Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le grenier de la mémoire 36 : Archive, encore et toujours !

Publié le par Bernard Oheix

C'est le fan qui va parler aujourd'hui ! Et pour cause... si l'on devait me créditer d'un coup de génie dans ma carrière (en plus de celui des "Concerts sous la Mer" d'août 1999 ! Voir l'article n° 32 ), indubitablement, c'est de la "saga" d'Archive (prononcer Archaïve !) qu'il s'agirait !

Mais cette gloire, je la partage avec mon ami Michel Sajn, le Directeur de la Strada, un complice de toujours avec qui j'ai suffisamment rêvé pour enclencher cette production en dehors de tous les systèmes du showbiz !

Pour vous en parler, cet article que j'avais écrit le 3 octobre 2007 !

C’est il y a près d’un an, que Michel Sajn m’a présenté un projet tordu, un de plus, une usine à gaz ce Sajn qui survit depuis des années dans le monde si étroit de la culture niçoise. Que je campe le personnage. Michel, c’est un trio, composé de Gaby Basso, d’Evelyne Pampini et de lui-même. Chacun a sa place. Gaby est le technicien carré, l’homme de tous les défis, celui sur qui repose l’exécution, Evelyne, la femme de communication, l’attachée de presse, celle qui maintient les liens entre la cellule d’Image Publique et le reste du monde. Reste Michel, un homme étrange, un mélange de passion et de colère, un visionnaire aventuriste parfois incontrôlable, souvent plus conscient qu’il ne le montre lui-même et connaissant les limites entre la charge héroïque et l’avancée en terrain ennemi. Car Michel S…c’est un être bourré d’une tendresse qui ne peut s’exprimer. C’est une fleur bleue dans une cuirasse façonnée par une vie à l’emporte-pièce d’un rêve d’adolescent dans un monde de brutes. Sans jamais s’appuyer sur une structure, sans jamais avoir la certitude que le lendemain sera assuré, il navigue en eaux profondes, slalomant entre les écueils d’une vie où se mélangent la culture, la politique et l’argent. Petite structure née dans l’enthousiasme de l’organisation des concerts, s’inscrivant dans les cursus de développement de la culture, aboutissant à des responsabilités importantes en termes de technique et de relations presse, ils créent la seule revue intéressante de la région : La Strada, un gratuit reflet du dynamisme et de la création de cette région.

Manger avec Sajn, c’est prendre un risque calculé, celui de ne comprendre qu’une partie de ce qu’il lance aux cieux en tempêtant, c’est aussi la certitude d’une lumière qui viendra nimber de brouillard la table, entre les clopes qu’il fume à la volée et ce regard étrangement limpide qu’il pose sur la réalité. Il a des rêves à la hauteur de son délire, mon pote, il est de ce bois qui ne peut se consumer, qui doit brûler avec éclat.
Bouffe à Saint-Laurent. Septembre 2006. Un projet de plus. Il m’explique qu’il a eu l’idée d’un concert exceptionnel d’Archive avec un ensemble symphonique. Il cherche un producteur, Monaco est sur les rangs. Un éclair m’illumine. J’ai envie de le réaliser ce p… de projet complètement inconscient, de m’engager en sachant que ce sera douloureux, long et qu’il y a une vraie prise de risques, tant dans le déroulement que dans la juxtaposition de ces deux univers antagoniques : le classique et le rock. Je me souviens parfaitement du moment où je bascule, de ma voix qui lance malgré moi, un : -Pourquoi on ne le réalise pas ensemble, pourquoi pas à Cannes ? 

bochanteusearchive.jpgarchivebo2.jpg

Bernard et Maria : une voix d'ange et un démon ! Darius Keller et Dany Griffiths les têtes d'Archive !
 
Il faut dire qu’Archive est un groupe mythique. Ce sont Julien et Angéla, qui m’en ont parlé pour la première fois et m’ont fait écouter leur galette comme une révélation. Par la suite, j’ai assisté à un de leurs concerts au Festival de Jazz de Nice, il y a 3 ans. Archive s’est structuré autour de Darius Keller et de Dany Griffiths auxquels se sont joints 6 musiciens au fil du temps. Ils sont stables désormais, comme une factory qui aurait trouvé son équilibre. A l’origine, ils se situaient dans une veine Trip-Hop, qui a viré vers le rock progressif, enfants contrariés des Pink Floyd, troquant le power flower initial par le sentiment révolté d’être plongé dans un monde d’injustice, déchirant, cruel. Leur musique s’appuie naturellement sur les nappes fluides des synthétiseurs qui sont brisées par la batterie et les guitares. Dans les intervalles, les voix envoûtantes cristallisent l’attention. Les interstices sont propices à percevoir l’irruption des violons et des cuivres classiques.
Mieux même, ils n’attendent que cela, c’est cette vision qu’a eue Michel Sajn, c’est cette perception qui le rend unique, qui définit sa capacité de rêver les yeux ouverts !
 
On se tope tout excité dans les mains, comme deux maquignons complices. Mes responsables acceptent le projet avec un certain enthousiasme, j’ai une somme de 50 000€ sous la main et Philippe Bender, le chef de l’orchestre Régional de Cannes, me donne son accord sans hésiter. Le bateau ivre commence sa traversée au milieu des remous d’un show-biz désarmé.

archivebo.jpg
Pollard, voix et guitare.
 
Que dire du montage et des pérégrinations qui nous ont permis d’arriver à bon port ? Qu’elles furent complexes et que nous frôlâmes des catastrophes, c’est vrai ! Mais jamais les membres du groupe Archive ne renoncèrent à ce concert. Ils le voulaient, ils le désiraient tout autant que nous. Mixte entre une logique anglo-saxonne et un enthousiasme partagé entre les organisateurs français et le groupe Archive, nous pouvions avancer et mettre en place le dispositif complexe de leur show. Je me souviens d’une soirée délice, un après-concert d’Archive ou nous nous sommes retrouvés tous ensemble dans leurs loges, et des délires sur le projet avec les musiciens enthousiastes. Ce qui sera déterminant, c’est cet engouement réel du groupe pour une opération atypique, leur désir de réaliser ce concert et d’aller jusqu’au bout ! Pas un moment de doute de ce point de vue, même si les embûches furent nombreuses. Les contacts avec le producteur français, avec le management des Anglais, le compositeur Graham Preskett qui réécrit les partitions, le responsable de la tournée, Gaby chargé du réceptif, notre régisseur en interface avec les équipes du Palais, Choukry le tour manager français, Beks, la manager anglaise d’Archive. C’est une véritable armada qui s’ébranle, cela paraît parfois surréaliste, mais chacun a son rôle à jouer… et le jouera jusqu’au bout dans le seul but d’un challenge relevé !
100 mails et quelques angoisses plus loin…Il manque des violons et des trompettes, qu’à cela ne tienne ! Il y a du retard sur les partitions, tant pis ! Il n’y aura pas d’enregistrement car les syndicats de l’orchestre n’ont pas été associés, dommage ! La presse spécialisée parisienne nous snobe une fois de plus, c’est normal, leur vision de la culture s’arrêtant là où commence le périphérique !
La scénographie s’ébauche, les répétitions commencent. Quand je me pointe pour les saluer, je sens un vrai contact d’amitié et de chaleur, ils n’ont pas oublié notre soirée délire avec Michel. Celui-ci est scotché devant la console et assiste à la magie d’un mix que les doigts d’or de l’ingénieur du son font surgir de la confrontation entre les musiciens classiques et les rockeurs. Il ouvre des yeux comme des billes et chasse les idées noires d’un jour de deuil. Evelyne filme, Gaby promène sa nonchalance affectée…Cela fleure si bon le succès ! A la pause, les musiciens mangent en compagnie de l’équipe de Mano Solo. Sanseverino passe la tête en permanence pour assister aux répétitions dans la salle Debussy. C’est une fête de la musique qui va se dénouer devant le public, pour une première et unique prestation. Un remède contre la morosité !
Car 1800 personnes se pressent le lendemain devant les escaliers au tapis rouge. Jeunes fans d’Archive, moins jeunes supporters de l’orchestre classique venant découvrir cette soirée spéciale, ils sont tous là et se mêlent, se côtoient et s’acceptent. Désormais, les couloirs du Palais résonnent de cette tension perceptible par ceux qui ont accès aux coulisses de l’événement. Le rideau se lève, les premières notes s’envolent, les voix viennent emplir la cathédrale du Palais des Festivals du bruit des ailes des anges, les synthés pleurent et les percussions dansent, les trompettes déchirent, les guitares "riffent" en créant l’harmonie d’une fusion absolue et totale. C’est un opéra-rock, c’est un hymne à la modernité, c’est la preuve sonore que la musique classique peut être belle comme un jour qui se lève ! Que la musique moderne est le classique de demain, que les deux mondes peuvent cohabiter et s’enrichir. Dans la salle, cela fonctionne, l’émotion est perceptible, le respect absolu, la communion totale.
Que c’est court 1h40 de bonheur, que c’est intense 1h40 de perfection. Le public debout, jeunes et vieux réunis, fera un triomphe comme rarement entendu. Les murs résonnent encore de cette symphonie de bonheur que 1800 personnes ont lancé aux musiciens comme un cadeau d’adieu. Jamais dans ma vie de programmateur je n’ai assisté à une telle ovation pour des musiciens classiques, jamais un groupe de rock n’a été autant légitimé par un public de passion.

Beks, une anglaise heureuse sur le continent.
 
