Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Du déplacement outre-Atlantique.

Publié le par Bernard Oheix

Il fallait bien que je vous narre mes aventures en pays de caribous, la gentillesse des Québécois, le monde étrange des artificiers et les longues soirées arrosées de bières. Il n'est pas toujours facile de représenter la France ! Alors bonne lecture.

Québec my love : du 15 au 21 octobre 2007
 
Comment ne pas détester ce système à l’américaine qui fait que le prix affiché n’est jamais celui que vous payez ! Dans un restaurant, sur un plat annoncé à 20$, on applique une 1ère taxe nationale, puis une 2ème régionale et pour finir, il faut rajouter l’équivalent en pourboire « obligatoire »…soit en gros 27$. Que les patrons s’exonèrent du salaire de leurs serveurs en escomptant leurs clients obligés de régler « volontairement » ces 10%, le rapport insupportable que cela induit entre l’acheteur et le serveur, cette forme d’esclavage capitaliste moderne, tout cela m’insupporte…mais bon, je ne vais pas faire la fine bouche, je suis ici pour un congrès de la pyrotechnie, je viens retrouver des amis et accessoirement jouer à la baby-sitter au pays des caribous et de la poutine !
En effet, ce voyage s’est déclenché à l’impromptu, le chargé des feux d’artifice de l’évènementiel affichant une forme peu reluisante, j’ai du me décider à l’accompagner afin de veiller au grain... et bien m’en a pris !
Départ de Nice le lundi 15 octobre à 9h30, transit à Paris pour 7 heures d’avion, un bon film (Dialogues avec mon jardinier), deux autres moyens (Pur week-end et Waitress), un soduku du monde (expert !), deux mots croisés (Libé et le Monde) et je débarque à Montréal Dorval, début d’après-midi, beau temps, la tête dans le sac. Pour moi, biologiquement, il est déjà l’heure d’aller se coucher. Je passe au congrès au Queen Elizabeth, rencontre Martine G, mon amie organisatrice du festival de Montréal des feux d’artifice (le plus grand du monde avant Cannes !) et Maria-Grazia G, mon ange gardien, la responsable de Panzera, une des firmes les plus importantes de la planète artifice, fabricant et concepteur de feux de Turin, père spirituel du festival de Cannes. On s’embrasse et je demande des nouvelles de Daniel D, mon collaborateur arrivé depuis deux jours. Inquiètes, elles m’annoncent qu’il a disparu depuis la veille et que sa chambre ne répond pas.
Je constate qu’aucun de mes deux téléphones ne fonctionne, une histoire de bandes (3 au lieu de 2 !) et découvre le cauchemar de se retrouver isolé, sans cet appareil greffé directement à l’oreille, sans la possibilité de joindre immédiatement quiconque se trouve sur cette planète et à besoin d’entendre ma voix. Et dire qu’il y a seulement une décennie que cet appareil a envahi le monde ! Je décide d’aller m’installer à mon hôtel et nous nous donnons rendez-vous pour 20 heures au restaurant panoramique du Delta Centre-ville.
Après avoir défait ma valise, pris une douche, je décide de m’allonger quelques minutes afin de récupérer. Par précaution, je règle le réveil sur 19h30 et glisse imperceptiblement vers un sommeil léger… Sonneries stridentes. Je me précipite sur ce « putain » de radio-réveil et tente de l’arrêter… avant de m’apercevoir qu’il s’agit du téléphone de la chambre. Je cours vers lui trébuche dans le noir sur un tabouret et décroche pour entendre le silence obsédant qui grésille dans l’écouteur. Trop tard ! Horreur, il est 22 h ! Je bondis vers la sortie, en m’habillant, attrape un taxi au vol pour le Delta. Il me dépose, je cours vers l’accueil en demandant le restaurant panoramique. Sourire de la sémillante employée. Je me suis trompé de Delta. Je fonce de nouveau dans la nuit, guette un taxi, et me fait déposer au pied du bon Delta. 24 étages plus haut, aucune tablée franco-italo-québécoise pour me rassurer dans cette salle qui domine le Saint-Laurent majestueux et nous fait découvrir les lumières de la ville. Désespéré, sans téléphone, incapable de joindre quiconque, perdu et abandonné avec des écharpes de brume dans le cerveau, je me rends au bar de l’hôtel du rez-de-chaussée afin de me réconforter avec une bière et tombe par hasard sur toute l’équipe…moins Martine G. Elle est à l’hôpital, aux urgences pour accompagner mon collaborateur trouvé à moitié inconscient dans sa chambre !
Cela plombe quelque peu l’ambiance de nos retrouvailles ! But the show must be gone, comme l’on dit, et je termine le plateau-repas de Martine G en compagnie de Mélanie, la fille du concepteur de Féérie qui gagna la Vestale d’Or en 2006 à Cannes, de Paul, le régisseur de Montréal et de Maria-Grazia stoïque et mystérieuse comme à l’habitude. 

Slovenie.Portugal-et-Oheix.JPG
La Slovène et la Québécoise, un duo de charme pour les longues nuits de l'hiver polaire !




Après une telle entame, que vous dire du séjour ? Que les artificiers sont des êtres étonnants ! Il y avait réuni la crème des Japonais et des Américains, qu’un repas avec une légende comme Eric Tucker est une aventure en un pays ésotérique qui s’illumine de traits de feux, que Alberto Navarro qui vit dans les montagnes du côté de Seattle en concevant ses feux en trois dimensions avec l’ordinateur est un monstre d’intelligence et un personnage de roman, que le représentant de Marutamaya, la légende nippone est un jeune qui semble tout droit sortir d’un film de Kitano et que son sourire chaleureux ouvre les portes d’une Asie insondable, que Khan le Russe Mongol de Kaléningrad va enfin tirer à Cannes et que j’en tremble déjà même s’il a une fille adorable aux yeux en amande… Tant d’images, tant de repas et de discussions s’achevant vers 3 heures du matin, dans des bouis-bouis de la rue Sainte-Catherine animés comme les nuits d’un été indien, buvant (trop) de gin tonic en refaisant le monde d’une internationale de bombes pacifiques. 

Ampplement.Oheix.JPG
Eric Charbonier, le Canada dans toute sa simplicité et sa chaleur

Il y a le sourire désarmant d’Eric Charbonier, un Québécois adorable pétri de sensibilité même s’il s’est « planté » en beauté sur Cannes cet été (feu du 14 juillet), Mélanie Cagnon, une Canadienne au sourire enjôleur, vivant au Portugal et travaillant chez Luso (un des plus beaux spectacles jamais tiré à Cannes !), mélangeant les cultures et brassant les océans, une colonie de belles Slovènes postulant à la reconnaissance de l’Europe des feux, des Anglais, Espagnols, Italiens… tous ont tiré à Cannes ou rêvent de le faire, tous rient de la vie dans ce moment unique où rien ne vient ternir le plaisir de débrider son imagination.
Je m’attire une certaine réputation au cours d’un repas en demandant à Georges A. quelle firme il représente…Sa réponse est légèrement sarcastique :-celle qui a gagné chez vous, à Cannes, cet été, Wéco de l’Allemagne ! Ma répartie fuse…-Cela tombe bien, j’ai beaucoup aimé votre spectacle ! 

Weco.Oheix.JPG
Mon copain Allemand Georges A. de Wéco, celui qui a gagné cette année à Cannes  ne m'en veut pas, faut dire que j'ai du me faire pardonner avec quelques bières !
Le lendemain, je demande à Footie l’Australien s’il veut venir tirer à Cannes et il me répond qu’il l’a fait il y a deux ans ! Tête de Jean-Eric Ougier, le responsable des Nuits de feux de Chantilly, un ami persuadé que je suis quelqu’un de bien, il y en a encore ! Cela me coûte une bouteille de vin pour éteindre les rires !
Le vendredi 19 octobre, soirée de gala au homard bouilli et au vin aigrelet dans l’arène majestueuse de la Ronde, dans la tourmente d’une pluie diluvienne, 4 concurrents offrent des feux gigantesques pour 50 minutes de rêve, démonstration de force, exposition de produits originaux, savoir-faire dans le cadre enchanteur d’une île du Saint-Laurent où se situe le parc d’attraction de la Ronde. Vers 2 heures du matin, dans une rue adjacente de Sainte-Catherine, nous nous finirons à la bière en parlant projets, symposium des feux à Cannes en 2010, (c’est en bonne voie !), et dans les rires d’une bande d’artificiers à la bonne humeur contagieuse, nous nous souhaiterons un au revoir et prendrons congé en attendant 2009 et le Mexique où se déroulera la prochaine édition de ce rassemblement d’extraterrestres.

Tucker.Navarro.Oheix.JPG
Tucker l'Américain et Navarro l'apatride...deux pages de l'histoire des feux !

Et pendant ce temps, Daniel D gît sur un lit d’hôpital, dans une salle d’urgence tirée directement d’un feuilleton américain, entouré de malades, des tubes souples enfoncés dans le bras, l’oxygène dans le nez, relié à un lit de douleurs pour la modique somme de 3650$ par jour que les assurances et mutuelles vont régler en se battant à coups de téléphone entre le Palais des Festivals et l’hôpital Saint-Luc. Le samedi, son avion partira sans lui et je réussirai à le faire sortir le lundi pour embarquer en ma compagnie, assumant mon rôle de baby-sitter jusqu’au bout !
Pour la petite histoire, une assistance médicale le prendra en charge à Paris pour son transfert dans l’avion de Nice qu’il ratera à cause d’une alerte à la bombe ! Désolé Daniel D, ce n’était pas ta semaine !

Voir les commentaires

Arno, la revanche, suite et fin (?!)

Publié le par Bernard Oheix

Quelques problèmes techniques me font publier ce texte avec un léger retard, qu'importe que je sois au Québec...mais ce sera une autre histoire, en attendant vive les moules frites !
 
Impossible de partir à Montréal lundi matin15 octobre sans vous informer des derniers potins concernant Arno le Belge. Il devait venir un 13 octobre 2007 afin de conclure une histoire d’amour entamée il y a près de 10 ans… et il est venu, il a chanté, mais pas sans mal, reconnaissons-le !
 
Tout semblait donc parfait. Les ventes sont plutôt satisfaisantes, malgré Jean-Louis Aubert en concurrence directe à la salle de La Palestre à 5 Kms, malgré un France Angleterre en rugby à la réputation très usurpée qui plombera des millions de téléspectateurs devant un écran vide de talent. Quand donc oserons-nous dire que le sélectionneur français est un gland, qu’avec une des meilleures générations de joueurs de toute notre histoire, il n’a jamais rien gagné, qu’il est incapable de changer de stratégie et que ce n’est pas parce que l’on a de petites lunettes que l’on est un intellectuel. Ce Laporte qui a perdu contre l’Argentine, nous a mis dans une situation impossible avec un tableau sanglant et s’échoue lamentablement encore une fois à la porte du paradis. Va faire de la politique, et tant pis pour le gouvernement dans lequel tu vas officier !
Mais je m’égare, excusez-moi.
 
La veille, ils ont joué aux musicales de Bastia de mon ami Raoul Locatelli, l’équipe technique débarquant par le ferry vers 15h à Nice, lui et ses musiciens par avion vers 16h. Tout est au beau fixe. Jean-Marc, le régisseur de l’événementiel est aux petits soins pour tout le monde, les lights sont en place et la sono branchée. Pendant une parodie de match de football qui voit la France se ridiculiser dans une confrontation qui n’en est pas une, aux îles Féroé, tout ce petit monde s’installe. A 18h30, je débarque à nouveau dans la salle, confiant. Les sourires sont crispés. Arno est avachi dans un fauteuil, les yeux clos, le clavier tente de faire sortir des sons, des couacs sanglotent des machines rutilantes, 5 techniciens affichent des mines patibulaires. Le sonorisateur d’Arno vient s’installer à côté de lui et j’entends leur échange comme dans un cauchemar.
-Qu’est-ce qui se passe encore ? (voix rocailleuse)
-C’est la merde. Une perte de courant. A chaque fois que l’on se branche, tout fout le camp.
-C’est pas vrai. Je veux jouer ce soir !
 
Pour être honnête, j’ai cherché la caméra cachée. Je me suis dit que l’on me faisait une blague, qu’elle était vraiment bonne. Las ! Il a fallu s’incliner. Dans cette salle où j’ai produit environ une centaine de concerts sans jamais subir la moindre avanie technique, par un de ces mystères que seul l’irrationnel peut expliquer, aujourd’hui, alors que les musiciens étaient prêts, qu’Arno avait affiché sa détermination à vaincre le signe indien, la fée électricité avait décidé de nous lâcher !
 
