une pièce de théâtre qui fascine par la densité de son propos, la complexité des thèmes traités dans la simplicité d’une mise en forme limpide comme un discours qui toucherait à l’essentiel. Et si l’art au fond n’était que cet accouchement douloureux que nous partageons avec les auteurs de cette pièce ?

Une voix off finale va conclure la problématique. Il y a du renoncement dans ce constat que la machine à voyager dans le rêve est plus réelle que l’ensemble des actes qui nous ont amenés à transgresser notre humanité. L’homme est encore trop imparfait pour s’affranchir des pesanteurs de son étroitesse. Il reste le verbe alors pour espérer. C’est ce que Marc Biancarelli et Jean-pierre Lanfranchi ont réussi à nous faire croire, du côté de Bastia, dans une Corse bien vivante.

Les attentats continueront à égrainer leurs nuits bleues, la vie en rose prend sa source dans la sensibilité d’artistes qui redonnent au genre humain quelques lettres de noblesse. C’est toute la force et la magie des Théâtrales de Bastia de nous offrir cette vision d’une Corse capable de s’élever vers le monde des idées pour atteindre à l’universel d’un discours sur l’homme moderne.

 

PS : Une programmation à Cannes dans la saison 2008/2009 ? A étudier de toute urgence !

Voir les commentaires

Fin de partie...

Publié le par Bernard Oheix


Avec Abd Al Malik, une des personnalités attachantes que j'ai eu le plaisir de découvrir dans cette saison... En plus de sa gentillesse, un concert de magie !

J'ai envoyé ce texte à l'ensemble de l'équipe de l'Evènementiel au lendemain du dernier spectacle (Etienne Daho... magnifique show !) de la saison  "Sortir à Cannes 2007/2008". Une façon de communier brièvement autour du temps qui passe et des spectacles qui meublent notre quotidien pour s'évanouir dans les nuages. Une soirée chasse l'autre... reste des traces, des moments d'émotion, des bribes d'une histoire à écrire qui parlerait de ces visiteurs d'un soir ! 


Une saison vient de se terminer... Une de plus d'effectuée ! Une de moins à imaginer... pour vous, à réaliser !
Cette année 2007/2008 a été généreuse en belles images, en souvenirs, en événements majeurs.
Souvenons-nous... Les concerts de septembre avec Archive et l'orchestre de Bender (le plus beau et émouvant concert que j'aie jamais produit professionnellement), ces chanteurs que nous aimons, Mano Solo, Arno, Rachid Taha et surtout Stephan Eicher, Susheela Raman et Salif Keïta, Abd Al Malik, Gréco (un mythe qui nous a donné quelques émotions pures) et Daho pour clôturer en élégance... Une saison musique comme on en n'avait jamais réalisée par sa diversité et sa qualité !
Le Festival de Danse...de nouveau accessible où Sylvie Guillem et Russell Malliphant nous ont permis de rompre avec les lois de la pesanteur et qui nous a réconcilié avec Maguy Marin (sublime et tragique testament crépusculaire) et l'art du mouvement. Mayumana, le coup de cœur endiablé des fêtes de fin d'année en percussions, rythmes et humour. Marc Jolivet et les Chevaliers du rire avec fiel, l'humour de Boublil et de Benureau, les grands airs de La Traviata et de Nabucco, même les chœurs de l'Armée Rouge pour nous faire aimer les slaves...le théâtre en comédie (Toc-Toc, La valse des pingouins, Adultères...) !
Et le festival des jeux, avec ses 135 000 visiteurs/joueurs et sa belle soirée de remise des prix et ses nuits du OFF à étirer les heures jusqu'à l'aube.
Voilà donc une page de tournée, un livret à ranger dans l'armoire des souvenirs, au milieu des autres, dans le foutoir des images que nous conservons enfouies en nous et qui font que nous sommes différents. A force de tutoyer les muses, on récupère un peu de leurs rêves !
Je vous remercie du fond du cœur pour tous les efforts que vous avez consentis, pour la passion que vous démontrez au jour le jour au service de ceux qui créent l'émotion... C'est grâce à vous que le public peut communier, c'est par votre souci et votre précision que nous avons la fierté de réaliser des saisons pleines qui rencontrent le succès dans une période de crises et d'incertitudes.
J'associe à ces remerciements tous les stagiaires qui trouvent leur place dans notre petite entreprise et donnent leur soif d'apprendre en gage de leur investissement.
Il nous reste de beaux combats à mener, un été se profile, une nouvelle saison et toujours votre compétence et votre enthousiasme en fil conducteur de notre action au service du public et du Palais des Festivals de Cannes.
Merci à tous !