Dans leur loge, après ce show délirant, ils m’ont tous embrassé comme si nous étions devenus mystérieusement, par la grâce de ce spectacle, les membres d’une famille universelle unique, celle de la beauté éphémère. L’after fut à la hauteur de l’événement. Tous heureux, dans un simple pub de la ville, à boire des bières, au milieu de leurs fans, ils ont communié comme de grands enfants béats. Les photos parlent d’elles-mêmes, les sourires en disent plus que des discours inutiles. A Cannes, en ce 29 septembre 2007, la vie a été plus forte que la mort, la beauté a vaincu la laideur.
Il ne reste juste qu’un regret, que cela soit passé, terminé, fini. Un seul regret, celui d’avoir touché à la perfection, et le beau sourire d’un Michel Sajn, qui, ce jour-là, a su que le monde pouvait parfois se plier aux désirs les plus fous, que la fortune sourit aux innocents capables de rêver les yeux grands ouverts.
Vive Archive for ever, vive la musique ! 

boimagepublic-copie-1.jpg
The end, Bernard et Michel..HEUREUX !
 

Il y aura une suite à ce concert. Un enregistrement pendant une semaine de la partie "musique classique" aux studios de la Victorine à Nice pour un nouvel opus avec toute l'équipe et l'Orchestre Régional de Cannes grâce à mon intervention au printemps 2008, la sortie de Controlling Crowds sur la pochette de laquelle, Michel Sajn et Bernard Oheix sont crédités (!), un concert sublime à Cannes pour présenter cette oeuvre le 27 septembre 2009 dans un Palais des Festivals comble, et quelques rencontres dans les coulisses de leurs concerts à Paris, au Théâtre de Verdure de Nice, au Midem de Cannes, où à chaque fois, Darius, Dany et Pollard me faisaient la fête en buvant des canons !

Archive, à écouter de toute urgence !

Le grenier de la mémoire 36 : Archive, encore et toujours !

Voir les commentaires

Le grenier la mémoire 35 : La folie des Concerts de septembre !

Publié le par Bernard Oheix

Après le lancement de la première édition de 2006, tous les mois de septembre résonneront comme une rentrée des classes joyeuse, impression rare de retrouver ses marques dans un grand bain de culture régénérant !

Il n'y avait pas de lignes conductrices précises mais des axes de programmation que l'on retrouvent avec constance... des doubles soirées avec deux artistes équivalents, de la culture française dans ce qu'elle a de marginale et métissée, les grandes gloires du rock, quelques OVNI's et des croisements atypiques...

Et mon premier supporter était David Lisnard, le Président du Palais des Festivals qui me poussait dans mes ultimes retranchements afin de sortir du conformisme et d'oser... C'est grâce à son soutien que j'ai pu m'affranchir de certaines règles et programmer les sulfureux Iggy Pop ou Pete Doherty dans les ors de la grande salle du Palais des Festivals sans craindre les habituelles dégradations que ce type de concerts engendrent !

Lui, cela l'amusait... on ne peut pas en dire autant de la Directrice-Générale plus circonspecte devant les quelques accoudoirs brisés, joints écrasés sur les fauteuils rouge où autres vétilles subies malgré une "sécurité" renforcée et un contrôle drastique à l'entrée !

Mais l'imagination des spectateurs est sans limites quand il s'agit de donner libre cours à sa passion !

L'année 2007 fut marquée par les soirées Mano Solo/Sanseverino, une touche très colorée entre le rose de Rose et le rouge d'Axelle Red, le poète des mots Grand Corps Malade et El Club de Michael Jones... mais surtout, l'évènement Archive avec l'Orchestre Régional de Cannes, une création Rock/Classique sur laquelle je reviendrai vu que c'est une vraie production et le "best" des concerts que j'ai eu l'honneur de programmer !

L'année 2008 a chaloupé sur la Salsa Latin Bronx avec Los Fulanos invitant Joe Bataan et Mercadonegro avec Alfredo De La Fe, on a swingué sur Les enfants de Django et Thomas Dutronc, on s'est bercés avec Suzanne Vega et mon ami Yves Simon dans sa tournée come-back mais c'est avec Iggy and the Stooges qu'on s'est défoncés la tête dans l'un des shows les plus échevelés que j'ai jamais vu !

La solitude du rocker de fond ! Sur No Fan, il invite ses fans à le rejoindre sur scène devant les regards épouvantés de la "sécurité"... ils ne s'en sont pas privés !

La solitude du rocker de fond ! Sur No Fan, il invite ses fans à le rejoindre sur scène devant les regards épouvantés de la "sécurité"... ils ne s'en sont pas privés !

L'année 2009 comme un sans faute : les Babyshambles d'un Pete Doherty éblouissant, Louis Bertignac et the band of Gnawa, Enzo Avitabile e i Bottari/Goran Brégovic et L'orchestre des Mariages et des Enterrements et en apothéose, The Young Gods et Archive le retour, dans Controlling Crowds, leur dernier CD enregistré avec le support de l'Orchestre Symphonique de Cannes et un crédit à votre serviteur sur la pochette du CD... non mais ! Chaque soirée comme une pépite ! 

Le grenier la mémoire 35 : La folie des Concerts de septembre !
... et rebelote pour la sécurité du Palais quand Pete Doherty, se sentant seul, invite ses fans sur la scène. Certaines avaient anticipé en lui jetant leurs petites culottes (sic) ! Las ! Il y perdra un morceau de son oreille et la boucle qui y était attachée ! La vie de rock-star n'est pas toujours simple !

... et rebelote pour la sécurité du Palais quand Pete Doherty, se sentant seul, invite ses fans sur la scène. Certaines avaient anticipé en lui jetant leurs petites culottes (sic) ! Las ! Il y perdra un morceau de son oreille et la boucle qui y était attachée ! La vie de rock-star n'est pas toujours simple !

L'année 2010 m'autorisera un nouveau rêve : Nilda Fernandez dans le Grand Auditorium (2400 places) pour une soirée avec l'Orchestre Symphonique de Cannes (toujours prêt à me suivre dans mes délires grâce à son Directeur, Philippe Bender, mon ami !) et une pléiade d'invités dont Laurent Korcia, le violoniste fou et génial dans une Méditation de Thaïs à tomber par terre... Avec en prime une première partie de Cedric O'heix, mon cousin poète marin, issu de la Nouvelle Star ! Une soirée JL Murat/Christophe comme une madeleine et un live électro Laurent Garnier/Etienne de Crecy dans une structure pharaonique.

L'année 2011, sera ma dernière édition. Elle proposera l'African Révolution de Tiken Jah Fakoly, une soirée Rap/Trip Hop avec Saul Williams/Stupeflip et un mythe iconoclaste, à la demande expresse de mon président David Lisnard qui m'avait supplié pour mon dernier "opus" de lui offrir sa part de rêve avec Les Stranglers, le groupe le plus controversé et provocateur du Punk-Rock Britannique. Mission accomplie !

Et voilà avec le temps qui passe la porte de sortie qui s'annonce ! Mais rien ne m'enlèvera la certitude d'avoir marqué, avec cette vingtaine de soirées, l'histoire de la musique à Cannes ! Plus de 40 artistes et groupes, des centaines de musiciens, dans tous les genres, du classique à l'électronique, se télescopant, provoquant une véritable fusion entre les publics, les artistes dans un lieu aussi magique que le Palais des Festivals !

Les concerts de Septembre ne me survivront pas... peut-être parce que j'ai eu la chance d'arrêter avant que la situation n'évolue irrémédiablement vers un nouveau modèle de  marchandisation des spectacles de plus en plus évident ! C'était mon chant du cygne en programmation pure, et ce chant avait la beauté des accords parfaits ! 

Voir les commentaires

le grenier de la mémoire 34 : concerts et festivals à gogo !

Publié le par Bernard Oheix

le 18 mars 2001, Bernard Brochand devient Maire de la Ville de Cannes. David Lisnard, son directeur de campagne, un jeune (32 ans) loup de la politique issu d'une famille cannoise, se positionne comme son dauphin. Il est nommé président de la SEMEC dans la foulée de l'élection et recrute Martine Giuliani comme Directeur Général du Palais des Festivals.

Bernard Brochand a fait fortune dans la "com" (DDB,Canal+), David Lisnard, après des études à l'Institut Politique de Bordeaux à plongé dans la politique (assistant parlementaire) et ne la quittera plus, Martine Giuliani, s'est imposée dans le monde "macho" de la nuit et des jeux en étant la responsable des casinos Barrière sur toute le région Sud-Est.

Le casting est ambitieux et les 3 ont des attaches avec la Ville. Les parents de David Lisnard (un footballeur professionnel de l'AS Cannes et une danseuse étoile, double appartenance au sport et à la culture), sont des commerçants respectés de la rue d'Antibes.

D'entrée, le trio va s'imposer et transformer la cité en profondeur en apportant une rigueur et un professionnalisme à la vie économique, culturelle et touristique.

Nous, nous étions fin-prêts à l'Évènementiel grâce aux expérimentations que nous menions depuis 4 ans. Une équipe soudée, forgée dans le feu des années précédentes et qui n'attendait qu'un signe du destin pour donner sa pleine mesure !  

 

Giuliani, Brochand, Lisnard... et Oheix.

Giuliani, Brochand, Lisnard... et Oheix.

La demande d'évènements hors-normes des acteurs du tourisme cannois et les financements complémentaires obtenus auprès des casinos me permettent alors de lancer un certain nombre d'opérations prestiges en parallèle des "Saisons Culturelles à Cannes" d'hiver et d'été qui s'enchaînaient.