Pendant que chacun s’activait, je suis allé m’installer à côté d’Arno. Nous avons parlé de malédiction, nous avons refait l’historique de nos mésaventures communes. La première au Noga à cause d’une sono récalcitrante, la seconde du fait du décès de la maman de son ancien batteur, la troisième (un show case à la Fnac) pour une paralysie de la jambe et maintenant…13 octobre 2007, l’électricité !
A 19h, les premiers spectateurs devant la porte, il m’assurait de sa volonté de jouer, envers et contre tous à Cannes. Je téléphone à Sophie, perdue dans les brumes du Nord. Bien sûr, elle n’en croit pas un mot, trop gros pour être vrai ! Une équipe file en ville chercher un câble d’alimentation afin de dériver du courant de l’armoire électrique et les gens patientent dans le hall. Certains nous interrogent et demandent s’il y a bien un concert ce soir. Beaucoup de ventes au guichet, il faut désormais juste que le courant fonctionne et plutôt rapidement car le groupe n’a toujours pas fait de balance, ces réglages indispensables pour que le concert puisse se dérouler.
19h20  Jean-Marc demande aux musiciens de brancher leurs amplis. Miracle de l a technique.
Après deux morceaux et 20 minutes de répétition et de réglage, le public accède à la salle et le concert commence à l’heure précise.
Que dire, si ce n’est que cette trop longue attente fut comblée par un bonheur indicible. Voix d’outre monde, sons généreux, derrière la chanson, le rock le plus violent affleure et déclenche une bouffée d’émotions. Enfin, je l’ai mon Arno, il chante, dodeline de la tête, ferme les yeux et nous entraîne dans un monde qui n’appartient qu’à lui. Un concert d’Arno, c’est une messe orgiaque, un paganisme primitif, la révolte du bon sens et des codes en vigueur, un pied de nez au confort. Et cela marche, cela fonctionne, le public part dans une lente glissade qui durera près de 2 heures. Subjugués, nous sommes suspendus à ces lèvres, à cette voix qui se perd dans les volutes d’un torrent de décibels, fragile comme si le fil pouvait se briser à tout instant. Lumières admirables, textes criants, hurlements d’une sensibilité à vif, quelques sons d’accordéon plus loin, des riffs à faire vibrer le cœur, une saturation de l’ambiance comme dans un troquet du port d’Ostende où les marins viennent s’échouer parce qu’ils ont trop goûté à l’ivresse des horizons lointains.
C’est cela un concert d’Arno, et plus encore. Je vous le certifie, cela méritait d’attendre quelques années, de rater des rendez-vous, d’espérer en des lendemains chantant. Et quand l’homme, après, dans la douceur et quiétude d’un après concert se livre, quand il vous donne à croiser une pincée de ses rêves, alors vous avez la certitude que la vie vaut d’être vécue, qu’elle a un sens et que le bonheur et à portée de main !
Merci monsieur Arno. Comme vous l’avez si bien dit, la malédiction est vaincue, plus besoin désormais d’attendre si longtemps. A bientôt pour de nouvelles aventures !
 
 
 
 
 
 
 

Voir les commentaires

Réflexions sur le Cinéma

Publié le par Bernard Oheix

 
 En cette heure où nombre de jeunes considèrent que le cinéma ne peut être que parlant, en couleur, américain, et naquit avec le premier opus de la saga des Stars Wars, la visite du musée des frères Lumière à Lyon est un exercice salutaire et indispensable pour mieux comprendre quelle révolution représenta cette invention qui fit pénétrer de plein pied dans le XXème siècle.
 
Qui se souvient que le cinéma fut muet ? Qui connaît dans les générations actuelles, les films épiques d’Eisenstein, de D.W Griffith, l’humour de Buster Keaton, les écrits de Dziga Vertov, Les épures d’Ozu, les drames de Murnau, les revues de critiques cinématographiques que l’on s’arrachait, les livres sur l’esthétique du cinéma si complexes que l’on tentait de les comprendre tout en tirant des commentaires exaltés sur la nature du monde et le choc des idées… etc. etc.
Qui se souvient que Lénine parlait d’un art révolutionnaire et que Jean-Luc Godard insistait sur la « moralité » d’un traveling ? Que Truffaut alliait la critique au fer rouge et un cinéma d’émotions et de sensations ? Qui peut encore gloser sur « l’effet Koulechov » ?
Si l’on considère que le cinéma est jeune, (100 ans), alors, ceux qui ont dépassé la cinquantaine, (il y en a encore sur cette terre !), ont vécu la moitié de la vie d’une invention qui fit exploser le monde de la connaissance, de la découverte et du loisir.
L’effet image animée est une marque moderne banalisée depuis que la télévision est entrée dans le salon et la cuisine. Nous savons désormais que 24 images à la seconde introduisent le mouvement continu. Mieux, l’image ne se décompose plus, elle est, elle trône dans notre environnement, déversée dans l’indifférence d’une agitation perpétuelle, accrochant nos regards pour vanter des pubs criardes, sur les écrans de nos ordinateurs, des panneaux arrimés aux murs de nos cités. C’est cela l’image moderne dans l’indifférence d’une esthétique révolue. La pauvreté graphique des films américains pour les jeunes (Ah ! les fameux 15-25 ans des drive-in !) est un exemple de l’appauvrissement général de la capacité de lecture optique. Jusque dans les années cinquante, il y avait, dans l’absence de ce mouvement devenu général, des moments où l’image s’animait. Moment de recueillement choisi, la séance de cinéma de quartier, elle-même entrecoupée d’animations vivantes, concentrait les regards des spectateurs vers un lieu unique, l’écran blanc de tous les désirs.
Je me souviens de ces séances de ciné-club des années soixante, quand le coureur de fond de Richardson s’épuisait pour ne pas couper le ruban de sa solitude, les mains de Franju qui folâtraient sur les touches d’un clavier, les brumes alambiquées d’un Bergman sur la trace de forains énigmatiques, quand les cigognes passaient dans un ciel chargé de nos humeurs… Les discussions passionnées dans l’odeur d’un appareil vétuste, d’une arrière-salle d’un restaurant faisant office de cinéma itinérant et de ce drap immaculé vecteur de rêves, occupant notre espace et nous emplissant l’esprit d’un sel de la terre.
Elle est bien révolue cette période où l’on apprenait le cinéma en faisant ses gammes, en décryptant le fin réseau de signes qui ouvraient sur la connaissance. Aujourd’hui, l’on nait dans le mouvement des images, à son propre rythme, celui de dizaines de chaînes qui offrent le monde à la vision désenchantée de ceux pour qui le mystère a disparu ! Torrent tumultueux mêlant le meilleur et le pire, l’insipide et le chef-d’œuvre, le sit-com aux rires préenregistrés et la saga d’une science-fiction qui n’ose plus se projeter dans l’avenir ! Voix criardes, décors figés, objectifs impudiques. Plus aucun recoin de cette planète trop étroite à être ignoré, plus aucun événement qui ne soit scruté par l’œil impavide de caméras indiscrètes. C’est ainsi, il n’y a pas que le ruban de la mémoire qui défile dans les morsures du temps.
 
C’est en me promenant par hasard à Lyon, entre deux rendez-vous, que j’ai croisé le musée des frères Lumière. J’y suis entré en religion, comme à confesse, histoire de me faire pardonner ces heures que je passe, presque malgré moi, à la vision de séries américaines, de polars à la française, de jeux stupides où l’on ne gagne que le droit de s’abêtir en un dernier mot. Choc.
Une villa bourgeoise, un parc survivant des usines Lumière, des salles regorgeant des appareils qui ouvrirent le monde à la curiosité et préfiguraient cet univers de l’image que nous vivons désormais. Des photos rétro en relief, des inventions baroques, lanternes magiques, films en couleur peints à la main, bric à brac d’appareils de bois et de fer, rêves futuristes désuets. Partout dans cette villa cossue, on retrouve l’âme et la présence obsédante de cette famille qui révolutionna l’image que le monde avait de lui-même.
Dans les sous-sols, une salle est aménagée afin de projeter les premiers films de ces opérateurs qui parcoururent un monde inconnu pour l’ouvrir aux regards des autres. Petites bobines de 52 secondes, cette « sortie des usines » filmée plusieurs fois pour des mises en scène élémentaires, ce train de La Ciotat qui effraya des spectateurs tétanisés par un mouvement qu’ils ne pouvaient concevoir immatériel, ces reportages sur l’Afrique, l’Asie, bouts de rien où l’art du conte s’efforce de figer le mouvement mécanique. Un commentaire analyse chaque mètre de pellicule et met en exergue les innovations parfois nées d’incidents techniques ou de l’irruption d’un acteur vivant dans un cadre qui ne pouvait bouger. On parle alors des années 1890, de ces prémices d’un XXème siècle qui annonçait tant de peurs et d’horreurs que l’image ne pouvait être que muette en noir et blanc. Emotion et nostalgie où l’humour se prête à toutes les audaces dans un arroseur éternellement arrosé.
Dans une autre salle, le film du centenaire permet à une pléiade de réalisateurs contemporains de s’essayer à retourner aux origines du 7ème Art. Avec une authentique caméra en bois, chargeant ces mêmes rubans de pellicule de 52 secondes, ils vont fouler de leurs pas, ces chemins parcourus par tant d’illustres qui frayèrent la voie à leur cinéma. Wenders, Téchiné, Bigas Luna, Zhang Yimou, Rivette et tant d’autres… offrent leurs films en les commentant, cinéma dans le cinéma, mise en abysse d’un monde mystérieux où tout repart en arrière pour retrouver l’essence même du mouvement futur.
C’est cela le musée du cinéma de Lyon, un moment figé dans le glissement progressif du désir perpétuel. Si vous passez dans cette ville, n’hésitez pas, rendez-vous au cabaret des heures perdues, elles fleurent ce monde en train de s’évanouir dans la frénésie moderne.
 
PS : En écrivant ce papier, au moment de conclure, il me vient l’idée d’un concept à creuser : celui d’image sale et d’image propre. L’image sale serait le reflet de la réalité, renverrait vers une image brute, non sophistiquée, celle d’une télévision qui s’immerge dans le monde réel. En gros, les émissions de téléréalité, les jeux, mais aussi la plupart des séries américaines et françaises, avec en prime, une grande partie des films d’action, des polars, des productions pour le grand public. L’image propre serait une image façonnée au service d’une esthétique, une élaboration structurante, une composition volontaire qui transcende cette réalité et interprète le concret. Rien à voir avec une esthétique de la beauté, on parle bien de mise en scène. C’est émouvant cette pensée que la beauté naîtrait des forces qui sous-tendent l’action à l’intérieur même du cadre délimitant cette rupture avec la réalité !
Bon, je vous laisse méditer !

Voir les commentaires

Arno ? Encore !

Publié le par Bernard Oheix

 
Bon pour ceux qui ont raté quelques épisodes, prière de se rendre sur le blog, chapitre Histoire Vraie, 2ème opus de juillet 2006…. C’est simple, vous vous rendez sur la droite, cliquez sur la rubrique idoine et sélectionnez le bon texte. Abscons ? Pas plus que mes relations avec le chanteur Arno !
 
Petit récapitulatif  et préalable :
Le préalable : Il faut aimer Arno le Belge. Chanteur généreux, voix rauque, inspiration gothique, regard dérisoire sur un monde cruel qui le cerne. J’aime à jamais Arno et rêve d’avoir le privilège de le présenter depuis des années dans ces « Saisons » qui bornent mon horizon.
Le récapitulatif : le samedi 13 avril 2002, Arno est programmé dans le cadre de la saison « Sortir à Cannes 2001/2002». Enfin me dis-je ! En ce qui concerne les péripéties de son non passage, prière de se référer à mon texte précédent.
Une séance de rattrapage est donc prévue pour le 29 novembre 2002, « Saison 2002/2003 ». Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, du moins, le crois-je ! Car l’ombre délétère de Dame Fatalité continue de rôder autour de sa venue hypothétique. Un coup de fil intempestif, deux jours avant nous informe d’une annulation contrainte et forcée… mais vous savez tout cela n’est-ce-pas, puisque vous avez lu cette histoire dans mon blog !
 