Voir les commentaires

Fin de voyage. La Transmed (5)

Publié le par Bernard Oheix

Voilà la ligne d'arrivée et nos rescapés sains et saufs, perdus dans l'agitation des côtes tunisiennes. Ils ont fière allure nos marins, et dans l'emballement de cette dernière nuit de navigation et des effluves orientales, notre responsable du journal de bord pète un plomb et se pose une couronne d'épines sur la tête. Bon, il faudra redescendre sur terre, c'est sûr, mais en attendant, quel pied !
Reste la transatlantique à effectuer l'an prochain et à survivre à la lecture de ce journal par mes amis marins d'opérette... 40 années d'amitié se brisant sur quelques envolées stylistiques à la brise océane, c'est dur d'être le rapporteur de service quand rien ne peut l'empêcher de faire un effet de style, une figure non imposée, un jeu de mots comme un acte gratuit !



10ème jour.
Fin de la grande traversée.

Je ne suis que l’humble plumitif chargé de rapporter dans ce livre d’or les événements qui se sont succédés sur ce fier voilier. Pourtant, aujourd’hui, en ce matin du 12 juin de l’an de grâce 2007, 10ème jour de notre expédition vers les terres d’Orient, j’aimerais posséder la science des mots, la magie du langage, le souffle à même de vous retranscrire le cours incroyable des aventures de cette nuit dantesque.

Nous sentions bien aux nuages chargés de soufre, aux éclairs d’une clarté sourde en train d’agoniser dans les abysses d’une ligne d’horizon, que cette nuit ne serait pas comme les autres, qu’il en allait de notre destin et que notre courage serait éprouvé. Las ! Nous ne croyions pas si bien penser !

C’est Captain Fifi dans son premier quart qui nous a tirés du sommeil avec des hurlements démoniaques. Malgré sa vigilance, nous nous sommes empêtrés dans les mailles d’algues tressées d’un filet dérivant. Notre quille ripant contre ce piège létal, frôlant la catastrophe d’une immobilisation définitive et d’une paralysie synonyme de mort assurée, notre capitaine a, au prix d’une manœuvre hardie, réussi à coucher le voilier afin de nous dégager de cette pieuvre qui tentait de nous tirer vers le fond. En se libérant, Captain Fifi arracha nos lignes de pêche, nous condamnant à vivre sur nos réserves jusqu’à la fin de cette expédition. L’heure était grave, quand, épuisés, nous avons décidé de tenter de récupérer en nous jetant sur nos grabats. Hervé maître-queue affronta alors un ballet de licornes. Ses cris nous rameutèrent. Sous nos yeux exorbités, une dizaine de gigantesques animaux préhistoriques traçaient une route parallèle à la nôtre. Immenses, hautes de plusieurs étages, éclairées par le diable et crachant une fumée noire dans le ciel sombre, elles vaguaient en musardant, cherchant quelques proies à dévorer, il fait nul doute. Fort heureusement, elles passèrent au loin sans s’occuper de nous. Le bruit ronflant de leurs narines portait jusqu’à nous. Nombre d’entre nous se sont signés dans l’obscurité, confiant leur destin à un Dieu tout-puissant, quémandant avec force qu’il nous permette d’échapper aux pièges de cette nuit d’enfer.

Vint mon tour de garde. Force Brutale mais si fragile au fond de moi. La première heure fut angoissante mais c’est lorsque je vis deux monstres marins en train de chercher l’affrontement en se précipitant sur nous que je perdis mes moyens. Je ressens encore cette terreur à la vision de leurs deux yeux énormes (un rouge et un vert) dévorant l’espace qui nous séparait. L’éclair jaillissant de leur gueule, mon désespoir à l’idée de cette dernière heure venue. J’avais tant de rêves encore à accomplir que j’ai hurlé en suppliant Captain Fifi de venir me sauver. Il a jailli, nu dans la brise, d’autorité s’est emparé des commandes et a imprimé un virage à 360° à notre esquif pendant que les deux monstres nous longeaient sous l’œil goguenard de marins tunisiens hilares. Il les a égarés dans l’immensité noire de cette nuit sans fin. Il avait fière allure notre capitaine dans le plus simple appareil, ses muscles découpés luisants dans la clarté blafarde d’une lune haut-perché.

Enfin le soleil s’est levé. L’odeur d’une terre chargée d’épices et de senteurs exotiques a précédé la vision d’un rivage hospitalier, chassant les derniers miasmes de nos peurs nocturnes. Nous préparons l’équipage à l’accostage. Captain Fifi, sévère mais juste, dans un accès de générosité, a éventré un coffre en nous autorisant à nous servir. J’ai récupéré deux colliers en verroterie, trois miroirs et un peigne, de ces babioles dont raffolent les indigènes et qui permettent les trocs le plus fructueux.

Déjà nous entendons les cris des mousmés, elles lancent des youyous en notre honneur et exhibent leurs poitrines généreuses. Elles dansent sur ce quai de fortune en dévoilant le diamant de leur nombril, prémices de tous les délices de la chair qui nous attendent. Ah ! La vie d’aventurier !

Nous allons débarquer dans quelques minutes. Ce sont les derniers mots que je jette sur les pages de ce carnet de bord. Il est prévu de s’en retourner après une semaine vers nos foyers, le temps de remplir nos cales de trésors et de ravitailler en eau fraîche, fruits et légumes.