Un cycle entamé par un Festival du 5 au 7 juillet 2002 aux Hespérides, le vieux stade de foot désuet de la pointe Croisette, où je vais ressortir de mon "grenier de la mémoire" une vielle idée de la Palestre que je n'avais pu mener à bien à cause de l'impéritie de l'équipe de la Palestre du Cannet. Yannick Noah chanteur et sportif. Une double exhibition, diurne sur un court avec raquette contre Mansour Barhami et nocturne sur scène avec micro et orchestre dans une Saga Africaine enlevée. Si l'on rajoute les vieilles légendes de UB 40 et mon groupe fétiche des Muvrini, cela offrait un beau plateau pour entamer cette nouvelle séquence ! Le public répondra présent en masse et cela attirera un producteur qui va désormais compter pour moi, Salomon de Garance, un des plus importants de l'époque dans le domaine du rock, avec qui je vais monter quelques (très) belles opérations dont mon concert mythique avec Archive !

En 2003, du 19 au 22 juillet, c'est en co-production avec lui que je réalise le Cannes Palm-Beach Festival, sur un parking adossé au vieux casino géré par le groupe Partouche, en front de mer avec les îles en horizon. Un site magique et un plateau d'exception sélectionné par Salomon, avec Burning Spear, Zenzila, Asian Dub Fondation, Keren Ann, Benabar, Mickey 3D... et tant d'autres dont Massive Attack en ouverture... mon seul concert à plus de 5 000 spectateurs payants, avec quelques galères à la clef mais la certitude d'avoir vécu un moment unique dans une carrière !

Toujours en 2003, je me décide à occuper enfin ce créneau de septembre sur lequel je lorgnais depuis quelque temps ! D'après mon sentiment et mon expérience, entre les saisons d'hiver et d'été, il y avait 2 mois creux, juin et septembre et la nature ayant horreur du vide... je tentais de les occuper ! Septembre, c'est le mois des reprises, de l'école au travail... c'est un mois d'espérance sauf que toutes les programmations culturelles ne débutent qu'en octobre. Je pressentais une opportunité et me lançais dans un des plus gros blockbusters de ma carrière : Charles Aznavour au faîte de son mythe ! les 20 et 21 septembre, 2 concerts inoubliables !

 

le grenier de la mémoire 34 : concerts et festivals à gogo !

En juin 2005, je réussis un des plus énormes coups de toute ma carrière de programmateur : le come-back de Lizza Minnelli ! Cette gloire du cinéma et de la musique était perdue dans les affres de son addiction à l'alcool, avec annulations de concerts, tournées en déroute. Sa carrière semblait dans une impasse. Par hasard, je rencontrai une équipe en contact avec son producteur américain. La fille de Judy Garland et Vicente Minnelli, l'actrice chanteuse Oscarisée de Cabaret et de New York New York... une légende fracassée ! Pourtant, elle sortait, m'assuraient-ils, d'une cure de désintoxication et le challenge était trop beau pour être refusé !  Invitée au Festival du Film de 2005, j'en profitais pour la rencontrer autour d'un café dans son hôtel près de Monaco. Des négociations complexes, l'impression étrange de toucher à un mythe brisé, voix rauque, démarche chancelante... Et puis ce 4 juin 2005, son entrée royale dans un Palais des Festivals comble et sa transformation magique sous les sunlights... l'archange brisé mutant en une étoile à l'énergie et à la voix intacte : sublimation de la scène pour une femme qui n'avait rien perdu de sa superbe malgré les épreuves ! Elle entama alors une nouvelle période de tournées et de récitals dans le monde entier et j'aime à penser que c'est sous "mes" projecteurs du Palais des Festivals de Cannes qu'elle a retrouvé le souffle de l'aile divine qui l'habitait !

Ce "Love" de la dédicace me touche, car je sais que pendant une fraction de seconde, j'ai compté pour elle ! Elle n'était pas dupe de ce qui s'est déroulé le 4 juin 2 005 dans la cité du Festival du Film !

Ce "Love" de la dédicace me touche, car je sais que pendant une fraction de seconde, j'ai compté pour elle ! Elle n'était pas dupe de ce qui s'est déroulé le 4 juin 2 005 dans la cité du Festival du Film !

Juin s'avérant trop encombré par les examens scolaires et un public plus occupé à prévoir ses vacances qu'à jouir du présent, c'est donc vers septembre que je me suis tourné pour  créer "mon" Festival, celui qui me permettrait de marquer de mon sceau,  ma région, qui ne devrait à nul autre d'exister. "Les concerts de septembre" sont donc nés en 2006, mission accomplie, même si rétrospectivement, la programmation en double spectacle me semble un peu timide pour une première. Gloria Gaynor et Tanya St-Val le 28, Da Silva et Cali le 29 et Tina Arena et Natasha St Pier pour le 30 !

On dit que, traditionnellement, il faut 3 ans pour donner une identité à une manifestation. J'avais décidé de brûler les étapes. J'allais passer la surmultipliée pour offrir dès 2007 une édition qui marquerait les esprits !  

Voir les commentaires

Le grenier de la mémoire 33 : l'an 2000... et après !

Publié le par Bernard Oheix

Il y a bien eu un passage à l'an 2 000... une plongée dans un nouveau millénaire ! Mais le monde des ordinateurs ne s'est pas bloqué, la terre n'a pas implosé en un holocauste nucléaire et la peste brune n'est pas passée... Nostradamus avait vraiment raconté n'importe quoi !

Pour approcher ce tableau dantesque, il faudra attendre 20 ans et un covid 19 !

Moi, à minuit, pour cette bascule, j'étais sur le toit du Palais des Festivals, après un spectacle, "Bal à Vienne chez Johann Strauss", qui avait rempli un Grand Auditorium de 2 400 personnes. L'ensemble National de Varsovie dans une évocation enjouée des immémoriaux Beau Danube Bleu, Marche de Radetsky, Valse de l'empereur...etc. Avec Thérèse et en compagnie de mes amis Geneviève et Jean-Paul, j'assistais à un Feu d'Artifice sélectionné par Pierre Jean qui terminait sa mission par une rafale de gros pétards dans le ciel bleu-nuit de Cannes !

La vie était vraiment belle en cette période de transition !

Le grenier de la mémoire 33 : l'an 2000... et après !

Les "saisons" s'enchaînent, se perfectionnent, trouvent un équilibre. Celle de 1999 à 2000 à cheval sur les 2 millénaires, est sans doute la première où j'ai l'impression de maitriser la situation. Pour ce faire, je m'étais forgé une méthode empirique, il n'existe pas "d'école de programmateurs". Mais l'image de Cannes et du Palais des Festivals m'aidaient bien, avouons-le, ainsi que des moyens financiers conséquents, ce qui ne gâtait rien et me permettait "d'arracher" des propositions particulièrement attractives  !

Pour le théâtre, mon fond de commerce était les spectacles privés Parisiens. Les "agences" de la capitale ayant rapidement trouvé mon téléphone et me faisant des propositions que je montais visionner en de longs week-ends où j'enchaînais 5 à 6 pièces. A l'exception de quelques "créations", je les voyais toutes avant d'en sélectionner une dizaine, encore fallait-il alors résoudre les problèmes de dates, de concordances des tournées au vu de la position excentrée de Cannes et la concurrence parfois féroce des autres lieux de la région !  

Pour les Musiques du Monde, je jouais sur mes réseaux efficaces et sur les marchés internationaux (les WOMEX) qui se déroulaient à Copenhague, Séville, Essen... auxquels j'assistais chaque année. C'est dans ce milieu que j'ai trouvé des contacts incroyables et des idées passionnantes portées par des tourneurs inventifs et enthousiastes.

Pour la Danse et la Musique Classique, la vingtaine de Festivals vécus avec Yorgos Loukos et Gabriel Tacchino m'apportaient des repères sérieux.

Pour le reste, mon carnet d'adresses et une pratique assidue du spectacle qui avait traversé toute une vie d'expériences, m'offraient des points d'ancrage que je tenais à valider avant de confirmer les options choisies !

À cette époque, j'étais tout le temps dans les salles de spectacles et c'était vraiment génial !

Si l'on regarde de près cette 4ème "Saison Culturelle", plusieurs de mes spectacles fétiches cohabitent avec bonheur. L'inclassable et bouleversant Philippe Genty, croisement entre la marionnette et le "show", un double programme hallucinant en Musique du Monde avec Trilok Gurtu (percussionniste de John Mclaughlin qui débarquera sans crier gare, au dernier moment, dans la salle de La Licorne à La Bocca), et Huun Huur Tu (diphonie Mongole saisissante), un Thé Dansant à l'Oriental avec mon vieux pote Lili Boniche (!!). Belmondo est annoncé sur "les boulevards du crime" parmi la dizaine de pièces de théâtre où l'on peut découvrir Pierre Vaneck et Niels Arestrup dans Copenhague, un classique Malade Imaginaire (Dreyfus et Valérie Mairesse) et plus au Sud, la trilogie de Pagnol et Noelle Perna, l'humoriste Niçoise qui monte dans sa robe de strass rose...

Il y a aussi mes retrouvailles avec mon ami Nilda Fernandez au sommet de sa gloire, un ballet Cendrillon de Jean-Christophe Maillot de Monaco, William Sheller, Véronique Sanson... Et tant d'autres, mon Vincent Absil et Birelli Lagrène, Ray Lema/Tour Gnaoua et la belle Sally Nyolo pour une soirée africaine sublime, Michel Portal, du nouveau cirque...

Un tiers musique, un tiers théâtre et un tiers divers (sans compter les Festivals de Danse et de Musique Classique) pour plus de 40 soirées spectacles et une cinquantaine de compagnies et d'artistes...

La coupe est pleine !

Et pour mettre en oeuvre ce programme, une équipe de l'Évènementiel de 11 personnes.