Reste à digérer cette double annulation. Il faut du temps pour cicatriser les plaies béantes, se remettre des regards goguenards et des sentences rédhibitoires sur l’impossibilité de le faire chanter dans ma ville ! Les années s’écoulent, et avec les printemps nouveaux renait l’espoir de le reprogrammer… heu ! Pardon ! De le programmer tout court ! C’est donc chose faite au printemps 2007, (il m’a fallu 5 ans pour me remettre d’attaque et retrouver mon dynamisme légendaire !) où je peux renouer le contact avec sa nouvelle production et caler cette date attendue avec tant d’impatience. Son dernier spectacle fait un tabac, une tournée « jus de box » qui va l’amener aux quatre coins de France pour communier avec son public. Et il y aura enfin une étape cannoise ! Et je conclurai donc cette série cauchemardesque en tirant un trait sur la fatalité ! Il sera présent sur la scène du théâtre la Licorne !
 
C’est le 13 octobre, jour symbolique d’ouverture de la saison, que Arno est attendu. Je vous passe les commentaires acerbes et l’ironie grinçante (y compris au sein de mon équipe, les traîtresses !) qui ont accueilli l’annonce de cette  programmation. Mais bon, les mois s’écoulent, les locations s’ouvrent, les coups de téléphone pleuvent (Mais, viendra-t-il, cette fois…sic !) Nous avançons et se pointe désormais le jour de toutes les attentes, un 13 octobre qui se joue de tous les mirages.
Bon, avouons-le, ce n’est pas aussi simple que cela. Le samedi 7 octobre, après avoir chuté contre l’Argentine, ce qui l’oblige à changer de trajectoire, la France va battre, à la surprise générale, une équipe de « blacks » qui ont fait exprès de perdre afin de foutre le « bordel » dans ma saison musicale. Par le jeu de ce double traquenard, le samedi 13 octobre, à 21 heures, la France affrontera l’Angleterre pour aller en finale d’une coupe de rugby que je hais ! (J’adore ce sport et les victoires de la France, mais là, quand même, le même jour à la même heure qu’Arno, cela fait beaucoup !). Et ce d’autant plus que je ne pourrai du coup y assister…
La France les yeux dans les bleus, et pendant ce temps les yeux de sa mère furibonds, Arno, pitié, fais les choses simplement, je veux juste te programmer tranquille pour un concert sympa, entre amateurs de bonne musique et de bières !
 
PS : Avec Sophie D et Jean-Marc S, nous avons cherché une parade et imaginé de conjuguer musique et rugby, le concert et la retransmission du match. Plusieurs solutions ont été évoquées, le préalable étant de connaître la position d’Arno. Contact avec son régisseur, exposition des faits. Deux heures après, il nous rappelle « - J’ai eu Arno. Il veut absolument jouer à Cannes, il s’adaptera à tout ce que vous déciderez, hors de question d’annuler cette fois-ci ! ». Finalement, je ne suis pas le seul à désirer ce concert. L’intéressé lui-même commence à ressentir une certaine lassitude à voir se dérober les palaces de la Croisette à chaque fois que ses pas l’amènent du côté de la Méditerranée. Peut-être qu’Arno écrit un journal intime dans lequel il narre ses aventures et conte ses relations contrariées avec le public cannois et Bernard Oheix !
Ce qui est certain, c’est que je prouve en permanence que je suis un vrai fan d’Arno, (il doit s’en rendre compte, je l’espère, et vous aussi !). Finalement, nous aurons le concert normal à 20h30, (on croise les doigts), et nous organiserons le visionnement sur écran de la fin du match pour les amateurs frustrés d’une deuxième mi-temps qui nous verra nous qualifier pour la finale d’une coupe qui ne peut nous échapper… tout comme Arno ne peut fuir éternellement les planches des salles cannoises !

Voir les commentaires

Archive du temps présent.

Publié le par Bernard Oheix

 
Si je devais mourir demain, je pourrais toujours au moment de m’envoler pour un paradis de musique, me dire que j’aie eu la chance de côtoyer des grands, d’œuvrer modestement à réaliser quelques soirées magiques, d’avoir fait progresser la cause de quelques idées nostalgiques généreuses. Il fait nul doute que dans l’heure des bilans, ce concert du 29 septembre 2007 penchera en ma faveur et que quelques-unes de mes fautes seront effacées d’avoir offert ce moment de féerie pure à 1800 personnes. Pour tout vous dire, une année 2007 où j’ai eu le privilège d’accueillir l'Orchestre des mariages et des enterrements de Goran Brégovic, la soirée des 40 ans de carrière de Caramella et pour finir, l’évènement Archive, ne peut être qu’ un cru d’exception ! On en redemande... mais il ne faut pas rêver, cela n’arrive qu’une fois dans une vie ! Ai-je épuisé mes jokers ? L’avenir nous le dira !
 
C’est il y a près d’un an, que Michel Sajn m’a présenté un projet tordu, un de plus, une usine à gaz ce Sajn qui survit depuis des années dans le monde si étroit de la culture niçoise. Que je campe le personnage. Michel, c’est un trio, composé de Gaby Basso, d’Evelyne Pampini et de lui-même. Chacun a sa place. Gaby est le technicien carré, l’homme de tous les défis, celui sur qui repose l’exécution, Evelyne, la femme de communication, l’attachée de presse, celle qui maintient les liens entre la cellule d’Image Publique et le reste du monde. Reste Michel, un homme étrange, un mélange de passion et de colère, un visionnaire aventuriste parfois incontrôlable, souvent plus conscient qu’il ne le montre lui-même et connaissant les limites entre la charge héroïque et l’avancée en terrain ennemi. Car Michel S…c’est un être bourré d’une tendresse qui ne peut s’exprimer. C’est une fleur bleue dans une cuirasse façonnée par une vie à l’emporte-pièce d’un rêve d’adolescent dans un monde de brutes. Sans jamais s’appuyer sur une structure, sans jamais avoir la certitude que le lendemain sera assuré, il navigue en eaux profondes, slalomant entre les écueils d’une vie où se mélangent la culture, la politique et l’argent. Petite structure née dans l’enthousiasme de l’organisation des concerts, s’inscrivant dans les cursus de développement de la culture, aboutissant à des responsabilités importantes en termes de technique et de relations presse, ils créent la seule revue intéressante de la région : La Strada, un gratuit reflet du dynamisme et de la création de cette région.
Manger avec Sajn, c’est prendre un risque calculé, celui de ne comprendre qu’une partie de ce qu’il lance aux cieux en tempêtant, c’est aussi la certitude d’une lumière qui viendra nimber de brouillard la table, entre les clopes qu’il fume à la volée et ce regard étrangement limpide qu’il pose sur la réalité. Il a des rêves à la hauteur de son délire, mon pote, il est de ce bois qui ne peut se consumer, qui doit brûler avec éclat.
Bouffe à Saint-Laurent. Septembre 2006. Un projet de plus. Il m’explique qu’il a eu l’idée d’un concert exceptionnel d’Archive avec un ensemble symphonique. Il cherche un producteur, Monaco est sur les rangs. Un éclair m’illumine. J’ai envie de le réaliser ce p… de projet complètement inconscient, de m’engager en sachant que ce sera douloureux, long et qu’il y a une vraie prise de risques, tant dans le déroulement que dans la juxtaposition de ces deux univers antagoniques : le classique et le rock. Je me souviens parfaitement du moment où je bascule, de ma voix qui lance malgré moi, un : -Pourquoi on ne le réalise pas ensemble, pourquoi pas à Cannes ? 
bochanteusearchive.jpgarchivebo2.jpg

Bernard et Maria : une voix d'ange et un démon !
 
Il faut dire qu’Archive est un groupe mythique. Ce sont Julien et Angéla, qui m’en ont parlé pour la première fois et m’ont fait écouter leur galette comme une révélation. Par la suite, j’ai assisté à un de leurs concerts au Festival de Jazz de Nice, il y a 3 ans. Archive s’est structuré autour de Darius Keller et de Dany Griffiths auxquels se sont joints 6 musiciens au fil du temps. Ils sont stables désormais, comme une factory qui aurait trouvé son équilibre. A l’origine, ils se situaient dans une veine Trip-Hop, qui a viré vers le rock progressif, enfants contrariés des Pink Floyd, troquant le power flower initial par le sentiment révolté d’être plongé dans un monde d’injustice, déchirant, cruel. Leur musique s’appuie naturellement sur les nappes fluides des synthétiseurs qui sont brisées par la batterie et les guitares. Dans les intervalles, les voix envoûtantes cristallisent l’attention. Les interstices sont propices à percevoir l’irruption des violons et des cuivres classiques. Mieux même, ils n’attendent que cela, c’est cette vision qu’a eue Michel Sajn, c’est cette perception qui le rend unique, qui définit sa capacité de rêver les yeux ouverts !
 
On se tope tout excité dans les mains, comme deux maquignons complices. Mes responsables acceptent le projet avec un certain enthousiasme, j’ai une somme de 50 000€ sous la main et Philippe Bender, le chef de l’orchestre Régional de Cannes, me donne son accord sans hésiter. Le bateau ivre commence sa traversée au milieu des remous d’un show-biz désarmé.
archivebo.jpg
Pollard, voix et guitare.
 







Que dire du montage et des pérégrinations qui nous ont permis d’arriver à bon port ? Qu’elles furent complexes et que nous frôlâmes des catastrophes, c’est vrai ! Mais jamais les membres du groupe Archive ne renoncèrent à ce concert. Ils le voulaient, ils le désiraient tout autant que nous. Mixte entre une logique anglo-saxonne et un enthousiasme partagé entre les organisateurs français et le groupe Archive, nous pouvions avancer et mettre en place le dispositif complexe de leur show. Je me souviens d’une soirée délice, un après-concert d’Archive ou nous nous sommes retrouvés tous ensemble dans leurs loges, et des délires sur le projet avec les musiciens enthousiastes. Ce qui sera déterminant, c’est cet engouement réel du groupe pour une opération atypique, leur désir de réaliser ce concert et d’aller jusqu’au bout ! Pas un moment de doute de ce point de vue, même si les embûches furent nombreuses. Les contacts avec le producteur français, avec le management des Anglais, le compositeur Graham Preskett qui réécrit les partitions, le responsable de la tournée, Gaby chargé du réceptif, notre régisseur en interface avec les équipes du Palais, Choukry le tour manager français, Beks, la manager anglaise d’Archive. C’est une véritable armada qui s’ébranle, cela paraît parfois surréaliste, mais chacun a son rôle à jouer… et le jouera jusqu’au bout dans le seul but d’un challenge relevé !
100 mails et quelques angoisses plus loin…Il manque des violons et des trompettes, qu’à cela ne tienne ! Il y a du retard sur les partitions, tant pis ! Il n’y aura pas d’enregistrement car les syndicats de l’orchestre n’ont pas été associés, dommage ! La presse spécialisée parisienne nous snobe une fois de plus, c’est normal, leur vision de la culture s’arrêtant là où commence le périphérique !
La scénographie s’ébauche, les répétitions commencent. Quand je me pointe pour les saluer, je sens un vrai contact d’amitié et de chaleur, ils n’ont pas oublié notre soirée délire avec Michel. Celui-ci est scotché devant la console et assiste à la magie d’un mix que les doigts d’or de l’ingénieur du son font surgir de la confrontation entre les musiciens classiques et les rockeurs. Il ouvre des yeux comme des billes et chasse les idées noires d’un jour de deuil Evelyne filme, Gaby promène sa nonchalance affectée…Cela fleure si bon le succès ! A la pause, les musiciens mangent en compagnie de l’équipe de Mano Solo. Sanseverino passe la tête en permanence pour assister aux répétitions dans la salle Debussy. C’est une fête de la musique qui va se dénouer devant le public, pour une première et unique prestation. Un remède contre la morosité !
Car 1800 personnes se pressent devant les escaliers au tapis rouge. Jeunes fans d’Archive, moins jeunes supporters de l’orchestre classique venant découvrir cette soirée spéciale, ils sont tous là et se mêlent, se côtoient et s’acceptent. Désormais, les couloirs du Palais résonnent de cette tension perceptible par ceux qui ont accès aux coulisses de l’événement. Le rideau se lève, les premières notes s’envolent, les voix viennent emplir la cathédrale du Palais des Festivals du bruit des ailes des anges, les synthés pleurent et les percussions dansent, les trompettes déchirent, les guitares "riffent" en créant l’harmonie d’une fusion absolue et totale. C’est un opéra-rock, c’est un hymne à la modernité, c’est la preuve sonore que la musique classique peut être belle comme un jour qui se lève ! Que la musique moderne est le classique de demain, que les deux mondes peuvent cohabiter et s’enrichir. Dans la salle, cela fonctionne, l’émotion est perceptible, le respect absolu, la communion totale.
Que c’est court 1h40 de bonheur, que c’est intense 1h40 de perfection. Le public debout, jeunes et vieux réunis, fera un triomphe comme rarement entendu. Les murs résonnent encore de cette symphonie de bonheur que 1800 personnes ont lancé aux musiciens comme un cadeau d’adieu. Jamais dans ma vie de programmateur je n’ai assisté à une telle ovation pour des musiciens classiques, jamais un groupe de rock n’a été autant légitimé par un public de passion.