Pourtant, je sens d’étranges langueurs. Saurai-je résister longtemps aux sourires éclatants des femmes abyssines ? Réussirai-je à contrôler cette pulsion d’une étreinte sauvage avec des corps animaux qui rugissent à nos sens exacerbés ? Leurs seins flamboient comme un appel à ma chair tourmentée par les stupres d’une vie de licence.

Une idée trotte dans ma tête, les germes d’un avenir grandiose. Et si je fondais un empire sur ces rivages primitifs peuplés d’indigènes accueillants ? Un empire dont je serais le maître, où Captain Fifi assurerait les responsabilités d’un amiral en chef d’une flotte de guerre à construire qui me ferait régner sur les côtes orientales de cette mer inconnue, où Hervé maître-queue deviendrait le superintendant de mes fortunes et gérerait les nombreuses femmes de mon harem qui assureraient ma descendance.

Je vais y réfléchir ! En attendant, les cris des femmes en rut montent dans l’azur et font vibrer en écho, la chair trop humaine de mes désirs. Je me souviens de cette pellicule cinématographique de ma jeunesse, « l’homme qui voulut être roi », et je respire l’ivresse d’un pouvoir à conquérir, d’un règne sur les sables du désert pour une cité fantôme érigée à la force de mes poignets, dans la sueur de mes esclaves.

Adieu ! Peut-être, sans doute ! Au revoir, que les flots vous entraînent jusqu’aux délices des portes du mystère.

Je vous ai aimés, il y a si longtemps me semble-t-il, dans une autre vie, un autre monde. L’inconnu m’appelle, les ombres s’épaississent, les mots s’effacent, vient le temps des actes, la mort ne pourra qu’attendre !

 

 Bernard O à Hammamet, harnaché pour le départ. Finalement, cette traversée ne laissera que peu de stigmates sur son corps d'athlète ! 

 

FIN


Il était temps que l'on arrive, pour nos santés communes comme pour l'équilibre mental du rapporteur.
Quelques jours à Tunis, l'avion de retour avec le Romulus ancré dans le port d'Hammamet sous bonne garde et la reprise du travail pour gagner son morceau de paradis... En attendant les cancers sont jugulés, la thyroïde s'est remise en marche, nos sens exacerbés revivent dans des physiques épanouis et l'avenir est devant nous...vive la Transmed 2007 !
 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

La Transmed (4)

Publié le par Bernard Oheix

Bon, encore un effort pour avoir l'étoffe d'un héros. Les aventuriers du voilier perdu sont en route pour leur grande traversée, celle de tous les dangers, de la Sardaigne à la Tunisie. Il va s'en passer des évènements pendant ces deux journées et ces deux nuits de "marinade".


8ème jour.

La grande traversée.

De Carloforte à Hammamet.

 

Philippe a préparé le plan des veilles des deux nuits qui nous attendent. Bernard est puni, les dieux ne sont pas toujours adorés. Je vais me coltiner les quarts de 20h à 22h et de 2h à 4h la première nuit et de minuit à 2h et 6h à 8h la deuxième nuit. Préparation du voilier et réunion briefing avec les équipages et l’organisation. Les évènements deviennent sérieux, il n’est plus temps de batifoler, l’aventure se présente au seuil de notre cabine !

Repas frugal, sucre lent pour emmagasiner des forces et à 13h, pression à son comble, nous appareillons. Bernard hisse les voiles, Bernard est fort, son corps s’est affermi, sa silhouette affinée, heureux tribut à ces heures passées sous les tropiques à user ses forces contre les éléments déchaînés.

Au sortir de la passe, Captain Fifi se sent prêt à fondre sur l’îlot du Toro qui ferme la baie. Captain Fifi est sévère mais juste. Il voit le vent mollir et la barre incapable de répondre aux sollicitations de sa main sûre. Calme plat, rien pour nous faire rugir et mordre les embruns. Qu’à cela ne tienne, nous avons du temps devant nous, il y en aura bien une, de ces tempêtes coutumières à faire hurler les drisses d’un Hollandais fantôme. En attendant, on met le moteur qui toussote et nous traîne vers cet objectif insaisissable.

Hervé maître-queue est content et heureux. Il arbore en permanence un beau sourire simple, de ceux que les naturels affichent sans affectation quand la quiétude règne dans leur cœur. Il est insouciant et glisse d’un bord à l’autre en produisant des petits rires qui égayent l’ambiance lourde de ce départ angoissant. Heureux les simples esprits, leur aptitude à saisir l’instant présent est la marque d’une grande adaptation et leur nonchalance, une force dans la traversée qui nous attend.














Bernard O et Hervé C guettant une pêche miraculeuse. Admirons leur peau boucanée



Nous cinglons lentement mais sûrement vers le large. La terre rapetisse derrière nous, le mystère écharpe l’horizon…mer, vagues, vent, écueils, filets dérivants, monstres… n’est-ce point trop pour nous ? N’est-ce point une mission impossible que nous nous infligeons ?