Soudée par des années d'errance, liée par une amitié et un professionnalisme forgé dans notre histoire contrastée avant d'arriver à la plénitude de nos moyens !

Soudée par des années d'errance, liée par une amitié et un professionnalisme forgé dans notre histoire contrastée avant d'arriver à la plénitude de nos moyens !

À cette Saison Culturelle, il faut rajouter les festivals (Danse, Classique), Le Festival des Jeux (conception et réalisation), et toute la programmation d'été composée d'une  quarantaine de dates entre la Pyrotechnie, Les Nuits Musicales du Suquet, les animations gratuites et quelques concerts payants !

Voilà une petite équipe pour une somme de travail colossale, une centaine de dates en production, un jour sur 3 sur le pont de la rivière culture qui n'est jamais un fleuve tranquille ! 

Mais l'équipe était jeune et la passion intacte ! 

Nous ne le savions pas encore, mais la donne allait changer, les élections municipales s'approchant à l'horizon et une nouvelle liste groupée autour de Bernard Brochand, un des pontes de la "pub" en France et dans le monde avait décidé de prendre le destin de la Ville de Cannes en main !

Voir les commentaires

Le grenier de la mémoire 32 : ma plus belle opération... Les Concerts sous la mer !

Publié le par Bernard Oheix

Avez-vous déjà entendu de la musique sous l'eau ? Concept apparement contradictoire ! Un mur liquide contre des particules invisible sonores. On n'imagine pas avoir la tête sous l'eau et pouvoir entendre clairement. Et pourtant ! Depuis mes "Concerts sous la Mer", je sais que, immergé totalement dans un liquide, la perception sonore est parfaite, absolue, distincte. C'est par tous les pores de la peau que nous percevons le bruit, comme si la musique nous rentrait dans le coeur pour monter au cerveau ! Expérience troublante... mais que nous fûmes plusieurs milliers à connaître en ces 3 et 4 aout 1 999 pour la plus incroyable opération que j'ai menée... La plus folle aussi, la plus déroutante, celle qui alliait les plus grands défis techniques à la magie d'une création/prouesse artistique surréaliste !

Tout est venu d'une rencontre, une fois de plus, avec Michel Redolfi, un homme délicieux, intelligent, provoquant l'enthousiasme ! Il n' a pas eu à beaucoup à me provoquer ! Il était connu comme l'un des pionniers des démonstrations sonores sub-aquatiques dans des piscines... et était en train de négocier avec des Australiens pour créer un évènement, un concert/démonstration vers la grande barrière de corail. 

Je n'ai pas résisté ! Sans comprendre vraiment ce que je faisais, je lui ai proposé de réaliser son concert sous la mer dans le cadre de nos animations d'été, aux Rochers Rouges de La Bocca, "mes rochers", en face de chez moi, là où je venais enfant, affronter mes peurs en plongeant, où j'avais appris à nager comme un poisson...

Ces rochers rouges me tenaient à coeur, et quand Michel Redolfi me parla de son projet, je voyais comme dans un film, ma crique s'illuminer !

 

 

Une anse naturelle avec deux barrières de rochers latérales et un éperon en pointe... Un triangle parfait pour dessiner une géométrie impossible !

Une anse naturelle avec deux barrières de rochers latérales et un éperon en pointe... Un triangle parfait pour dessiner une géométrie impossible !

Et nous sommes rentrés dans les détails sordides (!) du montage. Une profondeur de 3 mètres était indispensable. Le fond sableux était un handicap, notamment en cas de vents côtiers qui auraient généré une houle brassant le sable, rendant la vision sous-marine impossible. Il fallait donc arriver à illuminer le fond marin avec un système de caisson lumineux tout en y rajoutant une prière pour que la mer soit la plus étale  possible ! Les dates des 3 et 4 août furent retenues, garantes, si tant est que cela fût possible, des meilleures conditions météo ! 

Restait alors à sonoriser le fond de la crique comme un auditorium avec des enceintes spécialement conçues par Michel Redolfi et donc à tirer des câbles électriques sous-marins alimentés par un générateur extérieur, à monter un spectacle cohérent qui justifie les prétentions des producteurs que nous étions en réunissant un plateau d'artistes. De plus, ce spectacle devait être et visible et audible tant pour les spectateurs immergés que pour ceux qui resteraient sur la plage. Rajoutons le montage d'une infrastructure technique lourde (2 tours lumières, 2 supports des enceintes extérieures, 2 bungalows régies...), tout cela sur une plage étroite en plein rush touristique, et comme un rappel à la réalité, la logistique (autorisations de la Mairie, fermeture de la route du bord de mer (en plein mois d'août... ! ), et accessoirement, un financement complémentaire aux moyens limités de mon budget d'animation d'été !

Et en plus, je me devais de régler leur compte aux sombres pensées qui m'envahissaient à chaque fois que je repensais à la féerie des lasers qui devaient illuminer la baie de Cannes (cf. article n° 28 : Mon plus grand bide !). Je peux l'avouer désormais, mais dix fois je me suis demandé si on pouvait tirer sur un signal d'alarme pour arrêter ce train qui fonçait dans la nuit obscure, s'apparentant à une folie... contagieuse ! Car tout le monde s'était passionné pour ce projet, dans l'équipe de l'Évènementiel comme chez la plupart de nos interlocuteurs.

Jean-Marc Solbes à la régie générale, Sophie Dupont à l'organisation et à la communication, Michel Rédolfi à la conception artistique, plus l'ensemble de l'équipe pour la réalisation.

Grâce à Redolfi, nous avons trouvé un acteur atypique, Michael Lonsdale, qui passionné par l'idée, accepta  un salaire de misère pour venir déclamer des extraits de textes de Jules Vernes portant sur la mer, Alex Grillo, un ami percussionniste Jazz, en costume de plongée avec bouteilles, lesté pour jouer d'une harpe immergée spécialement conçue par Sosno, et j'embarquais mes potes du Corou de Berra, un ensemble polyphonique niçois, positionné sur la crête des rochers, silhouettes sombres fantomatiques en train de chanter une étrange mélopée !

Tout était donc fin prêt pour le show !

 

Le grenier de la mémoire 32 : ma plus belle opération... Les Concerts sous la mer !

Disons-le tout net ! Une telle opération serait impossible de nos jours au vu des contraintes sécuritaires qui se sont renforcées... Mais en ce mois d'août 1 999, tout nous réussissait dans une totale improvisation. Il fallut convoquer sur l'autel de Mare Sonans, les pompiers marins et leurs embarcations qui devraient veiller aux destinées de centaines de personnes s'immergeant en pleine nuit... puisque c'était le but final de les faire plonger avec leur masque sous l'eau (tête des sapeurs pompiers !). Et des cohortes de policiers pour interrompre la circulation du bord de mer de 18h à minuit... en plein été ! 

Gérer l'occupation des lieux sur une semaine entre des techniciens et des plaisanciers qui assistaient en premières loges au montage et aux essais divers n'était pas le moindre de nos soucis. La cohabitation fut parfois rude ! Mais c'est lors d'un des premiers tests que nous avons été confrontés aux fameux belges que vous connaissez bien désormais... Ils m'avaient supplié de pouvoir embarquer dans l'aventure, nous devant une revanche pour l'échec des Lasers de la Féérie, disaient-ils, et se proposèrent gratuitement pour concevoir les caissons lumineux qui devaient éclairer le fond de la crique. La gratuité était un argument particulièrement séduisant à mes yeux et je conclus le deal, non sans quelques angoisses ! J'aurais dû me méfier !

Et le jour J de l'immersion des caissons arriva... Las ! Les essais techniques de leur ingénieur avaient été conçus dans une piscine de Bruxelles, mais entre l'eau de Bruxelles et celle de la Méditerranée, il y a un facteur que personne n'avait entrevu... la salinité de l'eau rendait les caissons insubmersibles, ce qui était gênant vu qu'ils devaient reposer sur le fond ! Il fallut donc lester à coup de plomb et de fonte ces caissons qui, par ailleurs, leurs hublots partiellement occultés par les poids de rajout, n'éclairaient plus que fort parcimonieusement le harpiste et son instrument divin ! 

Qu'a cela ne tienne, on renforça les projecteurs extérieurs en concentrant la puissance de feu sur la zone concernée et vaille que vaille, nous avançâmes vers la première soirée, affrontant comme on le pouvait les aléas de la nature et de la technique en se calant sur le concept artistique de Michel Redolfi qui jonglait entre les textes de Jules Verne lut par Lonsdale, une musique électro pré-enregistrée, les choeurs du Corou de Berra et le soliste harpiste au fond de l'eau ! L'objectif était d'offrir un spectacle tant à ceux qui restaient sur le sable qu'à ceux qui plongeaient... et cela impliquait un mixage de l'extérieur renvoyé vers les fonds, et la captation du la musique sous marine pour la diffuser en extérieur !

Et cela a fonctionné ! Des hordes de touristes et de Cannois, certains, comme on les avait invités, avec lunettes de plongée, palmes et tuba, d'autres s'installant dans la nuit qui tombait, sur le sable avec piques-niques et bouteilles de rosée. Indescriptible ! Les enfants tout d'abord qui osaient être les premiers à se baigner et appelaient en hurlant, les autres à les rejoindre, puis la foule qui, insidieusement, se mettait dans l'eau pour glisser seulement la tête entendre, puis, se lâchaient pour rejoindre le fond et tourner autour du harpiste qui tapait sur son instrument en mesure, le "retour" dans les oreilles ! Le Corou, enfin, majestueux, se découpant dans la nuit, hiératique, et Michael Lonsdale, un spot sur son fauteuil coincé sur une langue de rocher rouge, avec sa voix inimitable de conteur !