Beks, une anglaise heureuse sur le continent.
 
Dans leur loge, après ce show délirant, ils m’ont tous embrassé comme si nous étions devenus mystérieusement, par la grâce de ce spectacle, les membres d’une famille universelle unique, celle de la beauté éphémère. L’after fut à la hauteur de l’événement. Tous heureux, dans un simple pub de la ville, à boire des bières, au milieu de leurs fans, ils ont communié comme de grands enfants béats. Les photos parlent d’elles-mêmes, les sourires en disent plus que des discours inutiles. A Cannes, en ce 29 septembre 2007, la vie a été plus forte que la mort, la beauté a vaincu la laideur.
Il ne reste juste qu’un regret, que cela soit passé, terminé, fini. Un seul regret, celui d’avoir touché à la perfection, et le beau sourire d’un Michel Sajn, qui, ce jour-là, a su que le monde pouvait parfois se plier aux désirs les plus fous, que la fortune sourit aux innocents capables de rêver les yeux grands ouverts.
Vive Archive for ever, vive la musique ! 
boimagepublic-copie-1.jpg
The end, Bernard et Michel..HEUREUX
 

Voir les commentaires

Florence au fil des années !

Publié le par Bernard Oheix

Dans la série des discours imposés mais écrits avec bonheur, celui-ci me tient particulièrement chaud au coeur. Imaginez, Florence J..., 40 ans, dont 19 à (quasi) vivre avec moi ! 19 années à se chercher,, se cerner et se supporter dans des bureaux ouverts ! Je l'ai vu, à 20 ans s'égarer, à 30 ans se trouver et elle est présente dans toute ma vie professionnelle depuis deux décénies. C'est Florence, une collaboratrice qui borde mon horizon. J'ai confiance en elle, elle me le rend bien même si la passion du début à laissé la place à la sérénité, l'expérience a pris le dessus sur les élans. Les vieux couples c'est cela !
Merci Florence, on a encore quelques années à "survivre" ensemble, je te retrouverai demain, comme chaque jour depuis 19 ans, derrière ton bureau et tu me lanceras un bonjour frais comme la rosée du matin et cela me donnera la certitude que j'existe encore et toujours et que la vie est belle !

Florence au fil des années :
 
la Tuquette en fleur dans un service de falabraques d’un OMACC lézardé où débarquait la silhouette jeune (non, c’est vrai !) d’un nouveau directeur adjoint. Florence l’amoureuse transie des doigts d’or d’un guitariste bigame, celle qui a failli se marier avec un vendeur à la sauvette, et qui, comme dans un film, a renvoyé sa robe chez le couturier au moment de passer la bague au doigt. Flo la motarde au blouson de cuir, resplendissante dans les concentrations Harley, accrochée à la taille de son compagnon de virées, se penchant à plus de 45 à l’heure dans les virages (vous pensez, une Harley !) …Mais aussi, la Jacquot, femme comblée du sémillant Portugais qui sut entrer dans sa vie avec toute l’attention qu’elle méritait, elle qui a tant à donner ! La Florence maman d’un ange blond (enfin !)…la Florence épanouie à l’orée de la quarantaine, sûre de sa place, érigeant les fondations d’une maison harmonieuse.
Et oui, notre Florence, nous savons presque tout de toi. Il n’y a presque plus d’inconnu dans cette longue relation qui nous unit depuis maintenant 19 ans.
Près de 50% de ta vie avec comme horizon la tronche de Bernard en train de sortir ses sempiternelles âneries, à écouter la voix de Sophie en train de tenter de mettre un peu d’ordre dans le désordre, à être assourdie par les rires d’Hervé et de Jean-Marc, à voir passer des stagiaires qui regardent avec leurs grands yeux cet équipage hybride de la culture événementielle dans laquelle tu règnes avec tes clefs d’or. Cela en fait des souvenirs à partager ! Nous connaissons tous ton aptitude rodée par les centaines, les milliers de dossiers que tu as traités, à te débattre dans les affres de chambres d’hôtels introuvables, de restaurants qui veulent fermer avant notre arrivée et de transports (pas aériens du tout !) qui changent leurs heures et déroutent même les meilleures volontés. Combien de caddies d’un « caffouch » encombré as-tu rempli d’orangina et de coca, les trimbalant d’une loge à l’autre, combien de machines à café as-tu allumées pour que le spectacle puisse se dérouler ?
Tu as su trouver ton chemin dans les dédales du Palais, même quand les cerbères d’une star voulaient t’interdire d’œuvrer pour le bien de tous, tu as su rester jusqu’à l’aube pour des concerts d’anthologie dans lesquels tu apportais ta fraicheur et ton appétit de vie, tu as su t’envoler dans les étoiles sur quelques concerts du Festival de Guitares. Tu n’as jamais décroché ton regard de cette ligne d’horizon que tu t’es traçée qui séparait le monde en deux parties : les bons et les méchants. Tu as toujours fait partie du monde des gentils parce que tu n’es pas capable de méchanceté, que tu ne connais pas l’envie et la jalousie, que tu es restée nature, entière, Florentesque !!!
Bien sûr nous avons vu parfois des larmes au coin de tes yeux charmants, bien sûr nous avons eu des fous rires à s’en décrocher la mâchoire, bien naturellement tout n’a pas toujours été rose… mais jamais totalement noir, non plus. Parfois entre deux eaux, nous avons frôlé les écueils des grandes eaux qui s’écoulaient de tes yeux bleus, parfois, la jeune Florence paniquée de vouloir trop bien faire (re)pointe son nez… nous la maîtrisons tellement cette peur désormais, que même toi, tu souffles lentement, tu aspires un peu d’air et que nous te retrouvons identique, précise, sans ces angoisses qui t’ont causé tant de soucis dans ce passé qui nous soude.
Mais oui Florence… si tu es la plus ancienne de mes collaboratrices, ce n’est pas pour rien ! Tu as acquis tes lettres de noblesse. Tu possèdes notre confiance, tu as ta place dans cette famille des événements cannois, tu es Florence, tu resteras notre Florence bien après que le cours du temps m’aura emporté dans sa tourmente. Je ne sais pas où j’errerai dans quelques saisons, mais je sais pertinemment où tu seras, toi ! Tu en as encore pour 20 ans avant de prendre ta retraite. Une petite vingtaine d’années à subir Sophie, à former ces jeunes qui débarquent avec la bouche en cœur et le désir de bien faire, à rire des mêmes bêtises d’une famille (dé)composée.
20 ans à voir grandir une petite Lou au sourire malicieux. Un jour, elle te demandera éblouie, de lui raconter ces belles histoires du show-biz dans lequel tu as vécu, toutes ces vedettes, ces stars que tu as rencontrées, croisées, celles à qui tu as tendu la main et qui t’ont remerciée d’un sourire et d’un clin d’œil complice.
Voilà Florence. Tu fais partie des meubles de l’Evénementiel, ils ont un peu de ta patine. Notre paradis futur, c’est en offrant du rêve que nous le gagnons. Il fait nul doute que tu es en train d’accumuler de nombreux points pour te rendre directement dans l’Eden des artistes. Ils t’accueilleront en organisant une grande fête. Sans toi, ils ne sauraient où manger, comment se déplacer et sous quel toit dormir. Rien que pour cela, ton fauteuil est déjà prêt : il n’attendra que quelques belles dizaines d’années, un demi-siècle et tu pourras enfin écouter le chant des anges avec la sérénité de celle qui a œuvré à embellir le monde avec ses petites mains de femme si ordinaire… qu’elles en deviennent magiques !
Vive tes 40 ans, vive tes prochaines 40 années !

Voir les commentaires

Un peu d'argent...

Publié le par Bernard Oheix

Cette page, je l'ai écrite à la suite d'un constat. La difficulté des politiques et des financiers à analyser les mécanismes de l'économie du spectacle. Souvent, on me dit en constatant le remplissage de la salle que je dois "gagner" de l'argent puisque la séance est à guichet fermé. Que nenni ! La preuve dans cet amusement, juste quelques variations en pied de nez à la logique de la rentabilté.

Un peu d’argent dans l’eau trouble du spectacle
 
 
Vous êtes directeur-programmateur d’une salle de 1000 places dans une ville de province riche et devez sélectionner une pièce de théâtre. Constat froid et cruel, comment choisir et combien investir ?
Une fois n’est pas coutume, commençons par un tableau des recettes, on rêve d’abord et on prendra les décisions ensuite ! Persuadé de remplir le théâtre grâce à l’excellence du choix, vous déterminez le potentiel de sièges maxumum. Retirons 100 places pour les invités de la mairie, les journalistes, la production et votre famille, il reste malgré tout 900 places payantes à vendre. Le prix de la place dépendra du positionnement, de 35€ à 25€, et vous ferez des tarifs réduits pour les collectivités, les chômeurs (un peu d’humanité messieurs !), les abonnés, les employés du théâtre…etc. Vous allez camper sur un magot confortable de 900 fois 30€ soit la bagatelle de 27 000€. Génial, pensez-vous, je vais pouvoir m’éclater en prenant une pièce de théâtre avec plein d'artistes et pas des moindres…peut-être !
Passons à l’exercice des dépenses obligatoires. Vous allez retirer de ce pactole 15% (et c’est un minimum) que vous verserez à la SACD, la société des droits d’auteurs, soit 4000€ qui s’évanouissent de votre portefeuille pour remplir la bourse de ceux qui sont propriétaires du spectacle. Il faut aussi rajouter la taxe pour le spectacle privé, prélèvement au service des soi-disant producteurs de théâtre parisiens indépendants (3,5%), originalité nationale typique, démontrant à l’envie comment le privé se nourrit du public dans un libéralisme à la Française. Encore 1000€ qui s’évaporent !
Le théâtre appartenant à la mairie qui vous a chargé de cette opération, vous n’aurez aucun frais de location de salle, tant mieux, c'est une bonne nouvelle. Toutefois, le personnel nécessaire au déchargement du camion des décors, à l’installation, les techniciens qui vont régler les lumières et la reprise de son et permettre au spectacle de se dérouler dans les meilleures conditions… eux vous coûteront environ 5000€ auxquels il faudra rajouter le nettoyage de la salle pour 2000€.
Cette foule qui se précipite vers ce lieu de communion, il faut la canaliser, la fouiller (plan vigie-pirate oblige), la placer, lui permettre de déposer son manteau au vestiaire, déchirer son billet…petite trentaine de personnes qui refusent de travailler gratuitement et qu’il faudra rétribuer pour un montant de 2000€.
Bon, récapitulons, même si le spectacle n’est pas encore choisi, on sait d’ores et déjà qu’il reste au moins 13 000€. Qu’à cela nous tienne, ce n’est pas grave, vous dites-vous, on va encore trouver de beaux produits dans cette fourchette de prix.
Toutefois, avant de faire mon choix, je vais prévoir un peu d’achat d’espace dans les médias locaux, il faut quand même que les gens soient informés que j’ai une superbe pièce de théâtre dans ma salle. Je contacte Nice-Matin, la Strada, Métro et je fais trois réservations pour des encarts pub qui vont drainer ces 900 personnes espérées…mais qui coûteront environ 2400€. La pose des affiches achetées à la production ne s’effectuant hélas pas toute seule, un afficheur sillonnera le département pour une autre poignée de 800€ afin d’enfoncer le clou en placardant des posters bien vite recouverts par d’autres évènements.
 