Heureusement, nous avons une confiance aveugle en notre capitaine. Droit à sa barre, le regard pointant l’horizon, il nous offre une vision d’un monde sans frontières où tout devient possible, même l’impossible voyage vers les abîmes de la civilisation.

La nuit tombe. La mer étale déroule son tapis bleu sombre. Le vent faible susurre à nos oreilles des complaintes morbides, nous avons tout à craindre de ce grand désert tout bleu où luit la liberté ravie (sic !).

C’est l’heure des solitudes, ces veilles où nos cerveaux enfiévrés scrutent le vide en attendant le pire. Chacun opère son quart. De 2h à 4h je vais fouiller l’obscurité à la recherche de mes peurs. Heureusement, mon baladeur aux oreilles m’instille les Pink Floyd, Placebo, Archive, Massive Attack afin de me donner du courage. J’ai l’impression d’avoir fumé un peu de cette herbe des indiens qui autorise le grand voyage, expérience inédite dans cet espace sans illusion d’un vide peuplé de nos peurs.

Dieu est grand dans la solitude des veilleurs de nuit, il invoque les esprits de la mer et donne du courage à ceux qui doutent dans l’ombre de son ombre.

 

 

9ème jour.

La grande traversée (suite)

 

Le soleil se lève et avec ses rayons, nos peurs s’évanouissent. Captain Fifi assure la barre d’une main ferme pendant que le moteur ronronne avec allégresse. Un voilier qui se traîne à la force des chevaux-vapeur dans l’immensité marine, c’est stupide, je sais, mais que faire contre la nature ?

Hervé décide d’abandonner sa défroque de cuistot et refuse d’assurer la pitance de l’équipage sous le prétexte fallacieux d’une grève sauvage. La révolte gronde à bord.

Captain Fifi, astucieusement, décide de calmer les hommes en leur imposant « l’épreuve de Poséidon ». Nu, chaque marin, attaché par une corde, est plongé à tour de rôle dans l’onde turquoise peuplée de requins mangeurs d’hommes. Il se fait traîner pendant que les squales rôdent autour de lui. Nous avons peur mais oublions nos terreurs dans ce dépassement physique inconscient qui expulse les miasmes des rancœurs d’un l’habitacle surpeuplé.

C’est moi, Force Brûtale qui battra le record de vitesse et de durée der ce défi à la raison. A plus de 7 nœuds, mon corps est violet quand on me hisse épuisé hors de la gangue salée.

Cette fuite salutaire aux frontières de notre vaillance a remis les têtes en place. Le maître des fourneaux, enfin rétabli de ses velléités de mutinerie, jongle avec les matières premières et une odeur délicieuse monte de ses marmites, envahit le carré, se répand comme un nuage odoriférant.

Par la senteur alléchée, un monstre marin s’accroche à la ligne de notre pêcheur afin de participer à nos agapes. Comprenant le traquenard dans lequel il s’échoue (n’exagérons pas sur la qualité de la nourriture terrestre de notre maître-queue !), dans une ruade dantesque, il se décroche de notre ligne appâtée et fonce vers la ligne d’horizon. Dépités, nous regardons notre garde-manger s’évanouir dans les vagues de la nostalgie.













Je suis parfois aussi inutile que je l'espère, juste une présence sur fond d'azur avec le marin Hervé en train de faire semblant de s'activer !


C’est alors qu’une nouvelle alerte vient commotionner l’ensemble des présents. La jauge du carburant baisse dramatiquement, nous risquons de nous retrouver en rade perdus au milieu de nulle part. Cela n’en finira-t-il jamais ? Pourquoi donc le sort s’acharne-t-il sur ce voilier ? Quel péché devons-nous expier qui concentre les feux de l’enfer sur notre frêle esquif ? Nous tentons la voile, maigre consolation d’une brise légère qui nous fait serpenter à la limite du surplace. Nous sommes désormais seuls, tous les autres concurrents ont disparu dans l’azur.

Le vent de l’échec nous mord la nuque, étreint nos entrailles. Avons-nous fait nos testaments ? Quand donc retrouveront-ils nos corps asséchés, momies de l’éternité marine, sans rêve ni espoir ?

Nous nous consolons avec les sempiternelles pâtes à la sauce bolognaise Carrefour mijotées par notre pousse plats. La nuit tombe. Les quarts vont reprendre avec leur cortège de solitude et d’angoisses. La journée est passée si vite !

L’abstinence commence à produire des effets mortifères. Nous entrevoyons des femmes nues, lascives, en train de suivre le sillage de notre voilier en nous invitant de leurs seins de feu. Mythe où réalité ? L’avenir nous le dira !

Allez, encore un texte et on vous libérera de cette mer obsédante et de ces 3 olibrius à la dérive des sentiments ! Vivement la ligne d'arrivée, surtout que....