Deux soirs merveilleux avec des pompiers dépassés, au bord de l'apoplexie. "-On ne contrôle plus rien !", et moi de les rassurer en croisant les doigts devant ces formes sombres qui nageaient dans une eau noire où tout aurait été possible, même le pire ! Mais la belle étoile était avec nous. Elle se découpait dans les nappes lumineuses des tours de lumières en nous offrant la certitude que rien ne pourrait arriver qui n'entache ces deux soirées de bonheur !

Modestement, dans mon coin perdu de La Bocca, avec un Michel Redolfi qui rayonnait, nous avons créé l'histoire en ces 3 et 4 août 1 999 pour ces premiers concerts sous la mer. Au moment du démontage final, j'ai sorti le champagne et épuisés, tous ensemble, nous avons communié à la santé des muses ondines qui nous avaient épargné dans une mer d'huile !

Mare Sonans avait vécu, grâce aux talents de tous et à la formidable opportunité d'un moment de grâce !

Je n'ai malheureusement pas retrouvé beaucoup d'archives de cette soirée. Pas de photos, pas d'articles de Nice-Matin qui avait couvert la manifestation... Un appel est lancé, si quelqu'un à des traces ou des souvenirs de ces soirées, qu'il me contacte, il aura mon amitié indéfectible en retour ! 

Voir les commentaires

Le grenier de la mémoire 31 : pause Absurde ?

Publié le par Bernard Oheix

En 1978, la gauche n'est pas encore au pouvoir, Valéry Giscard d'Estaing est guilleret et pimpant en jouant de l'accordéon. 15 ans se sont écoulés depuis la fin de la guerre d'Algérie mais quand Yves Boisset sort un film sur ce thème, R*A*S, c'est un tollé et une attaque en règle du pouvoir pour contrecarrer sa sortie. La commission de censure n'osera pas l'interdire mais exigera la coupure d'une scène de torture (comme si la torture n'avait pas existé !), et une scène qui montre un général tourné en dérision par ses soldats, provoque une attaque en justice de l'officier en question. Il y aura même des manifestations de l'extrême droite pour perturber des séances. Et pour couronné le tout, le film sortira en plein été, dans une saison où les films sont sacrifiés sur l'autel des vacances !

Pourtant, il va faire plus d'1,3 million d'entrées, un succès qui ne plaira pas à tout le monde...

Pour preuve cette photocopie improbable retrouvée dans mes dossiers d'archives :

Parfois "La Grande Muette" gagnerait à le rester et à ne pas s'exprimer !

Parfois "La Grande Muette" gagnerait à le rester et à ne pas s'exprimer !

Et dans la série des moments surréalistes, cet interview croisé de Max Gallo et de Bernard Oheix paru dans H NOUS, le CITY Magazine, le news urbain diffuseur de Tendances et Révélateur de Talents (sic !) que j'ai retrouvé en farfouillant dans mes boites à secrets !

Et je dois dire que en cette semaine de septembre 2006, j'ai été quelque peu surpris !

Manifestement, il y avait eu une inversion de photo au montage des interviews !

Manifestement, il y avait eu une inversion de photo au montage des interviews !

Dans l'affaire, c'est moi qui gagnait au change... troquer ses habits de saltimbanque, fut-il de luxe, contre l'épée d'un académicien, n'est pas donné à tout le monde !

Dans l'affaire, c'est moi qui gagnait au change... troquer ses habits de saltimbanque, fut-il de luxe, contre l'épée d'un académicien, n'est pas donné à tout le monde !

Cette confusion entre Max Gallo et Bernard Oheix m'a légèrement déstabilisé... Et pour cause ! Académicien, romancier prolixe (la saga de La Baie des Anges), historien vulgarisateur (Mussolini, La guerre d'Espagne...), Max Gallo avait commencé sa carrière comme tout jeune prof d'histoire à l'Université de Nice...

Et dans les rangs de ses étudiants, un certain Bernard Oheix, comme tant d'autres, l'idolâtrait ! Avec Jean Gili et Christian Loubet, mes "maîtres", ils représentaient toute la richesse d'un enseignement supérieur moderne dans ces années de l'après 68 où l'université se cherchait une âme ! Elle la trouvait avec de tels enseignants, brillantissimes, proches des étudiants, faisant des cours passionnants que l'on ingérait avec délice, la porte ouverte aux dialogues, rompant avec l'académisme des "sachants" qui pontifiaient... ce qui n'est pas sans saveur quant on sait qu'il rejoindra les "Immortels" de l'Académie Française !

Bernard Oheix et Max Gallo, dans l'ordre de gauche à droite....

Bernard Oheix et Max Gallo, dans l'ordre de gauche à droite....

On s'est retrouvés à un Festival du Livre à Nice. Je me suis présenté et il a été heureux de ce retour vers son passé. Je n'ai pu résister à lui raconter une anecdote de 1970 qui nous concernait directement !

Je devais faire, avec Sylvie Gros, ma complice d’enfance et future photographe, un exposé sur la succession de Lénine. Trotsky/Staline, le duel... Dans un exposé enlevé, nous l’avions mimé et vécu cette Russie soviétique en train de se déchirer pour l’héritage d’un pouvoir sans partage. C’était le début des «exposés» comme méthode de fond, et nous nous étions mis en scène avec passion et je dois l’avouer, un certain panache. La trace indubitable du futur homme de spectacle que je deviendrai et de l'oeil déjà photographique de Sylvie. Max Gallo avait écouté sans broncher, les étudiants applaudirent. Et lui d’intervenir : «- Quel brillant exposé. Pour la forme c’était parfait, vivant, passionnant. Quant au fond, si vous le permettez, réduire l’opposition Staline/Trotsky a un conflit quasi oedipien me parait un peu osé ! Alors je vais quand même vous donner un 13... mais je vous en supplie, ne réduisez pas le courant de l’histoire à de la psychologie de comptoir. L’histoire c’est avant tout l’analyse des faits dans leur perspective historique, pas des suppositions aléatoires sur des états d’âmes supposés. Revenez toujours aux faits ! Mais bravo quand même ! 13, cela vous convient-il ? 

Quand je lui ai raconté cette histoire, il a sourit... "-Finalement, ce 13, c'était un bon compromis entre  l'Histoire avec un grand H et votre propre histoire !"

Et Max Gallo à toujours eu une place à part dans mon panthéon car il a vraiment été un de mes formateurs et j'ai pleuré en 2017 de savoir qu'il était allé rejoindre Staline et Trotsky pour leur raconter notre vision de leur affrontement...en se gaussant de nous !

Voir les commentaires

Le grenier de la mémoire 30 : Lili Boniche !

Publié le par Bernard Oheix

J'avais ouvert ma première saison "Sortir à Cannes" 1997/1998 avec une légende, Idir... la 2ème se devait d'être tout aussi flamboyante. 

Mais parfois, on n'a pas vraiment le choix, les éléments tranchent pour nous ! Impression agréable que l'agencement des planètes est en concordance avec votre horloge interne !

Il a suffi de quelques rencontres pour que dans le courant de cette saison exaltante, l'hypothèse de l'ouverture de la Saison 1998/1999 s'impose avec une évidence éclatante !

Voyez plutôt !

Une des plus belles et étranges rencontres de ma carrière... Le désir de la repartager avec vous ! Lili Boniche, juste une autre époque, un temps évanoui mais dont les sons sombres et mélancoliques remontent malgré tout jusqu'à nous. Écoutez Ana el Owerka et vous comprendrez mieux l'automne et ses feuilles qui tombent en enterrant nos espoirs. Lili, son sourire et sa voix chaude me manquent...je l'ai croisé, un souffle d'orient avec panache !

 

Lili Boniche la légende de la musique orientale. J'ai eu la chance, l'honneur, le plaisir de le rencontrer dans des conditions particulières. Il vient de mourir, ce 19 mars 2008. Il est une de mes plus surprenantes aventures culturelles, le produit d'une série de coïncidences rares, la preuve que le hasard fait parfois bien les choses. C'est ce que je raconte dans ce texte.

Il me reste quelques inflexions de sa voix chaude, le regard pétillant d'un vieux monsieur toujours jeune, l'impression réelle d'avoir pressenti son come-back, mieux, d'avoir ajouté une pierre à sa légende. Je l'ai redécouvert à un tournant de sa vie, anticipant cette mode qui allait lui permettre de revenir pour une dernière apparition sous les feux de la rampe. Modestement, j'ai eu un peu flair et beaucoup de chance en ce mois de juin 1998.

Et pour ceux qui douteraient du génie de cet homme, achetez son disque dans la collection "trésors de la chanson Judéo-Arabe", vous serez convaincus !

 Le temps est une valeur relative. Quand on regarde derrière soi, on discerne cette fuite, ce fil discontinu qui nous éloigne toujours plus du passé mais que la force des émotions conserve intact. J'avais ouvert cette saison culturelle avec un concert d'exception de Lili Boniche, cette légende vivante des rapatriés d'Algérie qui, après une longue éclipse causée par son amour pour une comtesse russe, avait repris sa guitare à plus de 70 ans et, par un concours de circonstances particulièrement savoureux, s'était retrouvé sur la scène d'un Palais des Festivals comble. Un peu plus de cinq mois s'étaient écoulés depuis ce jour et il me semblait suivant l'optique avec lequel on le regardait, qu'une éternité nous en séparait ou, à contrario, qu'un simple claquement de doigts avait chassé ces innombrables spectacles que nous avions proposés, s’enchaînant sans répit, semaines après semaines, les week-end se télescopant dans la mémoire vive en un tourbillon de notes et d'images.