Ainsi donc, avec mes presque 9 000€, puis-je enfin me consacrer à la recherche du temps perdu. Je vous passe les coups de téléphone, les envois postés, l’éventuel déplacement sur Paris pour visionner le spectacle, le chauffage du bureau, les agrafeuses et les cafés pour lutter contre le sommeil…Reste un petit problème, un spectacle moyen, avec une distribution de vedettes susceptibles de drainer 900 personnes payant autour de 30€, c’est au minimum, entre 15 000 et 20 000€ qu’il faut débourser sur le marché actuel du Théâtre.
Alors deux solutions, où vous voulez gagner de l’argent et il faut fuir, partir très loin, courir et ne plus s’arrêter avant d’avoir trouvé une île déserte où la notion de «culture» est bannie… ou bien vous avez intérêt à trouver tout de suite un bon sponsor, un mécène qui en veut à vos charmes, prêt à dépenser sans compter pour couvrir le déficit de vos programmations afin d’obtenir la faveur  de vous découvrir !
J’ai trouvé ce sponsor mais il n’y a aucune raison que je vous donne son adresse, à vous de vous débrouiller !

Voir les commentaires

Gibiers et prédateurs

Publié le par Bernard Oheix

Je vous rappelle que vous pouvez profiter de ma si longue absence pour vous replonger dans quelques nouvelles précédentes. Il suffit de cliquer sur la rubrique 'nouvelles' à gauche de l'écran et elles s'offriront à vous. Je vous conseille "les amants du froid", "La malle en cuir", "Un après-midi d'automne" et "Le collier de phalanges"... mais il y en a d'autres ! Immergez-vous dans les entrailles de mon blog et faites votre self-service !
Bon, avant de partir en vacances pour quelques jours, je vais vous laisser avec un de mes textes qui reste une énigme... même pour moi !
Pourquoi cette rencontre entre une guerrière du futur et un chef de bande d'une favela si contemporaine ? Bon si vous trouvez la solution, faites-moi signe, cela peut m'aider !
 
 
 
Lhermane allongeait le pas, son instinct attiré par l’odeur alléchante, simple silhouette se fondant parmi les ombres de cette ruelle perdue dans ce port de l’espace des confins galactiques. Fière et altière, ses lèvres ourlées, avides, de carnassière, ses cheveux de jais, encadrant deux yeux de feu jetant des éclairs, un menton carré dans lequel une bouche laissait voir des dents pointues prêtes à déchirer, un corps nerveux forgé dans l’acier, une aisance animale dans sa démarche, tout respirait la chasse chez Lhermane, un prédateur venu pour achever sa traque dans ce lieu perdu de la galaxie, à des années lumière de sa horde.
Elle n’avait pas hésité à franchir l’espace, quittant son peuple agonisant sur une planète de boue, un bagne terrible dans lequel la justice des hommes les avait confinés, une planète où ses frères et sœurs devaient expier pour les fautes commises par leurs aïeux. La sentence du conglomérat qui régissait cette portion de l’univers ne laissait aucun doute quant à leur volonté de les anéantir, de briser cette force qui leur faisait peur et dérangeait l’harmonie du cartel des mines et du flux commercial qui tissait une toile d’araignée entre les planètes de la confédération.
Elle avait le sang rouge des guerriers qui pulsait dans ses veines, elle s’enorgueillissait de cette énergie des grands seigneurs qui charriait en elle la fureur et le combat. Elle n’avait jamais pu accepter de mourir à petits feux et portait le flambeau de la révolte, symbole de toutes leurs désillusions, de leur amertume, des rêves passés de gloire et du fracas des combats d’antan.
Elle connaissait le prix de sa révolte. Elle ne se faisait pas d’illusions sur la sentence implacable qui découlerait de sa fuite et de la traque qu’elle avait entamée. Elle l’acceptait parce qu’elle avait choisi, que le retour en arrière n’était plus possible et que pardessus tout, elle aimait cette chevauchée sur les ailes d’une passion démesurée. Elle vengerait les siens, elle accomplirait le rite de la chasse, elle deviendrait une déesse vivante, celle qui avait redonné le courage de combattre à ses pairs. Elle était un chasseur, elle restait un formidable combattant des marges et le prouverait pour la grandeur de son peuple.
 
 
 Il sautait et bondissait dans la ruelle sombre, glissant sur les immondices que les habitants de cette favela déversaient par leurs fenêtres. Sa course durait depuis tant de temps qu’il en perdait le sens de l’orientation et enfilait les passages étroits sentant la meute accrochée à suivre sa trace. Il ricocha sur une boîte de conserve et faillit perdre l’équilibre. Ses bras battirent l’air et il se rattrapa de justesse, esquissant un coup d’œil en arrière pour repartir de plus belle, le pas cadencé, sans puiser dans ses réserves. Il savait que la traque ne faisait que commencer et qu’il aurait besoin de toutes ses forces pour leur échapper, pour aller jusqu’au bout de la nuit et voir le soleil se lever. Il n’avait pas toujours été le gibier, et même plus souvent qu’à son tour, il avait pourchassé et sentit l’odeur de la mort aux basques de ses proies. Aujourd’hui c’était son tour et le jour se lèverait sur le seul nom du vainqueur dans ce combat à mort qui l’obligeait à fuir.
Le territoire de la chasse s’étirait à l’infini. Partout où ses pieds le porteraient, un ennemi pouvait se dresser et l’achever. Il n’avait pas d’armes, c’était ainsi, et ne comptait que sur sa force et sa résistance pour survivre à cette nuit d’horreur.
Il entendit un aboiement suspect vers la base, des bruits divers minaient la nuit, ricochant sur les persiennes fermées du lacis des favelas qui couvraient la montagne adossée à la ville. La peur régnait et les habitants se calfeutraient dans leurs abris de fortune. Une ombre bougea à la périphérie de sa vision, sur sa gauche. Il n’hésita pas une seconde et s’engouffra dans une venelle qui montait vers les cimes. Il augmenta la cadence de sa foulée et se dirigea vers le col, il n’avait pas de plan précis, il ne savait qu’une chose, héritée de son expérience, il ne pouvait s’arrêter pour chercher un asile, seule sa mobilité lui assurerait la vie sauve.
 
 
Son œil accrochait la rue sombre comme une cicatrice mouillée, elle guettait les recoins déchirés par de pâles lumières, attentive à tout mouvement, scrutant l’éternelle aube diaphane. Elle sentait la misère de ces colons chassés de leur terre qui avaient échoué dans ce misérable port de l’espace, les mains vides, le cœur rempli de haine. Quelques rares ombres croisaient son chemin, silhouettes furtives enfantées dans une obscurité complice, rabattant leurs serre-têtes, la main collée à la hanche au contact du radiant.
Rien n’était trop beau dans cette ivresse, ces tremblements furtifs, ce rappel des heures de traque d’un passé si éloigné mais que sa décision et le mouvement faisaient ressurgir avec délectation. C’était il y a si longtemps que sa servitude lui semblait irréelle, conditionnement libéré par cette odeur particulière de la chasse.
Elle avait enfilé la tenue traditionnelle, une combinaison qui la moulait, imperfectible bouclier, les bras gainés de cuir, les fuseaux rentrant dans ses bottines souples à la pointe empoisonnée. Une grande cape la dissimulait, l’enveloppant d’un suaire qui dérobait la vivacité et la grâce de son corps. Seule son odeur la précédait et les passants qui croisaient son chemin se signaient, la mort n’avait pas de frontières. Elle était redevenue la plus formidable machine à tuer que la civilisation ait pu concevoir, Lhermane la chasseresse.
Déjà, au bout de cette ruelle, un fanal rouge, un phare dans la nuit qu’une faible brise agitait et qui grinçait dans le silence, trois marches de pierres sous l’enseigne racornie que l’humidité avait rongée, ses pas qui la menaient sous les voûtes du dédale qui menait vers l’entrée de la gargote sordide où les sons d’un vieux piano martelaient un silence lourd et feutré.
Elle jeta un dernier regard aux lunes qui dérapaient vers l’horizon, son esprit communia une dernière fois avec son peuple prisonnier. Elle s’engagea derechef en écartant les tentures élimées pour pénétrer dans la salle enfumée. Son informateur ne l’avait pas trompée.
 
 
Il ne savait plus qui avait élaboré ce code, cela remontait à si longtemps. Pour faire partie du gang, il n’y avait que deux règles, la soumission au chef et le mode de désignation de ce chef. C’est lui qui imposait l’épreuve du test en choisissant l’acte qui scellait le statut de membre du gang, la mort d’un ennemi, le vol d’une banque afin d’enrichir la cagnotte de la bande, un acte glorieux qui montrerait leur capacité à devenir les rois de la ville. Le chef avait tous les droits, même celui de vie et de mort sur ses compagnons, il présidait et l’on se devait d’exécuter, la faiblesse n’avait pas sa place dans leur vie, ils étaient les guerriers du futur, l’armée des bas fonds et craints comme la peste par le reste de la population. Il y avait bien longtemps que les forces de l’ordre avaient déserté leur territoire, ne s’aventurant plus dans ces taudis qui s’accrochaient à la ville comme une tumeur qui proliférait. Les habitants de cette zone de non-droit représentaient leur terreau, un formidable champ d’expérimentation, et c’est dans cette ville-champignon qu’ils accomplissaient leurs premiers faits d’armes avant de descendre dans les quartiers plus huppés, vers les trois rivières, afin de prouver leur courage.
Le gang se compose de 60 membres. Pour y entrer, il faut avoir démontré sa valeur, être proposé par un des fidèles et surtout qu’une place se libère par la mort de l’un d’entre eux. On ne quitte pas le gang, on meurt à son service en offrant la possibilité à un des nombreux aspirants qui gravitent autour de pouvoir l’intégrer. Une dure école de la vie qui est le rêve des enfants des favelas, devenir un élément de la famille, rejoindre le clan.
Chaque année, à une date fixe, les soixante membres se réunissent et le chef se démet de son pouvoir en annonçant la fête de la nomination, une cérémonie capitale à laquelle nul ne peut déroger. Dans un immense réceptacle, 59 boules blanches et une noire sont disposées et par un système complexe, attribuées à chaque membre du clan. Celui qui tire la boule noire devra alors passer l’épreuve de la grande traque. Il lui faudra survivre sans armes à une nuit de chasse et dans le cas contraire, c’est celui qui l’aura abattu qui deviendra le nouveau chef pour une année.
J’avais tiré la boule noire et j’hériterais de cet honneur si je survivais à cette nuit et à la troupe assoiffée de sang qui me pourchassait. Mon destin était entre mes mains et surtout dans mon aptitude à courir et à maintenir une distance entre eux et moi, entre mes frères et mes bourreaux. J’escomptais bien leur survivre et assumer mes responsabilités, j’avais tout fait pour, c’était l’heure de vérité.   
 
 
Lhermane se posta au fond, près de l’entrée. Elle observait l’intérieur de la salle. Des piliers soutenaient une voûte gothique éclairée par de rares lumières vacillantes. Des armes, des habits, des cruches vides gisaient dans des niches creusées à même les murs. Des ombres noires se dressaient sur son chemin, l’empêchant de voir la scène et le piano. C’était des Lyriens qu’elle reconnaissait à leurs chapeaux coniques et aux franges tombant sur leurs épaules. A peine conscients, envoûtés par les notes de musique et par le kifz qu’ils aspiraient en volutes, ils tanguaient sur place, vacillant en suivant le rythme de la mélodie grinçante du terrien. Quelques verres encore et ils rouleraient pêle-mêle sur le sol graisseux, communiant dans le néant.
Elle s’avança, écartant du bras des ombres absentes, simples figurants dans le jeu qu’elle avait entamé en débutant cette traque. Des habitants de toutes les planètes s’étaient réunis, rebuts des ports de l’espace, faisant obstacle à la cible qu’elle s’était choisie, un terrien, un vrai terrien des origines, une denrée rare aux marges dans lesquelles elle vivait. Elle réussit à apercevoir dans l’échancrure d’un mouvement de foule ses mains fines qui tapaient furieusement sur les touches nacrées du piano, tirant des sons aigres, captivants, ces bouffées suicidaires dont les Lyriens avaient besoin pour retrouver le chant de leur lointaine galaxie.
Elle suivit la courbe de ses épaules maigres, la nervure de ses bras qui balançaient en s’écrasant sur le clavier, la chemise élimée qui tirebouchonnait, repliée au-dessus des coudes, les touffes clairsemées des mèches grises qui couvraient le sommet de son crâne. Elle était de trois quarts et ne pouvait entrevoir son visage. C’était mieux ainsi, la surprise n’en serait que plus grande pour lui.
Elle décrivit un arc de cercle, écartant du pied des corps flasques gisant à même le sol, bousculant des fantômes immobiles plongés en catatonie, écrasant des bestioles qui couraient entre les consommateurs, traçant son chemin pour venir se positionner dans son dos. Elle pouvait maintenant l’observer à loisir, vieux pianiste fatigué et inconscient, il avait pensé pouvoir tenter la chance en échouant dans ce rade du désespoir. Assis sur un tabouret, il accomplissait pour un salaire de misère des journées jamais terminées, rebut de l’humanité perdu aux portes de l’espace, terrien sans âme d’un empire sans formes. Sa proie était là, elle pouvait presque la toucher.
 