Voir les commentaires

La transmed (3)

Publié le par Bernard Oheix

On continue sur les traces de nos aventuriers modernes. Bon, c'est pas parce que l'on a rien à dire que l'on va se priver du plaisir d'écrire. Et puis, on rentre sous des latitudes qui enflamment les esprits ! Attention, les derniers miles vont être redoutables !



6ème jour
De Aristano à Marina Sifredi.

Départ à 9 heures. Nous sommes déroutés par des manœuvres militaires. L’aviation, des corvettes, c’est beaucoup pour nous. Après avoir hissé le drapeau blanc, nous nous glissons entre les mailles du filet et retrouvons le grand large, toutes voiles hissées, cap à 180°, conditions idéales pour tester notre voilier, nous filons un 7 nœuds de belle allure.

Des dauphins viennent dans notre sillage. Ils batifolent, nous observent d’un œil moqueur. Ils sont beaux et majestueux et s’amusent en bandes à croiser notre chemin. Des oiseaux les suivent en piaillant, c’est émouvant.

Hervé maître-queue est chargé d’assurer la pitance. C’est le spécialiste de la pêche. Il entretient les lignes, fabrique les amorces, accroche les leurres et reste désespérément optimiste devant la vacuité de ses efforts. Le soir, en général, c’est la boîte de thon et les sardines à l’huile qui meublent notre ordinaire. Pourtant, en ce jour béni des dieux, un espadon suicidaire vient s’embrocher sur l’hameçon. Il réussit l’exploit de le tirer par hasard, cet envoyé miraculeux, et auréolé de son espadon de 1 mètre (sic), se rengorge comme un paon pendant que nous lançons l’information sur les ondes aux autres concurrents furieux.







C'est Hervé le pêcheur... mais sa photo est floue alors j'en profite...




Captain Fifi barre comme un chef. Il a ce petit rien qu’ont les grands au sommet de leur art. Quand il épouse le vent, se fond dans chaque risée afin de s’épanouir en synergie avec les éléments, quand il se donne au maximum, son corps en osmose avec le bâtiment qui trace sa route, il est Dieu, il est celui qui
nous guide, le grand timonier, l’ordonnateur des pompes célestes. Notre Romulus, sous sa poigne et malgré un handicap de taille, se maintient gaillardement dans le peloton de tête.













                                                                                      Captain Fifi, notre maître à tous !


L’entrée en fin de journée dans la marina s’avère délicate. Bernard Force Brutale s’améliore dans ses manœuvres sophistiquées. Haler, tirer, souquer, border, il voltige d’un bord à l’autre comme un marin chevronné, avec la maestria d’un loup de mer, défiant les lois de la pesanteur.

L’accostage s’effectue à cul, en douceur, avec un art consommé de notre capitaine très fier de sa prouesse. Nous aussi partageons sa joie et vénérons notre guide suprême. Hervé maître queue descend le premier sur le quai et d’un air négligent, son espadon à bout de bras, affecte de chercher un point d’eau, juste histoire d’exhiber son trophée de pêche. Les regards de convoitise convergent vers ce monstre marin qu’il prépare en fine lamelles crues baignant dans du citron. Goguenards, nous dégustons notre plat sur le roof avec la mine insouciante de ceux qu’une grande habitude protège des aléas de la faim.

Une petite cantine dans la vieille ville, un repas frugal (amuse-gueules à l’italienne, pâtes en 1er plat, poisson succulent, tiramisu et quelques « dolce »), juste de quoi se sustenter à un prix frisant le ridicule.

Il est temps, après une promenade au long du mail, de réintégrer nos couchettes. Il faut s’économiser car l’air du  large use et la ligne d’arrivée encore si loin.

Je m’endors sur un livre de Schlink. Grand moment !

 

7ème jour.
Journée à quai.

Ôde à Bernard.

Bernard va chercher le pain frais à l’aube et prépare le petit-déjeuner. Bernard est grand. Pendant que Philippe et Hervé badent sous des prétextes futiles, Bernard récure le bateau, nettoie les salissures d’une semaine de mer, il lave les ponts, frotte les cuivres, astique chaque recoin, récure les culottes de son capitaine et les tee-shirts du maître-queue, Bernard est très grand et altruiste.

Le voilier reluit comme un sou neuf, Bernard est un esclave moderne. Grâce à son action efficace et à sa force brutale, il attire les regards des touristes et surtout des jeunes et belles femmes qui cherchent l’aventure sur des quais de fortune, dans les bras robustes de marins boucanés aux vents du grand large. Bernard est si beau à la coupée de son fier destrier des océans.

Notre coursier au repos avant la grande traversée.

Hervé concocte, avec l’espadon, un plat que nous décidons de partager avec les équipiers du Lady Jane qui nous invitent à boire l’apéro. Sans aucun doute, veulent-ils percer les mystères de cet équipage hors norme que nous formons, de cette osmose qui lie comme les doigts d’une main, les gardiens du Romulus, les cerbères de la Méditerranée. Ils en seront pour leurs frais mais nous sortirons de leur pompeux catamaran, ivres comme des marins en bordée dans un bordel de Tanger.