Ce concert était né dans des conditions étonnantes. Il y a plus de deux années, mon ami d'enfance Jean-Paul Bertrand, avec qui j'avais traversé une décennie universitaire et les fièvres des soubresauts qui agitaient le monde de l'après 68, m'avait apporté un supplément de Télérama, un CD des étoiles de la musique algérienne incluant toutes les stars de la chanson judéo arabe autour de Reinette l'Oranaise, Blond-Blond, Cheikh Zekri et autres légendes de Radio Alger. A l'écoute du disque, juste derrière le "A Vava Inouva" d'Idir, une plage m'avait envoyé un véritable électrochoc, une décharge rare, capable de secouer et de lancer des ondes de bonheur, un morceau de musique, "Ana el owerka", complainte qui déchirait l'air, hors du temps et de l'espace. Sur le thème d'une feuille morte tombée de sa branche que le vent emporte et que les gens piétinent, le chanteur, avec une voix de gorge particulière qui lui permettait des crescendos sur les couplets pour revenir à la rugosité de l'arabe sur le refrain, exhumait un chant enfanté dans l'ombre d'un pays de soleil. Accompagné par une base piano, violon tsigane et derbouka, accordéon en sourdine et guitare en contrepoint, la voix s'inscrivait dans un tissu de sons chauds, un étrange tango en glissando, variation subtile naissant dans les bouges enfumés d'un Orient mystérieux pour parler du malheur et de la solitude de l'homme, de la fatalité et de la grâce intemporelle.

 L'interprète de "Ana el owerka", Lili Boniche est tout droit sorti d'un livre d'histoire. Né en 1921 dans la casbah d'Alger, descendant d'une famille modeste de juifs expulsés d'Espagne par Isabelle la Catholique, ses prédispositions musicales extraordinaires lui permettent d'être placé comme élève de Saoud l'Oranais, un des maîtres de l'Haouzi, dérivé populaire de la musique classique arabo-andalouse. A treize ans, il a assimilé ce répertoire et découvert les subtilités du luth, faisant vivre une nombreuse famille en jouant dans toutes les fêtes religieuses et profanes de la communauté juive ou arabe. C'est une star qui aura son émission sur Radio Alger et va entreprendre de moderniser son style en le confrontant aux rythmes modernes du jazz et des "afro-latins", débouchant même sur le "francarabe", un langage qui remonte aux sources des deux cultures et offre des pasos endiablés, des rumbas envoûtantes, des tangos exotiques qui font danser tout le Maghreb. C'est au cours de ses missions, au tout début des années cinquante, que François Mitterrand le découvre dans un cabaret d'Alger, venant tous les soirs à l'heure de son passage et lui donnant sa confiance et son amitié. Bien des années après, devenu Président de la République, il l'invitera régulièrement à donner des concerts privés, autour de la famille au rang de laquelle Roger Hanin, le beau-frère, le futur gardien de la mémoire, trônait dans sa masse imposante de géant débonnaire. La relative éclipse de Lili Boniche, due à une vie privée passionnée et à des choix professionnels parfois surprenants qui l'écartèrent des scènes et de la musique, n'entamera jamais son aura et le crédit de tous ceux qui l'ont connu et ont eu le privilège de communier à ses concerts.

J'ai bien trouvé un disque dans les rayons musiques du monde sur les trésors de la chanson judéo arabe à la FNAC, rencontré deux « pied-noir » qui connaissaient Lili Boniche et me parlèrent abondamment de lui et de leur jeunesse dans un Alger de soleil si loin des turbulences, mais j'étais incapable de le situer et de trouver un agent, un producteur ou un tourneur qui m'auraient aiguillé vers cet homme entouré d'un mystère et d'un prestige qui, conjugués à ce morceau de musique que j'écoutais en boucle, me le rendait attirant et étrange. Dans les guides du show-biz, il brillait par son absence et je désespérais de réussir à nouer un contact quand mon ami Jean-Paul, celui même qui me l'avait fait découvrir, mit la main sur un article qui parlait de lui et d'un sondage qui classait une de ses chansons en numéro deux de Radio Alger, toutes époques confondues, et le situait vivant en reclus sur la Côte d'Azur. Après avoir pianoté sur le minitel, un Elie Boniche s'étalait sous mes yeux et l'adresse indiquée, à ma plus totale stupéfaction, portait le nom de ma rue, à cinquante numéros et quelques centaines de mètres de ma demeure, une villa accotée à une station-service devant laquelle je passais tous les jours, dissimulées derrière une haie de cyprès, mélange pimpant de murs blancs avec des motifs bleus et jaunes qui lui donnaient un air coquet et méditerranéen.

Je n'ai fait que suivre mon instinct en sonnant à sa porte et j'attendais dans le tintinnabulement du carillon quand un vieux monsieur m'ouvrit et d'une voix qui chantait le Sud me demanda ce que je désirais.

-Excusez-moi, mais je cherche monsieur Boniche, Lili Boniche.

-C'est pourquoi ?

-Écoutez, c'est un peu long à expliquer, mais je suis directeur au Palais des Festivals et je souhaiterais lui dire quelques mots à propos d'un disque que j'ai écouté et dans lequel il joue un morceau de musique qui s'appelle "Ana el owerka".

Un immense sourire a illuminé son visage parcheminé, une joie enfantine qui faisait briller ses yeux et le rajeunissait d'un seul coup, gommant des années d'usure, effaçant un lacis de rides et laissant sourdre une fierté qui l'irradiait.

-Entrez, venez, on va parler de tout cela.

 Deux heures après, devant un énième pastis et des tonnes d'olives pimentées, dans la fumée des cigarettes qu'il consommait sans mesure, de sa voix rauque en s'accompagnant à la guitare, il me faisait découvrir ses dernières compositions, me racontant l'Algérie du soleil et de l'amour, les caves des rencontres musicales où les musiciens classiques juifs et musulmans enrichissaient la musique andalouse en se frottant aux rythmes d'un monde nouveau, les perpétuelles nuits de douceur d'une culture qui vivait son agonie et ne pressentait pas les convulsions qui la guettaient. Les douces sonorités du "chaâbi" allaient bientôt se fondre dans le fracas des explosions et du déchirement, les frères se haïr et se partager l'horreur en un tribut que plus rien n'effacerait. Lili Boniche, Juif et Arabe, Français et homme du monde, musicien de génie aux ailes rognées par le destin, m'offrait un concert exclusif, juste présent et attentif au temps des regrets, mélancolie des heures révolues.

 -L'an prochain, si vous en êtes d'accord, vous m'ouvrirez la saison culturelle, je veux vraiment vous offrir une scène dans votre ville, un public, je veux vous partager avec les autres.

-Vous savez, pour les mariages, les bar-mitsva, les fêtes religieuses on m'appelle toujours, je joue au Japon, dans tous les pays du monde, partout où il se trouve une communauté algérienne, mais en France, il y a bien longtemps que je n'ai pas fait de concert sur une scène.

-Monsieur Boniche, on boit un dernier pastis, vous me contactez votre orchestre et l'an prochain, on remplit le Palais des Festivals en faisant la fête !

 Il a fallu plus d'une année pour monter le projet, laps de temps pendant lequel, par un incroyable concours de circonstances, Lili Boniche avait retrouvé les faveurs du public. Il avait suffi du disque de Télérama, d'un extrait de ses chansons dans la bande musicale de "La vérité si je mens" et d'un passage au Printemps de Bourges par un directeur artistique de mes amis pour relancer sa carrière et en faire la coqueluche des programmateurs de musiques du monde et des salles jouant la carte du "revival" et de la nostalgie.

Le hasard en ricochet, comme une chaîne désarmante, une succession d'événements dont le premier induirait les autres, leur ôtant, par cela même, tout caractère aléatoire, les rendant inéluctables. Les cercles concentriques des ronds dans l'eau qui vont se perdre à l'infini et que l'on retrouve flottant à la surface tissant une toile infranchissable. Cette rencontre de l'impondérable, de l'écoute d'un disque à la découverte d'une adresse à quelques centaines de mètres de mon habitation, n'était que le prélude à un autre enchaînement, nouveau concours de circonstances, pied de nez aux arêtes de la réalité.

Je n'avais pas manqué de questionner Lili Boniche sur les amitiés supposées qu'il entretenait avec l'ex-Président de la République, François Mitterrand, sur la légende de ces soirées privées à l'Élysée que le musicien animait. Il était resté très pudique et réservé, opinant juste pour confirmer qu'il connaissait le futur président, depuis qu'un jeune ministre de la France d'Outre-mer de la IVème République avait débarqué en 1950, s'épuisant à passer ses nuits dans les boîtes d'Alger, amoureux de cette douceur langoureuse, des moiteurs orientales des cabarets du quartier sud et de la beauté des femmes qui dansaient sur les pistes. Devenu ministre de l'Afrique du Nord en 1953, il avait eu du temps à consacrer à cette ville qui le fascinait et venait terminer ses nuits dans les volutes de cigarettes américaines, les verres d'alcool et les sons plaintifs des guitares et des instruments orientaux. Ils avaient à peine plus de trente ans et le monde semblait leur appartenir. Le temps avait passé, les lumières de la célébrité l'avaient inondé d'une nappe crue mais Monsieur François lui était resté fidèle, lui conservant son estime, cette constance qu'il lui avait toujours manifestée.