 
Il s’agissait de tenir la distance, de garder son esprit clair malgré le souffle qui brûlait les entrailles, le cœur emballé, la douleur tétanisant les muscles. Une enfilade de portes donnant sur des courettes lui barrait le chemin. Il défonça d’un coup de pied l’un des obstacles et escalada le grillage qui l’empêchait de rejoindre le quartier des pendus. Il savait que des rues sombres interminables lui permettrait de souffler. Il lui fallait faire une pause, récupérer un peu, la nuit n’était pas terminée et avant que le soleil n’apparaisse à l’horizon tant d’événements pouvaient encore se produire. Il examina attentivement l’espace derrière lui et se décida pour la venelle qui redescendait vers le fleuve. Avec un peu de chance, il pourrait gagner quelques minutes et se fondre vers les quais dans la nuit obscure, dans l’agitation de ces lieux mal-famés où la prostitution et le jeu fleurissaient. Quelle heure pouvait-il être ? Deux heures, peut-être trois, l’aube se traînerait encore pendant quelques tours de cadran, largement le temps de mourir.
Un rat détala sous ses pieds en couinant, énorme, ventru. La lune éclairait la portion sud, il se glissa à l’opposé et escalada un tas de gravas, les pierres glissant sous ses appuis en faisant trop de bruit. Il se jeta de l’autre côté et roula sur plusieurs mètres, se faufilant sous un buisson d’épineux qui lui lacéra la peau. Il décida de s’arrêter et de compter jusqu’à 100 en domptant son souffle, en calmant les tiraillements qui convulsaient ses muscles raides. Il attendit patiemment en ouvrant les yeux, attentif au moindre mouvement. Une ombre furtive apparut au coin de la rue. Un membre du gang, un de ceux qui n’avait pas sa force physique et se traînait derrière les meilleurs, tentait sa chance en redescendant vers le fleuve. Il le dépassa sans se douter de sa présence et s’évanouit vers le fleuve, lui barrant la route de son salut.
Il avait suffisamment pratiqué la traque pour savoir qu’il n’avait aucune chance s’il s’immobilisait. Fatalement les autres se déploieraient et ratisseraient la zone. Un dernier effort devait pouvoir les maintenir à distance. Il n’avait pas le droit de se confronter à eux, de les tuer pour survivre, c’était la règle. Le meilleur devait devenir le chef mais pas au prix d’une décimation du gang, une seule mort serait le prix d’un échec, sa vie ne tenait plus qu’à un fil.
Il se remit debout et ne pouvant plus redescendre vers le fleuve, grimpa sur un arbre adossé à une maison de tôles pour franchir l’allée par les airs et se retrouver dans la ruelle parallèle. Il reprit une foulée plus déliée, la pause lui avait fait du bien, et remonta vers le calvaire qui signalait la faille produite par l’érosion des eaux lors des dernières trombes de l’automne. Il suivit le sentier au bord du précipice, les chiens jappaient en cherchant leur pitance dans les immondices et quand il vit une ombre se dessiner à quelques dizaines de mètres, il n’hésita pas et plongea dans le vide en écartant les bras. La chute fut interminable.
 
 
Elle respira à fond. Ecartant les dernières silhouettes qui s’interposaient, se positionnant dans son dos, presque à le toucher. Elle aurait pu tendre la main et la poser sur son épaule, elle se délectait d’avance de sa surprise et de l’horreur qui se peindrait sur son visage, de ses yeux surtout qui la contempleraient pour une ultime vision. Elle n’avait pas voyagé à travers le vide sidéral pour rien, elle n’avait pas bondi par-dessus les planètes et mis sa vie en péril pour ne point toucher au but et ramener son trophée à ses frères et sœurs, brandir l’étendard de la révolte.
Elle aperçut les cheveux du terrien se hérisser, au bas du cou, une frange sale qui se dressait comme le poil d’un félin dans la colère et la peur. Un sourire ourla ses lèvres carmin découvrant des canines effilées, habituées à mordre et déchirer. Le moment de vérité approchait, il avait senti son odeur et ses mains se figèrent sur les touches fatiguées. Le silence s’empara de la salle immense et le temps se suspendit aux deux protagonistes immobiles, étrange partition dont le final implacable était imminent. Il fit grincer son vieux tabouret en se tournant pour lui faire face, doucement, sans se presser, il releva la tête pour la dévisager et plongea ses yeux dans son regard. Lhermane sentit un vent glacé lui mordre les entrailles, la panique s’emparer de son esprit, un cri rauque naquit dans sa gorge voilée de désespoir.
Sa peau parcheminée par les brûlures des soleils de l’espace collait à ses os saillant, épousant les angles d’un visage émacié parcouru de rides fines. Son nez cassé, déformé se dressait sous un front large barré d’une cicatrice qui allait d’une oreille à l’autre. Son menton pointu dégouttait d’un filet de bave coulant de sa bouche ouverte qui riait en dévoilant des dents jaunes rongées par l’acide et le tabac. Au milieu de son visage, deux orbites sombres s’ouvraient sur le vide de trous noirs sans fond.
Lhermane pleura, on lui avait volé son trophée. Elle ne ramènerait pas les yeux d’un terrien comme emblème à sa tribu. Ils ne danseraient pas la saga de la reconquête, le nez plongé dans la galaxie, ivre de fureur.
 
 
 
Il se réceptionna sans dommage grâce aux larges feuilles de bananiers qui amortirent sa chute. Il roula sur un tapis de feuilles mortes et se redressa pour entamer sa dernière course avec le lever du soleil. Il les sentait si proches, resserrant leur étreinte, convergeant vers ce point de fuite qu’il représentait. Il puisa dans ses dernières ressources pour repartir et mettre le plus de distance possible entre lui et son gang. L’heure de vérité approchait, déjà le chant des oiseaux perçait la nuit, un mince filet brillant sertissait les contours des collines avoisinantes, il se mit à espérer, un ultime défi pour triompher.
Le sentier remontait vers une ravine qui bordait les cases de tôles et de bois de cette portion la plus pauvre de la ville sans nom. Il était persuadé que les autres s’étaient positionnés pour le coincer dans ce cul de sac, converger vers leur cible et accomplir leur mission. Il n’y aurait qu’un chef à l’issue de cette nuit de traque.
Il estima ses chances et décida de grimper à flanc de colline, s’aidant des lianes et des ronces pour progresser vers le sommet, ne faisant plus cas du bruit qu’il déclenchait, uniquement occupé à gagner du temps et à lutter jusqu’à la dernière parcelle de son souffle. Il bascula en roulant sur le contrefort et aperçut deux ombres qui se déplaçaient vers lui et puisant dans son désespoir, se redressa pour enfiler la ruelle qui lui faisait face. C’était le moment de vérité, plus moyen de se dissimuler, seule sa capacité de les tenir en vue lui permettrait de leur échapper dans cet ultime round.
L’effort lui cisaillait les côtes, les jambes si lourdes trouvaient encore la force mécanique de l’entraîner sur la pente, il titubait, manquant de tomber à chaque instant, aspiré par le vide qu’il creusait à chaque foulée. Tournant la tête, il reconnut Gomez qui se détachait du groupe des poursuivants, un éclair d’argent à la main. Il repartit de plus belle, dérapant sur le sol humide de rosée, les poumons broyés par la douleur. L’éternité semblait se fondre dans son corps torturé.
L’aube était si proche. Quand son pied dérapa sur une bouteille vide, il s’écroula de tout son long et se mit à ramper, s’aidant des bras pour gagner quelques mètres, incapable de se relever. Il avait atteint le point de non-retour et s’adossa à un mur de pierres en regardant Gomez s’approcher en titubant. Il avait son grand couteau à la main, c’était la fin du parcours.
Gomez leva le bras, ange de la mort qui le couvrait de son ombre quand un rayon de soleil perça les brumes du matin et vint se poser sur son visage exsangue, lui dessinant une couronne de feu.
Gomez le regarda et posa son couteau par terre.
-Tu es notre chef, je serai ton fidèle lieutenant, tu as triomphé de la nuit de la traque, ton courage sera notre force.
Le gang avait retrouvé un leader, une année faste s’ouvrait pour lui.       
 

Voir les commentaires

Musiques et spectacles en stock (2)

Publié le par Bernard Oheix

L’été c’est aussi le festival international de l’art pyrotechnique. Art parce que,quand la pyrotechnie est à ce niveau, on peut parler d’ œuvre ! Qui n’a jamais vu un feu à Cannes ne peut savoir ce que veut dire un vrai, un grand feu d’artifice : 25mn, une baie ouverte avec les îles en fond de scène, une muraille de bateaux ancrés ceint l’horizon, la musique est déversée à flots de la mer vers le public qui se masse sur la Croisette. Les compétiteurs viennent à Cannes pour gagner cette Vestale d’Argent synonyme de prestige et de développement. Le Québec a entamé le festival avec la firme Ampleman, le 14 juillet, par un feu médiocre. Nonobstant la qualité moyenne des bombes convenues, une bande-son stupide, collage d’airs sans saveurs (Alerte ! Céline Dion !), les pauvres Canadiens, en plus, ont vécu un enfer technologique ! 20% des bombes sont restées sur les barges et attendent toujours un signal pour s’embraser. Quand la technique trahit l’homme… la faute à un système de mise à feu défaillant !
L’Argentin « Jupiter » (feu composé par Gaston Gallo) du 21 juillet avait la rude tâche de faire oublier la médiocrité du premier feu. Et il tint toutes ses promesses. Univers du tango décliné sous toutes ses formes, du classique au moderne, synchronisation parfaite, inventivité des figures et composition d’ambiance, tout fut si proche de la perfection que le public subjugué lui réserva une ovation.
Les Français de Fêtes et Feux osèrent, pour le 29 juillet, l’impossible. Une bande-son consacrée à la musique sacrée, une chorégraphie de lenteur et de silence, contre-pied parfait à la démesure de l’Argentin et à l’image traditionnelle d’un feu. Mais un manque de matériel évident pour sublimer le propos et un tunnel un peu trop lancinant (il aurait fallu aller chercher un peu de musique sacrée dans l’exotisme et finir sur un morceau plus enlevé), les ont empêché de pouvoir se mesurer aux meilleurs. Dommage, le concepteur, mon ami Jean-Eric Ougier, était très près de pouvoir créer la sensation… il ne lui a manqué finalement qu’un peu d’ambition !
Place à Vicente Caballer, un Espagnol dont on sait qu’ils sont parmi les maîtres. Il a déjà tiré à Cannes, a gagné une Vestale d’Argent mais a échoué dans la conquête de l’or en 2001. Il débarque avec de grosses ambitions au vu du matériel qu’il amène. Et lui aussi va frapper très fort. Du rock, du pur rock pour un feu déjanté et sublime. Les Smashing Pumpkins, Metallica, Nine Inch Nails, The Who envahissent la Baie de Cannes Les hurlements des guitares se conjuguent au ciel qui se déchire, la synchronisation est parfaite, les tableaux inventifs jusqu’à un final qui frôle la perfection tant par l’énergie musicale que par une composition d’une hardiesse inouïe. (Un cœur qui bat et se déchire sur Baba O’Reilly des Who). Voilà nos amis Espagnols dans ce qu’ils ont de plus créatif, l’ancien et le moderne, le producteur de bombes et le compositeur de feu ! Eviva l’Espagna (air connu !)!
Les Allemands Weco étaient annoncés comme des clients sérieux avec une conception de Georg Alef. Ils nous l’ont prouvé en réalisant un feu de toute beauté, bluffant le jury par l’intelligence du propos. Sur une musique originale composée pour l’occasion, à partir de l’histoire de la ville de Cologne, précédée par un texte explicatif intelligent, ils ont déployé une gamme particulièrement riche d’effets spéciaux. Nautiques somptueuses, petits artifices au ras de l’eau, structuration de l’espace en alternance de niveaux. Ils ont dépassé le cadre en deux dimensions d’un écran de 400m sur 300 de hauteur. Ils ont introduit de la profondeur et des asymétries surprenantes. Une partition achevée pour séduire le jury… et dieu sait s’ils ont réussi dans leur entreprise. Sans avoir le meilleur, ni le plus conséquent matériel, avec une synchronisation qui était loin d’être la plus fine, ils ont su embarquer le public dans un contre-pied que n’avait pas réussi Fêtes et Feux.
 