Qu’à cela ne tienne. Une sieste réparatrice et nous repartons pour une visite de la cité lacustre de Carloforte, au milieu des badauds ebaudis. Nous sommes si fiers, les indigènes nous contemplent éblouis, nous sommes à l’égal des dieux, mieux, Bernard est Dieu.

Nous achevons notre soirée avec force gelati et limoncello. L’angoisse commence à monter, une tension perceptible à la seule idée de la grande traversée vers les rivages de l’Orient qui nous attend pour le lendemain.

Que le monde est étrange sous ses latitudes extrêmes.

Voir les commentaires

La Transmed (2)

Publié le par Bernard Oheix

Suite des aventures de nos marins d'eau douce en route vers Cipango, à  la recherche d'un impossible Eldorado. Ils sont fiers et orgueilleux nos héros d'une Méditerrannée en colère.


3ème jour.
Au long des côtes corses.

Je me lève à l’aube. Je réussis à prendre le zodiac, à l’allumer et à me guider jusqu’à la terre ferme afin de ramener aux membres de l’équipage, les croissants et les journaux, peut-être les derniers, auxquels nous aurons droit avant de plonger dans l’inconnu des mers australes.


Une nouvelle fois, je fais match nul dans la réalisation des mots croisés du Monde avec Captain Fifi... même s’il s’est fait aider par notre maître-queue et que j’étais seul, moi !

Au déjeuner, cailles sur canapé (sic), preuve si besoin était que nous avions raison d’embarquer notre cuistot, bien qu’il boive et fornique comme un suppôt du diable en train de vendre son âme.

Check-point à 13 heures.

Préparation du Romulus qui frémit d’aise et ronronne tel un coursier au moment de s’élancer. L’équipage est frénétique, rodé, notre légende est en marche.

Captain Fifi s’adressant à moi, me lance « -choque le bout de la drisse pour affaler… » ou quelque chose d’approchant. Après plusieurs explications, il convient que « tire sur la corde rouge » est moins seyant mais tout aussi efficace. J’ai conquis un espace de liberté en m'opposant à la terminologie marine, celui du langage et j’en suis fier !

Cap au sud/sud-ouest. Vent de force apparente de plus de 15 nœuds, vitesse de surface de 8 nœuds.

Exaltation. Le Romulus surfe sur une mer d’émeraude. Le vent cingle en rafales les voiles, le coursier se penche toutes voiles dehors. La nuit tombe sur un brelan magique, l’équipage du Romulus en train de naviguer par vent de trois-quarts arrière, la tête dans les nuages, ivre de la beauté du monde !


4ème jour.
Arrivée à Alghero. (Sardaigne)

La nuit fut épouvantable. Après un quart d’Hervé-maître-queue, à minuit, Philippe assure son tour. Las ! Une chute violente du niveau de la batterie ne permet plus d’utiliser le pilote automatique, pire, nous prive de GPS. Philippe nous réveille afin d’effectuer une manœuvre délicate, dans la nuit noire, sans repère si ce n’est quelques lumières de terre. Afin de se remettre dans l’axe, nous tirons un bord sur bord, cherchons notre voie au large d’Asinara et piquons le long de la côte déchiquetée en frôlant les abîmes.

Captain Fifi reste calme et impavide. Il nous renvoie nous coucher. Abruti par l’angoisse, je m’endors immédiatement en rêvant d’une île mystérieuse et de femmes nues. Captain Fifi va camper seul au mitan de son champ de ruines, barrant, la tête dans les étoiles, en se fiant à son instinct, commandant d’une terre de combat peuplée de nos cauchemars.

A 6 heures, il vient me réveiller en douceur par un coup de pied dans les flancs afin que je prenne mon quart et s’abat sur son grabat, ivre de fatigue. Je barre notre navire. La côte est somptueuse. Immenses pans de lave plongeant dans la mer, oiseaux frondeurs, torture des silhouettes découpées par le jour levant, sculptées dans la pierre marmoréenne. Ce rivage sarde est d’une beauté à couper le souffle. La brise est légère.

A 8heure 30, Hervé prend ma place mais je reste avec lui, à contempler le paysage. Arrivée à Algherto en fin de matinée où Captain Fifi effectue une manœuvre complexe pour arriver à s’amarrer en se glissant en arrière entre deux monstres à quai. Je choppe au passage deux cheveux blancs de plus.

Douche et rasage sont les bienvenus, nous commencions à puer le bouc et à ressembler à des chèvres corses.

Un réparateur vient nous secourir en nous délestant d’une poignée d’euros (350). Il s’agit du répartiteur, petite pièce stupide qui a été inventée uniquement pour nous emmerder pendant cette Transmed.