Il se trouve que deux mois après ma rencontre avec Lili, j'accueillis une œuvre de Molière dont le Tartuffe était interprété par Roger Hanin dans une mise en scène qu'il signait. Je tenais à maintenir un classique dans ma saison théâtrale et, même si je n'avais pu visionner le spectacle qui était une création en tournée avant installation dans une salle de Paris, un moyen de roder et tester le spectacle avant d'affronter les critiques et la foule parisienne, je savais par contre m'assurer d'un succès commercial et financier par la présence dans la distribution de Roger Hanin. Il faut avouer que le voir déclamer du Molière avec son accent pied-noir sous-jacent n'était pas vraiment une réussite mais son talent évident par ailleurs et sa gentillesse réelle nous permettaient de tout lui pardonner, y compris quelques traîtrises envers le dieu du théâtre classique.

Dans sa loge encombrée de compatriotes, tous de "là-bas", évoquant leurs souvenirs et égrenant les morts qui parsemaient les allées de leur retour en métropole, j'ai pu dans un moment d'accalmie saluer Roger Hanin et lui parler.

 -Monsieur Hanin si je vous dis Lili, vous pensez à qui ?

-Lili, mon ami Lili Boniche. Il est là, faites-le entrer tout de suite.

-Non, il n'est pas ici, mais je l'ai eu au téléphone et nous avons parlé de vous. Il ne pouvait pas se libérer ce soir, il m'a chargé de vous saluer de sa part.

-Je sais qu'il habite à Cannes. Cela fait un bon moment que je ne l'ai vu. Comment va-t-il ?

-Très bien, et d'ailleurs je vais ouvrir l'an prochain ma saison en lui offrant la scène de cette salle, au Palais des Festivals. Ce sera un grand concert de musique d'Algérie, une fête de famille. J’aimerai lui faire la surprise de votre présence.

De sa voix de basse chargée des couleurs du Maghreb, il a lancé à la cantonade.

-C'est sûr, je viendrai. Nous y serons tous. C'est vers quelle époque ? Octobre. Ah ! Oui, juste après le tournage en Allemagne. Tenez, vous téléphonez à ma secrétaire mais je vous promets d'être là et après le concert, nous mangerons un bon couscous tous ensemble.

 J'étais plus que circonspect sur cette proposition d’un artiste au sortir de la scène, attendant que les actes se concrétisent avant de lancer ma campagne de communication sur sa présence. Quelques mois après, sa secrétaire me confirmait sa venue avec une dizaine d'amis. Refusant de se faire inviter à l'hôtel, exigeant même de payer ses places de spectacle malgré mon insistance, tenant à régler le restaurant où nous devions finir la soirée, il fut à la hauteur de son personnage, chaleureux, humain, serviable, acceptant de se faire photographier avec les invités, accordant interviews sur dédicaces et lançant superbement ma saison  grâce à une photo en première page du quotidien Nice-Matin et à un petit discours improvisé sur scène pour parler de son ami Lili Boniche au bord des larmes en évoquant devant une salle subjuguée, quelques souvenirs du bon vieux temps. Je me rappellerai toujours, à son entrée, la foule des spectateurs se lever et applaudir à tout rompre en scandant "Navarro, Navarro" en une liesse communicative devant son sourire désarmant et la chaleur qu'il dégageait.

J'ai rempli la salle Miramar pour ce concert de la mémoire et j'ai vu des larmes dans les yeux du public, j'ai senti le souffle torride du Maghreb caresser nos visages, l'émotion trop contenue de ceux qui, l'espace d'une chanson, replongeaient dans le monde de leur jeunesse et activaient les souvenirs des temps heureux, quand l'insouciance et l'innocence qui les animaient leur permettaient de ne pas voir les nuages du futur et que la vie se conjuguait au présent.

Le grenier de la mémoire 30 : Lili Boniche !

Voir les commentaires

Le grenier de la mémoire 29 : en écrits !

Publié le par Bernard Oheix

De tout temps, j'ai écrit... Le plus souvent sur des sujets qui me tenaient à coeur et concernaient la culture ! Sur tous les supports possibles et imaginables, les mots couchés sur le papier m'apparaissaient comme le complément indispensable de l'action que je menais sur le terrain, parfois sérieusement, souvent avec dérision, toujours avec émotion !

je vous propose quelques extraits dans des genres bien différents mais toujours sous la signature d'un Icardi, Jean-Paul ou Paolo !

Une revue de spectacles de Nîmes où mon frère officiait ! Je revenais de Bourges où j'avais présenté des spectacles La Belle Bleue. Il n'y avait pas que de la musique à Bourges en ce printemps 1984 !

Une revue de spectacles de Nîmes où mon frère officiait ! Je revenais de Bourges où j'avais présenté des spectacles La Belle Bleue. Il n'y avait pas que de la musique à Bourges en ce printemps 1984 !

Pour informer le public de Cannes des programmations de Bernard Oheix, qui mieux que Jean-Paul Icardi pour le faire !

Pour informer le public de Cannes des programmations de Bernard Oheix, qui mieux que Jean-Paul Icardi pour le faire !

Le Festival des Jeux est un jeu... je l'avais bien compris !

Le Festival des Jeux est un jeu... je l'avais bien compris !

Dans le début des années 2000, Michel Sajn, mon ami et Directeur de publication, m'avait offert une tribune régulière dans La Strada... J'en ai profité dans un registre plus sérieux !

Dans le début des années 2000, Michel Sajn, mon ami et Directeur de publication, m'avait offert une tribune régulière dans La Strada... J'en ai profité dans un registre plus sérieux !

Ainsi donc ces quelques extraits sortis du grenier envahissant de ma mémoire ! Mais il y en aura d'autres, la coupe n'est pas pleine et mes cartons d'archives toujours bourrés à craquer des vestiges d'un passé qui fut le reflet d'une période où tant de choses étaient possibles ! Il suffisait de "vouloir" et d'avoir la force de se battre pour ses convictions pour que l'aile du destin affleure ! 

J'ai fait partie de ce combat même si à l'heure actuelle, la situation me donne l'étrange impression d'avoir lutté pour le néant. Que s'est-il passé réellement pour que nous nous retrouvions désormais sans culture vivante, avec un passé si riche mais un avenir si sombre ?

Un Covidis qui fait 3 tours et puis plus rien ?

 

Voir les commentaires

Le grenier de la mémoire 28 : Mon plus grand bide : Lasers à rien !

Publié le par Bernard Oheix

Le grenier de la mémoire 28 : Mon plus grand bide : Lasers à rien !

Je me permettrai aujourd'hui, de reprendre un article que j'avais déjà publié au début de la création de mon blog ! C'est le 13 novembre 2006 que j'avais narré les aventures de Bernard en pays de haute technologie belge.

Cela renvoi aux années 90 de l'OMACC ! Et quelles années folles !


Eté 1990. Une nouvelle municipalité s’est installée à Cannes avec Michel Mouillot à sa tête. Françoise Léadouze est une adjointe à la culture passionnée, mère Térésa des « sans culture », révolutionnaire humaniste persuadée qu’elle peut transformer la réalité à coups de rêve. Elle nous booste, bobo avant l’heure, et nous oblige à trouver du sens à notre action. 
Nous sommes une équipe jeune, celle de l’Office de la Culture, Une dizaine de filles dont je suis le directeur-adjoint, chargées des manifestations. Elles sont issues de stages, de Tuc, de bric et de « broque », manquent cruellement d’expérience mais compensent avec une farouche volonté de bien faire, une capacité de se dépasser et d’accomplir des miracles. Elles sont jeunes et belles, et moi, moins jeune mais toujours rêveur ! 
Et justement, en ce mois de mars 1990, le miracle a eu lieu. Dans mon esprit torturé, mon imagination débordante a encore sévi. L’espoir fou de marquer l’histoire (de Cannes !) et de laisser une trace indélébile me provoque une acné tardive et entraîne toute mon équipe dans un de ces cauchemars récurrents dont je suis un grand spécialiste. 

Tout est venu, à ma décharge, d’une rencontre avec un Belge trop amateur de bière dont les effets néfastes sur son équilibre intellectuel le poussa à me proposer d’illuminer la rade de Cannes avec des lasers dont il faisait la promotion et la commercialisation. Il me dessina si bien le tableau de ce qui adviendrait, que je la voyais cette immense baie, éclatante de soleil de nuit, croulante sous les faisceaux se décomposant en myriades d’étoiles, découpée comme les remparts de Carcassonne, montagnes de lumières assemblées par un architecte divin. C’était moi, ce Dieu de l’impossible, j’allais montrer à quel point le désir est capable d’imposer sa loi à la réalité. 

Le projet consistait à illuminer la Croisette à l’aide de lasers, à l’entracte d’un concert qui se déroulait sur le parvis du Suquet, la colline qui surplombe Cannes de son clocher où se déroule un festival de musique classique. Pour corser l’affaire, nous avions récupéré l’écran géant du stade de foot (à l’époque, Cannes avait une bonne équipe… Zidane, Vieri, Micoud…etc.) pour l’installer sur le parvis du Palais des Festivals afin de retransmettre le concert en « direct live ». Il manquait juste une montgolfière pour y accrocher des miroirs réfléchissants qui renverraient les lasers vers les cieux cléments. Une bagatelle somme toute au vu de ce que nous envisagions. 