Le jury a donc tranché. Vestale d’Argent pour l’Allemand,  Prix Spécial du Jury pour l’Argentin. Le Prix du Public revenant à l’Espagne. Personnellement, je trouve qu'ils méritaient mieux et j’aurais inversé… mais bon, that’s life !
 
N’oublions pas les concerts gratuits d’après feux d’artifice. Cette année que du bon. Mes Aïeux, des Québécois au nom insortable, stars chez eux, (500 000 albums vendus dans un pays de 7 000 000 d’habitants !), anonymes ici, mais ils ne le resteront pas longtemps ! Un vrai groupe de scène avec d’excellents musiciens et une énergie à démonter les foules. Ils ont mis le feu après le feu, s’ils passent près de chez vous, courez prendre une place, vous ne le regretterez pas. Simon Nwambeben est un Camerounais découvert par le Royal de Luxe, cornaqué par Ray Lema. Son premier album est en Play-liste de France-Inter, il assure dans des compositions originales, deux choristes, un bassiste et un percussionniste. C’est une musique belle comme un jour qui se lève dans la savane. Mystic Man, groupe de Strasbourg, met le reggae à l’honneur. Cela chaloupe sur le parvis, se déhanche et les Jah fusent ! Avec ses racines africaines, le groupe tient la scène et le public en haleine. Deux rappels avant de les laisser se fondre dans la nuit d’un joint bien mérité !
Vincent Absil et Contry Journal, on les connaît, ce sont des amis, le petit chauve à la voix rocailleuse, c’est lui. Absil, c’est une page d’histoire de la chanson française (le trio Imago) et c’est un amour immodéré pour la contry, les cadillac, Bob Dylan. Il ne s’est pas démonté. Le public a « cajuné », puis « bluesé » et « folké » et il a fait son triomphe au vieux routard à qui on ne la conte pas ! Il faut dire qu’il sait choisir ses musiciens (Lancry, and Co) et qu’après tant de scènes, Cannes ou La Motte-Beuveron, c’est quand même un public à séduire et aimer ! Merci Vincent et à la prochaine !
 
Jazz à Domergue  (du 8 au 11 août) cherchait sa voie, elle est trouvée ! Cette manifestation intimiste dans les jardins somptueux de la villa du peintre Cannois, léguée à la ville, permet depuis quelques années de convier à des agapes musicales 300 personnes. Le jazz s’y est invité en permanence et s’y trouve particulièrement bien. Tout concourt à ce que la soirée soit belle et la programmation d’un Christophe Wallemme Quintet y est pour quelque chose. Son jazz à la rencontre du percussionniste  indien Prabhu Edouard, tout comme le François Jeanneau Quintet qui invite la kora du Sénégalais Ablaye Cissoko sont de purs bijoux d’un jazz énergique, intelligent, à la rencontre d’une musique populaire. Cela donne des plages de musiques éblouissantes, la maestria des interprètes se fond dans des rencontres inédites. Du coup le free-jazz devient accessible, les instruments traditionnels sont modernisés en écho et la musique parle autant à la tête qu’au cœur. Du grand jazz !
Bariohay complète avec sa guitare virevoltante en accompagnement d’une Behia qui chante les standards du swing.
 
Et l’heure de la Pantiero résonna, avec sampler et scratch annoncés.
Du 16 au 19 août, déferlement d’électro annoncé sur le toit du Palais. Un lieu idyllique, dominant le vieux port et la colline du Suquet, au cœur de Cannes, une scène qui semble accrochée dans le ciel. C’est beau et le succès est au rendez-vous. Plus de 2000 personnes par soir avec une pointe pour les deux derniers jours, complets, plus de 3000 personnes. Beaucoup de jeunes, branchés, des dégaines pas possibles en jeans slims et mèches sophistiquées… on rêve à Cannes.
Le 16 : The Teenagers, éphémère groupe de trois gamins mal dégrossis, ils doivent doit impérativement retourner à leurs chères études. Deux guitares et un IPod ne suffisent pas à faire un groupe, ils nous l’ont prouvé ! Herman Düne enchaîne. Décevant. Parfois juste et développant une mélodie entêtante, souvent faux et irritant. C’est dommage, on sentait bien que ce concert aurait pu déboucher sur un beau set de qualité. Il ne restait que The Rakes pour aller au ciel… et on s’y est rendu direct grâce à ce groupe à l’énergie diabolique. Dans la lignée pure et dure d’un pop-rock déjanté, ils ont imposé à coups de rifs surpuissants, leur concert devant un public enfin conquis. La voix et le jeu outrancier du chanteur, la batterie qui dévaste tout sur son passage, la basse entêtante… Bon, OK, pour ce genre de musique, autant être Anglais, cela doit être dans les gênes, ce n’est pas possible sinon !
Le 17 : On commence par le petit Français de Wax Tailor. Et d’entrée le coup de foudre. Un DJ,S à ses côtés une violoncelliste et une flûtiste. Le choc. L’énergie de la machine confrontée à la mélodie des instruments. C’est beau, c’est génial, un pur moment de plaisir. Ils sont sympas, communiquent avec le public et ouvrent magnifiquement la soirée. On enchaîne avec Cut Chemist avec une intro à démonter le Palais. Sa puissance prend d’entrée puis s’émousse jusqu’à retrouver le fluide vital dans un dernier spasme orgiaque. Dilated People Machines plus rap. Sans convaincre, ils achèvent ce premier tour d’horizon de DJ’S flamboyants.
Le 18 : Plus de 3000 personnes sur le site. Teenage Bad Girl. Deux Parisiens ont la redoutable tâche d’ouvrir la soirée exclusivement réservée aux DJ’S. D’après ma fille, ils ne s’en tirent pas trop mal…Moi je trouve cela un peu convenu ! Princess Superstar décide de faire comme si elle était vraiment une princesse. Elle s’agite, se trémousse et envoie du lourd… Bon d’accord, on ne comprend pas vraiment pourquoi elle est une idole mais cela marche et elle emporte le morceau. Plus intéressant le duo Digitalism. S’appuyant sur un sampler et une batterie, avec une voix qui vient doper le son, ils sont plutôt sympas et efficaces. Les décibels envahissent le ciel de Cannes, cela bouge sérieusement sur la dalle de béton recouverte de pelouse verte. J’apprends que les chiottes sont bouchées, le bar sature, Florian et Hélène ouvrent de grands yeux devant la foule hystérique. Tout normal donc ! On peut alors se laisser envahir par la puissance et la finesse de Vitalic. Un maître en la matière, cela se sent ! Il sait composer avec des rythmes primaires et fondre les mélodies dans l’énergie la plus démentielle. On est au bord de la transe… pardon, on est ailleurs, juste là où personne ne peut nous atteindre. C’est Vitalic la super star de la soirée et manifestement, il mérite son triomphe !
Le 19 : la soirée où tout peut arriver. Billetterie fermée. Longue colonne de clients en attente de pouvoir pénétrer dans le sacro saint Graal. L’ambiance est bonne enfant, les chiottes sont réparées, le bar a fourbi son système d’alimentation de pompes à bière, les garçons sur leur 31…Buraka Som Sistema attaque. Bof ! C’est bruyant et brouillon. Toujours ces DJ’S qui époumonent leur machine. MSTRKRFT (prononcer Masterkraft… pourquoi faire simple quand on peut compliquer !). Un autre duo de DJ’S. Gros son, remix et airs connus. La foule se met à vibrer doucement. Mais bon ! CSS (Cansei de Ser Sexy) enchaîne. 5 filles, un garçon, une chanteuse en lamé or brillant, des ballons qui volent sur la scène, des jets de serpentins et surtout un groupe survolté passant de l’électro au rock, franchissant allègrement les frontières, uniquement préoccupé de faire un show ébouriffant, plein d’énergie et de puissance. Enfin un vrai groupe, avec de la musique, un jeu de scène ! Ce n’est pas le chien de la sécurité de The Palais, la boîte hype in the wind qui mordra le technicien du groupe qui pourra entacher notre plaisir. Vive les Brésiliennes !
Reste le clou du Festival, l’événement que tous attendaient : Justice pour la Pantiero, Justice pour un duo phare de l’électro française. En deux années, ils ont explosé et envahi les scènes du monde entier. Une croix lumineuse sur le plateau, une haie d’amplis et entre deux silhouettes sombres qui vont nous transporter dans un monde gothique de rupture. Les plages violentes succèdent à des moments de transes, des cassures font rebondir la tension. Ils jouent sur un rythme non linéaire et enferment le spectateur dans des boucles qui se referment sur l’absence. C’est particulièrement intéressant. Une vision noire sublimée par la musique. Deux DJ’S de plus dans notre escarcelle, mais ceux-ci, on s’en souviendra, il faut leur rendre Justice, ils savent y faire et représentent un vrai courant novateur de l’électro.

Bon, la conclusion c'est que l'électro version DJ'S c'est un peu gonflant parfois. Un groupe avec des musiciens, des instruments, c'est bon pour le moral. Pour le reste les Russes se chargerons de nous faire oublier la folie de ce public adorable. Des jeunes sympas, uniquement préoccupés de faire la fête en dansant sous les étoiles. Vive les "djeun's". Vive les Vacances !
 
.

Voir les commentaires

Musiques et spectacles en stock (1)

Publié le par Bernard Oheix

 
 
Un été de chaleur dans une France transie, des festivals fleurissant comme des champs de coquelicots où se croisent, dans les quelques kms d’un ruban de béton s’étalant de Cannes à Monaco, tous les genres musicaux, toutes les familles d’artistes, des stars aux révélations, et des dizaines de milliers de spectateurs… c’est le lot d’une Côte d’Azur baignant les pieds dans l’eau, la tête dans les nuages et dont le cœur palpite aux rythmes des nuits fiévreuses.
Voici donc un petit parcours, sélection entre les passages obligés, les manifestions organisées par notre direction, et les plongées dans les festivals de la région les soirs de disponibilités.
 
Les Nuits Musicales du Suquet. Du 18 juillet au 30 juillet.
 