Nous sympathisons avec quelques concurrents même s’ils n’ont pas de femelles à bord. Nous décidons de faire la fête et traquons la Sarde dans la nuit étoilée. Mais la Sarde est sauvage et il n’est pas aisé d’en capturer avec les moyens du bord.

Nous nous consolons avec un repas somptueux au « Pavone » que je règle avec ma largesse coutumière de grand seigneur. Retour à minuit pour un sommeil réparateur. Je me glisse dans mon sarcophage cabine où je me cogne la tête au plafond chaque fois que j’ai un sursaut, c’est-à-dire, chaque fois que j’ai une idée lumineuse. Au matin, j’ai le front zébré de cicatrices !

 

5ème jour
De Alghero à Arizzano

Départ sans fanfare. Il n’y a pas de vent, la mer est calme et le soleil brille. Activités diversifiées. Bronzage intégral au grand dam de mes coéquipiers, lecture, mots croisés. Captain Fifi jette un « bout » à la mer et nous nous faisons tirer par le voilier à tour de rôle. Délice. L’eau nous submerge, impression d’avoir le plus grand jacuzzi du monde, massage intégral (mieux qu’une Thaïlandaise en forme), cela épuise malgré tout et nous sortons après quelques minutes le corps brisé, l’esprit reposé.


 

La côte que nous longeons est superbe, grandes plages de sable blanc parsemées de roches éventrées.

Nous arrivons dans la soirée dans une anse magnifique surplombée de vestiges romains. Le site archéologique est dominé par une tour génoise du XVIème. Mouillage forain au milieu de la flottille de voiliers. Après les formalités d’usage, nous débarquons et visitons les ruines. Le silence est impressionnant, une brise nous caresse le visage, les vagues chantent à nos oreilles une douce complainte. Les pierres parlent, la nature nous rappelle que l’homme n’a pas de prise sur le temps et que les siècles forgent des légendes aux artisans de l’éphémère. Nous nous sentons si petits dans ses vestiges d'un monde englouti !

Baignade dans les derniers feux du couchant.
Hervé-maître-queue nous concocte un délicieux repas. Soupe lyophilisée, omelette baveuse, haricots péteurs arrosés d’un petit rosé frais. Il justifie son amour pour la cuisine familiale en nous infligeant ses talents de bricoleur de génie.

Reste le whisky que nous dégustons sur le roof en philosophant sur les aspérités d’un monde cruel et la solitude des marins de fond. Couché à 10 heures. Le sommeil s’empare de moi.

PS : Philippe peine sur La citadelle du désir. Il attaque le 2ème chapitre en hoquetant et ses nuits sont peuplées de cauchemars… Y a-t-il un lien de cause à effet ?

Voir les commentaires

Journal de Bord de la Transmed (1)

Publié le par Bernard Oheix

Il faut resituer. Philippe C me convainc de participer à la Transméditérranéenne qui part de Saint-Raphael et arrive à Hammamet en Tunisie sur son voilier de 38 pieds et quelques pouces, le Romulus. Nous embarquons notre ami Hervé C dans l'aventure et vogue la galère... Philippe C, alias Captain Fifi est un personnage entier. Il sort d'une opération et cette traversée avec ses amis est une façon de renvoyer son mal aux enfers. Hervé C alias Hervé maître-queue, outre ses talents de cuisinier, a subi une opération très grave, lui aussi. De plus, il ne connait rien à la mer même s'il affecte d'être un grand pêcheur devant l'éternel. Moi, Force brûtale, je suis dans une phase de thyroïdite aiguë et n'ai jamais rien compris à un bateau même si ma plume s'avèrera fort utile pour graver la mémoire de cette expédition dans le marbre de la légende des marins !
Equipage d'enfer pour une course sans carotte, juste le plaisir d'être ensemble et de voir notre passé ricocher sur les vagues de l'avenir.
Je vous offre les aventures des pieds nickelés de la Méditerrannée, j'espère qu'elles vous séduiront comme nous avons aimé les vivre !


Les trois membres de l'expédition dans la tension du départ !


1er jour.

 

De Saint-Raphael à la Corse.

 Prise de contact de l’équipage. Le climat est tendu et la pression à son comble. Nous nous toisons du regard et mesurons notre aptitude à vivre dans des conditions extrêmes. C’est important la confiance envers ses camarades. Dans la tourmente qui se prépare, l'autre peut nous sauver demain, ou nous faire périr. La solidarité n’est pas un vain mot, perdus à des milles dans l’immensité marine, au cœur de la tempête qui se prépare. Nous nous connaissons seulement depuis 40 ans, notre amitié saura-t-elle résister aux aléas de la vie rude du marin et aux épreuves qu’indubitablement nous serons amenées à affronter ensemble ?