Je me souviens alors, de ces nuits de repérages au port Canto, à la pointe du Palm-Beach, des essais pour aligner les faisceaux sur les palaces, visant des disques minuscules qui permettaient de faire diffracter les pinceaux lumineux. Du phare du quai du vieux port pour cibler la pointe du Palais et même la colline du Suquet. Pour être honnête, j’avais l’impression très nette de ne rien voir mais vu les exclamations enthousiastes des techniciens belges, je mis sur le compte de ma fatigue et de mon inexpérience cette absence d’émotion…ce qui aurait dû m’alerter. 
Et puis, nous avions tant de choses à préparer. Trouver la montgolfière, organiser le transport de cet écran géant, obtenir les autorisations de la marine, de la sécurité, ceinturer le parvis du Palais, tirer des tracts dont le titre alléchant explosait en un : « illumination aux lasers de la Baie de Cannes » comme un vœu qui allait rapidement devenir pieux. 

Le soir du concert arrive, l’Orchestre de Vienne interprétant des valses, dirigé par un chef autrichien hilare devant le bordel ambiant. Inquiétude générale. Au dernier moment, les lasériens belges nous demandent un bateau pour étendre un rideau de fumée sur la mer trop étale et claire. Imaginez le ridicule d’une barcasse avec un enfant de Wallonie en tête de proue, le bras levé comme la Victoire de Samothrace, qui dégage à l’aide d’un fumigène un maigrelet trait de brouillard qui se fond dans la vastitude du plan d’eau. Qu’à cela ne tienne ! Il faut désormais boire jusqu’à « l’hallali » cette coupe frelatée de mes propres délires. 

Pendant la première partie du concert, le vent se lève et la nacelle de la montgolfière arrimée au bord de l’eau se couche sur l’eau, endommageant irréversiblement le matériel et faisant courir des frissons auprès des spectateurs inconscients qui batifolent autour du ballon secoué comme un prunier. Un effet à l’eau, déjà, et en l’occurrence, ce n’est malheureusement pas qu’une image ! 

Le public, aussi bien dans l’enceinte du Suquet que sur le parvis, chaloupe et tangue dans la tempête qui se lève. Une nuit de soufre. A l’entracte, le maire de Cannes et les invités de marque se massent au bord du muret dans l’attente du flamboiement de la baie. Après quelques minutes d’intense attente, un filet vert s’échappe presque par hasard du port Canto. Frémissement dans la foule. Enfin le spectacle commence. Las, c’était l’effet final ! Deux doigts anémiques se courant l’un après l’autre, tentant vainement d’accrocher l’attention et de s’imposer devant le grand vide de la baie ouverte à mon désespoir. Je disparais derrière les buissons et me cache aux yeux de tous. Séparé des officiels par un rideau de buissons, j’entends les commentaires fuser, portant tout autant sur le ridicule des lasers que sur la température trop élevé de la coupe de champagne où sur les petits fours rances que le traiteur nous avait refourgués. Certains même se gaussent de moi et je ne peux les en blâmer, sincèrement, j’avais autant envie qu’eux de me moquer de moi. J’ai honte comme rarement un directeur peut avoir honte. Le voile rouge devant les yeux, la gorge nouée, c’est Sophie mon adjointe et Françoise Léadouze qui viennent me déloger de ma tanière. Elles tentent maladroitement de cautériser les plaies à vif de mon orgueil et ne réussissent qu’à me rendre ombre qui marche, zombie de la culture, pâle ectoplasme du pouvoir de faire. 
La deuxième partie du concert fut un feu d’artifice (enfin) d’humour et de déraison. C’est comme si un vent de folie venait doubler les rafales qui soulevaient les tentures du Suquet. En bas, sur le parvis, des milliers de personnes valsaient en riant de cette fête impromptue et gratuite où le grain de la déraison dispensait ses vapeurs hilarantes. 
Pourtant, sur ma vespa, j’entendais, encore et toujours, rire des fameux lasers qui avaient inoculé une dose confortable de ridicule dans l’ego et les couleurs d’un directeur dérouté ! 
La conclusion. Le lendemain, Michel Mouillot m’attendait dans son bureau de maire. En entrant, dans mes petits souliers, je m’excusai platement…Eclats de rire ! J’ai rarement vu le maire de Cannes rire autant et si franchement. Il en avait les larmes aux yeux de me raconter son attente des lasers. Il doit s’en régaler encore et j’entends sa voix me glisser entre deux hoquets : « Oheix Bernard, il n’y a que les imbéciles qui ne se plantent pas… mais là, vous avez fait fort !!! Par contre si les huiles ont pâti d’être sur les hauteurs, mes électeurs étaient en bas et se sont bien amusés. Bon, avertissez-moi quand même si vous avez une autre idée de ce genre ! » 

Et la vie a continué… comme quoi, on survit au ridicule… même si, quand j’entends parler de lasers belges, je me mets à avoir des palpitations et que le rouge me monte au visage. 

Et voilà comme une idée merveilleuse accoucha d'un des plus beau bide de ma carrière !

Et voilà comme une idée merveilleuse accoucha d'un des plus beau bide de ma carrière !

Voir les commentaires

Le grenier de la mémoire 27 : IDIR s'impose !

Publié le par Bernard Oheix

Triste actualité que l'on ne peut ignorer... Et étrange coïncidence !

Dans le précédent article du 2 mai, je vous parlais de ma fierté d'ouvrir ma 1ère saison "Sortir à Cannes" le 18 octobre 1997 avec un berbère Idir et son tube envoûtant : A Vava Inouva.

Aujourd'hui j'apprends qu'il est décédé le 2 mai, à l'instant précis où j'écrivais ces mots, où je retrouvais sa trace dans ma documentation, où je prononçais son nom !

Mais qui est IDIR ?

C'est dans Intervista (1/10/1997) que j'avais fait paraître cet article, grâce à mon ami Michel Sajn qui en était le Directeur. Cet article fut signé de mon pseudo traditionnel, Jean Paul Icardi, pour des raisons évidentes ! C'était moi qui le programmais et j'y raconte ma rencontre avec lui et l'admiration que je lui voue !

C'est dans Intervista (1/10/1997) que j'avais fait paraître cet article, grâce à mon ami Michel Sajn qui en était le Directeur. Cet article fut signé de mon pseudo traditionnel, Jean Paul Icardi, pour des raisons évidentes ! C'était moi qui le programmais et j'y raconte ma rencontre avec lui et l'admiration que je lui voue !

La vie de Hamid Cheriet est un conte oriental. Né en 1949, destiné à faire de grandes études d'ingénieur, il ne rêvait que de musique. Au début des années 1970, en cachette, il enregistra un morceau A Vava Inouva qu'il signa d'un pseudo et transmis à une radio. Cette chanson déclencha un raz de marée, diffusée en boucle sur toutes les ondes de l'Algérie. Mais personne ne connaissait l'auteur qui se cachait derrière le nom d'IDIR. 

Il dût se résoudre à l'annoncer à sa famille et devint l'icône des Kabyles, arrêtant ses études pour porter le flambeau de toute cette région de l'Algérie en lutte permanente contre le pouvoir central. Il renouvela une authentique culture berbère en lui donnant une résonance internationale !

Sa carrière fut menée en dehors de toutes contraintes. Seulement 7 oeuvres discographiques, une absence de scènes volontaire pendant une dizaine d'années à partir de 1981. C'est en 1980, à une de ses dernières apparitions avant son interruption, que j'ai eu le privilège d'assister à un concert à Rennes. Par la suite, il revint sur le devant de la scène, fit de nombreuses collaborations avec d'autres chanteurs (Manu Chao, Titi Robin, Maxime le Forestier, Alan Stivell...). Chacune de ses apparitions a marqué des générations de musiciens et il est un des vecteurs de l'essor de la "Musique du Monde" qui fit fureur à partir des années 90.

 

Les traces noires sur la pochette du CD sont les restes d'un superbe autographe qu'il m'avait dédié... Las ! Après les inondations de La Bocca de 2015, j'avais retrouvé mon CD dans 10cm de boue, et sa trace s'est envolée ! Je ne peux plus lui demander de réparer l'outrage du temps !

Les traces noires sur la pochette du CD sont les restes d'un superbe autographe qu'il m'avait dédié... Las ! Après les inondations de La Bocca de 2015, j'avais retrouvé mon CD dans 10cm de boue, et sa trace s'est envolée ! Je ne peux plus lui demander de réparer l'outrage du temps !

Le grenier de la mémoire 27 : IDIR s'impose !

Le 29 avril 2006, c'est au Grand Auditorium du Palais (2400 places) que je l'ai reprogrammé dans une soirée partagée avec Enrico Macias. Le pied noir et le kabyle ! Complices, ils s'étaient entendus à merveille et la soirée fut un délice de sonorités de "la-bas !"

Et cette fois-ci, c'était pour la clôture de ma saison 2005/2006. Boucler la boucle, d'une ouverture à une clôture ! Idir reste une des personnalités qui m'a marqué parmi ces innombrables belles rencontres que ma vie professionnelle m'a offertes !

Je n'aurais plus l'occasion de voir sa silhouette gracile se dessiner dans les cônes des projecteurs. Il me reste son souvenir, sa voix chaude et fine, la noblesse de ses traits de seigneur berbère, la certitude d'avoir croisé un barde qui exprimait avec ses mots et ses mélodies, la richesse d'un monde et l'amour de l'autre.

Et un sourire qu'il m'avait envoyé quand je lui avais raconté mon premier concert d'Idir à Rennes en 1980. C'était dans sa loge après un concert d'émotions et il m'avait offert cet autographe envolé !

Il a rejoint mon ami Nilda Fernandez, Christophe et nul doute qu'ils me prépareront une sacrée fête pour mon arrivée ! 

En attendant, un conseil : si vous voyez apparaître votre nom dans cette série d'articles du "Grenier de la Mémoire" de mon blog, calfeutrez-vous, adoptez la distanciation sociale à défaut de Brechtienne, mouchez-vous dans le coude et lavez-vous les mains... On ne sait jamais ! 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>