Avouons-le, les Nuits Musicales du Suquet, c’est beau, le cadre est magique, la musique belle…il y a les mouettes au début, les étoiles à la fin, mais bon, parfois cela dégage une légère odeur de naphtaline, un parfum désuet d’une musique bien classique, vraiment très très classique ! Enfin, c’était vrai pour une grande partie des 19 éditions que j’ai eu le privilège de diriger avec Gabriel Tacchino en directeur artistique.
Cette année, surprise, c’est à des agapes résolument branchées que nous sommes conviés. Un Suquet ébouriffant, plein d’énergie et de passion, avec des interprètes hors normes. Jugez-en par vous-même.
Nemanja Radulovic ouvre le bal le 18 juillet. Nemanja on l’a découvert au Midem classique en 2005, l’an dernier dans les concerts révélations du Suquet. Cette année, il se présente comme soliste de l’orchestre régional de Cannes PACA dirigé par Philippe Bender. Progression fulgurante s’il en est ! Radulovic est un seigneur du violon. Il est jeune, beau, il joue comme un envoyé céleste. Il n’y a pas de limite à l’expressivité de son interprétation, à son « appropriation » de la partition pour en faire surgir des émotions inconnues. Même si l’œuvre choisie (Mendelssohn- concerto pour violon et orchestre) n’est pas celle qui lui permet le plus de mettre en valeur son génie, il rapproche la musique classique du spectateur, lui restitue une dimension plus charnelle, moderne. Son corps se plie et concentre toute la tension musicale pour la rendre expressive. C’est un spectacle. Sa finesse d’exécution explose en des plages où se déchaînent les tensions qui s’accumulent tant sous ses doigts que dans son corps filiforme.
Un seul regret, il n’aura interprété qu’une œuvre et nous ne l’aurons pas entendu dans son jardin secret, des compositions plus « balkaniques », plus populaires, celles où son talent peut donner libre cours à une liberté de ton sans concessions !
Laurent Korcia, (20 juillet), on en rêvait… et pas seulement à cause de Julie Depardieu ! Un autre archet de génie, une opposition de style absolue. Korcia sur scène est concentration, froideur, immobilité, silence. Son répertoire est savant (Dvorak, Brahms et surtout Bartok) mais la concentration qu’il dégage impose une attention maximum. Il rend explosive la partition sophistiquée, il donne à sentir les nœuds qui structurent la colonne musicale. Une ovation salue sa prestation. Avec lui, la musique savante se découvre et se laisse aborder pour le plaisir primitif des sens.
Fazil Say. (24 juillet). Si le génie était évident chez Radulovic et Korcia, chez Fazil Say, on ne parle plus de maestria, de talent, de puissance… on constate l’extraordinaire dimension d’un extraterrestre, un être venu d’une planète musique que rien ne peut entraver dans sa marche forcée vers les sommets de la déraison. Dans la tourmente venteuse, là où tant de pianistes auraient renoncé, il s’attelle au clavier et sous ses doigts, naissent les orages, la foudre et l’éclair. Il ne respecte rien car il n’y a pas de frontières pour cet esprit iconoclaste, il va où l’inspire son voyage intérieur, là où personne ne peut l’accompagner. Il est seul. Il est sans attache. Il est libre Fazil ! Quelle que soit l’œuvre, c’est du Fazil Say qui jaillit comme une tornade qu’il dompte, qu’il accompagne d’une sensibilité si personnelle qu’il s’approprie chaque note pour la restituer à une assistance médusée. L’homme est curieux, un brin autiste, laid, mais sa réserve est humaine, comme si, de côtoyer les Dieux en permanence l’autorisait à s’émanciper de toute contingence. Nous sommes tolérés dans cet univers si personnel parce que rien ne peut gêner ce géant hors normes.
Ce concert est sans doute un des événements majeurs de ma vie de programmateur. Je suis persuadé d’avoir rencontré, en ce 24 juillet, l’un des monstres sacrés qui font que mon métier reste une énigme pour moi. Si je ne suis toujours pas blasé après tant de soirées spectacles, c’est parce que, au fond de moi, je continue d’espérer croiser encore des esprits si brillants, si étincelants, si beaux que la vie nous semble encore meilleure et mérite d’être vécue. Merci Fazil Say, merci de nous montrer que l’art est toujours un domaine réservé à des dieux vivants, cela nous rend plus humain !
Camille (30 juillet). Une reine de la variété dans le domaine du classique. Exercice de haute voltige non sans risques. Certains attendaient goguenards son intrusion des feux d’une rampe bardée de sunlights au climat intimiste du Suquet et d’un public averti, d’autres, (son public) l’accueillant avec dévotion. Pari réussi. Plus que réussi. Une OVNI a débarqué. Entourée de la belle Julia Sarr, de Indi Kaur, de Seb Martel et avec Majiker à la direction musicale, ils interprètent une œuvre étrange de Benjamin Britten, écrite pendant la guerre sur un bateau cerné par des sous-marins allemands, « A Ceremony of Carols ». Une composition pour chœurs adaptée par Camille où chaque soliste va remplacer un canon. Lancinantes, entrecoupées de silences, les trois voix s’appuient sur une guitare discrète, étirant des voix d’ange en une véritable cérémonie secrète. Après une pause, Camille revient, seule. Avec sa voix et des percussions sur son corps (Ah, son corps !), couchée sur la scène, debout dos tourné vers le mur de pierres en fond de scène, se déhanchant elle se balade de pays en pays en restituant des prières gutturales. C’est étrange et iconoclaste. Elle est si fragile, elle se dévoile, déchire les convenances et se retrouve sur le fil d’un rasoir en train de jongler avec la raison. Une ovation salue sa prestation, des acclamations sincères d’un public qui pour être surpris, n’en a pas moins suivi Camille dans sa célébrations d’un dieu du son, d’un divin que les voix accompagnent au cœur des hommes.
Si on rajoute à ces concerts, un pianiste Chinois (Xu Zhong) avec plein de notes brillantes sous ses doigts, l’orchestre de chambre du Kremlin-Moscou avec un autre soliste d’exception, (Mikhail Ovrutsky), des concerts révélations avec une sublime soprano, (Yu Ree Jang), et un pianiste génial, (Kotaro Fukuma) on a donc assité à une 32ème édition des Nuits Musicales du Suquet complètement « Rock », ou « Bas Rock » si vous préférez. Des artistes géniaux, des œuvres incroyables, un public sérieusement rajeuni…c’était à nous donner l’envie de reprendre gout à ce festival. Quand la musique classique est si parfaitement expressive, on se souvient qu’avant d’être classique, cette musique fut moderne, que ses auteurs furent à leur époque, des créateurs contemporains engagés dans le monde réel. Par la grâce de quelques solistes, on s’en est souvenu, sur cette colline du Suquet où tout fut possible en l’été 2007, même d’aimer la musique classique !
 
Le festival de Jazz de Nice.
Peut-être est-ce la dernière édition dirigée par Viviane Sicnasi, l’étrange et lunaire programmatrice du festival. Grâce à elle, on a pu découvrir depuis des années, énormément d’artistes émergeants, de pépites attirées par les conditions surréalistes de ce festival. Coincé entre deux oliviers et deux stands, on ne peut ni voir ni écouter, cela sent la socca et la frite, on passe plus de temps à boire et à parler… mais qu’on est bien dans ce festival, lieu de rencontres et de découvertes, moment de l’année où l’on vient se détendre et sentir l’air du temps... par bribes !
Le 19 juillet.
No Jazz, que j’aurai l’honneur d’accueillir avec Abd Al Malik en mars 2008 « fait » la scène Matisse. Ils mettent le feu et déchaîne la foule qui grossit au fur et à mesure que leur set se déroule. C’est hybride, entre le jazz, le rock, le latino. Cela fait bouger et danser… Marcus Miller égal à lui-même et à son feutre noir fait tonner la basse et ses musiciens se lâchent autour de lui, improvisant un cordon sanitaire autour de cet instrument sorti de l’ombre pour reluire sous les projos. Les morceaux font vibrer en harmonie la basse et le cœur des braves. L’air semble s’emplir de vagues qui se mêlent en un étrange tempo sourd. Il déchaîne les passions en électrisant cette rythmique tribale.
Sly and the family stone : une légende exhumée du passé. Le groupe nerveux s’emballe et de temps en temps, (très rarement), Sly surgit derrière sa casquette à large visière. Il pianote trois notes et pousse deux tons de sa voix inexistante, définitivement envolée. Puis il disparaît en coulisses et l’orchestre peut enfin se lâcher et emballer quelques bons vieux refrains de la « famille pierre ». Cela sent l’arnaque mais la magie opère malgré tout, comme si le temps ne pouvait effacer cette mémoire du son à fleur de peau qui a bercé notre jeunesse !
23 juillet.
Raul Paz s’épuise en plein jour, sur une scène disproportionnée et rate son concert. Ce n’est pas le cas de Dee Dee Bridgewater et de son projet africain. Retour aux sources pour la diva du jazz. De longs mois à le recherche de son passé, des musiciens black généreux (Kabiné Kouyaté, Fatou Diawara), et la fusion afro-jazz peut alors s’imposer comme un langage naturel, comme si tous les chemins parcourus, des racines noires au jazz blanc, étaient condamnés à déboucher à Nice, un soir d’été 2007, sur ce concert d’anthologie. D’improvisions de la voix à la rythmique africaine, des percussions au balafon, des danseuses au soliste black, Dee Dee réussit l’incroyable gageure de fusionner les deux parties de son être, son Afrique et son Amérique avec la grâce et le naturel qui autorisent toutes les audaces. Elle a des mots justes pour dénoncer les maux d’un mal de vivre et parle avec simplicité de son unité retrouvée ! C’est cela une vraie diva !
The Roots enchaînent avec leur rap nerveux, leur tuba géant, la guitare saturée pendant que la voix déroule sa mécanique de perforation, imposant un débit sans faille ni trou d’air. C’est du grand Roots, sans fioritures, de l’énergie pure et dure. Et comme si cela ne suffisait pas pour une soirée d’anthologie, Toumani Diabatté et son système concluent aux arênes. La Kora trône impériale au milieu de la scène. Une dizaine de musiciens, représentant tous les pays de l’Afrique Noire, l’entourent et vont chacun à tour de rôle rivaliser avec le Maître… note à note, phrase à phrase, chacun avec son instrument (percussions, guitare, balafon…). C’est géant, cela parle du royaume Mandingue et d’une histoire chargée de grandeur, cela sent la fraternité et débouche sur un « band » de folie où le son règne en maître. Et comme si cela ne suffisait pas, la Diva débarque avec ses musiciens et la nuit va s’étirer à l’infini. Pour finir, Dee Dee et Toumani vont, voix et Kora en osmose, lancer des ponts vers une harmonie universelle. Grandeur. Sublime beauté. Les racines de la musique s’ancrent dans la générosité et le talent de ses interprètes.
25 juillet.
Manu Dibango dans son jazz pur et dur, (il a dû trop lire l’intitulé du festival) déroule un ruban de notes aseptisées et ennuyeuses à mourir. Exit Manu, fais-nous du Yéké Yéké ! Oxmo Puccino et the Jazz Bastards. Il paraît que c’est excellent ! Bof ! Je veux bien mais cela ne me convainc que modérément. Reste la sulfureuse Lauryn Hill. Plus d’une heure de retard, apparemment bien partie dans un monde intérieur, elle entre enfin devant une foule irritée qui mugit et se lance derechef dans un show au fil du rasoir. Forcément sublime quand elle accroche le « truc », à la limite du sordide quand elle désarçonne son orchestre en improvisant des variations pas toujours heureuses. La musique peut, par moment, devenir tsunami, emporter tout sur son passage et imposer un black-out au grondement du public médusé, à d’autres, sa voix maigrelette et ses approximations donnent le vertige, introduisent un sentiment d’irréalité, de fragilité. Lauryn Hill est une bombe pas toujours amorcée, on ne sait jamais si elle va exploser ou imploser. Tragiquement sublimissime, un de ces concerts dont on se souvient parce qu’il évolue en déséquilibre constant, dans un flou permanent, entre le diable et le bon dieu. C’est sur cette note, après plusieurs tentatives pour la faire sortir de scène que le festival s’achève, (vers 2 h du matin, alors que l’autorisation n’est que jusqu’à 0h30), bien à l’image d’une fête de la musique qui a pu réunir le meilleur et le pire, le grand et le petit, le sublime et le contesté.
L’an prochain est une autre vie dans un autre monde. On parle d’un gros requin parisien pour remplacer Viviane Sicnasi, un de plus, comme si les villes de province désiraient se coucher dans le lit des putains de Paris, là où cela sent si fort la magouille et le pognon. On verra bien qui tirera le gros lot !
Un festival qui assure dans la continuité, avec des petits prix, un cadre original, des artistes du monde, c’est bien Les Nuits du Sud, à Vence. Chaque édition est composée et présentée par Teo Saavedra, un Chilien aux chemises écarlates qui aime les musiques du monde. Chaque artiste qu’il présente est chez lui dans ce jardin d’Eden. 5000 personnes s’étaient donné rendez-vous pour le concert de Touré Kounda et de Rokia Traore. Touré Kounda fait hélas partie du passé. Voix approximatives, univers musical dépassé et brouillon, les légendes n’ont pas toujours l’éternité devant elle. Surtout quand le groupe est précédé par une liane d’une beauté à couper le souffle, d’une chanteuse au timbre velouté, avec des musiciens qui imposent une musique tribale sur un discours humaniste et moderne. Rokia est un spectacle à elle toute seule. Elle chaloupe sur scène, se fait intimiste pour dénoncer la corruption, volontaire pour chanter l’espoir, entraîne le public dans une savane qui chante l’origine du monde. Elle est musique et la foule sous le charme lui réserve une ovation formidable. L’Afrique, c’est aussi les femmes qui chantent pour des lendemains enchanteurs. Rokia, je t’aime !

Voir les commentaires