Après un repas frugal, sur le port, avec nos familles, l’heure du départ sonne. Nos épouses nous embrassent peut-être pour la dernière fois. Nous sentons leur émotion. Il fait nul doute, que si nous n’étions des mâles arrogants, habitués à jouer avec le danger, nous aurions, aussi, des larmes qui perleraient à la commissure de nos yeux. Mais c’est la vie d’aventuriers que nous avons choisie, il nous faut désormais assumer cette passion de la mer qui nous conduit vers ces horizons lointains. Même si nous devions échouer et périr glorieusement dans cette immense désert d’eau, nous savons que nous vivons pour cet instant précis où la gloire se conjugue avec le dérisoire. C’est la vie, c’est notre vie et elle n’a pas de prix !

Quand le canon a tonné, Capitaine Fifi a bondi vers la barre lançant des ordres auxquels l’équipage a répondu avec enthousiasme. Notre skipper s’impose d’entrée dans le peloton de tête. Pour le 1er challenge de cette Transméditerranéenne, nous avons failli créer la surprise. Arrivés 6ème sur les 15 premiers milles, malgré notre tirant d’eau et la masse de nos flancs chargés de victuailles et de biens de première nécessité… un exploit que nous célébrons dans la nuit tombante par une bordée de hourras adressés à notre valeureux capitaine. Nous savons que d’autres victoires se profileront à l’avenir, ce n’est que partie remise.

Enfin dans le vif du sujet. La mer toujours recommencée (c’est facile, je sais !). Elle roule et défait des montagnes liquides, le vent est soutenu, nous cinglons vers une page d’histoire, une ligne de légende dans cette épopée si riche de la marine. Le sel nous cuit la peau et pendant que la nuit tombe, nos cœurs vomissent les derniers restes de ce que qui nous rattachait à la terre ferme. Nous mangeons frugalement, le maître-coq est en train de dégueuler par-dessus la drisse, l’adaptation est difficile et le roulis pernicieux.

C’est la nuit et une « pétole » terrible nous encalmine. Je prends mon quart à une heure sous un ciel lourd. Je suis épuisé. Malgré le danger qui rôde, je vais sombrer dans un sommeil sans fond, par une nuit sans lune (Euh !). Je me réveille à 3h45, j’ai fait un double quart mais mon capitaine que je réveille me gronde. « Il ne faut pas t’épuiser d’entrée, me dit-il, la route sera longue et les dangers innombrables ». Je n’ose lui confier que j’ai dormi à la barre emmitouflé dans mon ciré comme un gros bébé, au mépris de toutes les consignes de sécurité. Il y a des choses que l’on ne peut avouer, même sous la torture.

Il fait le point, constate que notre côtre a reculé (sic, nous sommes sans aucun doute le seul bateau capable d’aller plus vite en arrière qu’en avant !) et reprend la direction des opérations. Une faible risée lui permet de rectifier le tir et de démontrer toute l’étendue de ses compétences. Il nous remet dans le sens de la marche et swingue avec les éléments pour nous permettre d’atteindre l’Ile de Beauté en évitant de justesse la dernière place et le ridicule d’un fanal rouge.

Hervé, notre maître-coq va mieux. Il est resté évanoui toute la nuit. Il nous promet un bon repas pour la soirée. Auparavant, il est indispensable d’effectuer toutes les manœuvres qui nous permettent un ancrage sécurisé dans la Baie de Sagone. Les autres concurrents ont hissé leur pavois en notre honneur. Quelques coups de canon retentissent… mais nous nous apercevons que ce ne sont que des autonomistes qui pratiquent leur activité favorite : la pêche au « pinsutu » par journée ensoleillée !

 

2ème jour.
Ancré dans la Baie de Sagone.

 

La journée se passe dans le calme. Repos bien mérité, je complète ma nuit par une sieste réparatrice. En fin d’après-midi, les autochtones conduits par le maire de Vico-Marine se réunissent sur la plage pour fêter les concurrents de la Transméditerranéenne. Nous découvrons enfin les visages des équipages ennemis. On ne parle pas énormément de nous au chapitre des prix et médailles mais indubitablement quelques femelles embarquées sur les coursiers adverses nous contemplent avec des regards concupiscents. Même sans la lumière des prix, nous faisons converger les feux de leurs pupilles dilatées sur notre fier équipage. Les marins furieux sentent bien que leurs épouses nous scrutent avec perversité et sont fous de rage. D’aucuns voudraient en découdre mais notre capitaine Fifi à l’intelligence de s’interposer. Nous évitons de justesse la violence d'une rixe qui aurait offert quelques corps en pâture aux poissons de la Corse.

 A bord, Hervé nous a concocté un succulent repas. Il fait montre d’un réel talent pour accommoder les nourritures frustres embarquées et nous offrir des mets de roi. Nous évoquons pendant un long un moment des questions sérieuses, la vie, l’amour, la mort... avant de voir plonger les derniers rayons de soleil dans l’immensité bleue sombre qui borne l’horizon.

Nous allons nous coucher. Capitaine Fifi décide d’entamer la lecture de « La citadelle du désir » de Bô Dukham. Nous l’entendons gerber quelques pages plus loin !
Nuit calme. Satisfaction du devoir accompli.


La suite au prochain numéro.

Voir les commentaires