Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ô Marie, si tu savais...

Publié le par Bernard Oheix

Tradition oblige, rite de passage...Chaque anniversaire tout rond, toute l'équipe de l'Evènementiel se soude autour de la victime afin de lui démontrer son affection. Occasion de se retrouver, de conserver des liens (l'équipe de France de Foot devrait prendre exemple sur nous !), d'évacuer le stress et moment attendu, d'ouïr le discours du Directeur, en l'occurrence moi-même. C'est une façon d'honorer l'autre dans l'humour, de lui rendre un peu de chaleur. Conserver son calme tout en travaillant en open-space, tous les jours, dans la pression du quotidien et l'enchaînement incessant  des manifestations, le bruit et les tensions représente un vrai challenge que des moments de poésie et de tendresse peuvent rendre plus supportables.

Voilà, Marie, ma Marie, une perle de secrétaire, la confiance incarnée, 20 ans de partages... Bon d'accord, elle a 60 ans, et bien, tant mieux, comme cela j'ai pu  lui faire un beau discours !

 

C’est vrai, tu les as désormais, tu y es arrivée toi aussi, alléluia, tu as bien franchi cette barrière des 60 ans… Es-tu capable alors de l’escalader, de grimper vers son sommet alors que tant d’années se sont écoulées dont un nombre conséquent avec moi, ton unique Directeur préféré ? Marie, on dit toujours que les 60 ans s’ouvrent sur une pente glissante alors c’est devant une montagne que tu te trouves. Comment cela se fait-ce ?

Peut-être parce que 60 ans, c’est avant tout l’âge de la maturité, de la connaissance de soi, de la maîtrise de son environnement, de l’acceptation de ses limites comme de la revendication de son authenticité. Alors, Marie la biblique, qui es-tu ? Posons-nous la question : qui se cache réellement derrière la Marie Huit-Huit un peu précieuse et toujours raffinée qui nous morigène quand nous jurons par-devers elle ?

Aujourd’hui se parachève donc 60 années d’existence dont 40 de boulot comme secrétaire attentive et 20 consacrées au bonheur de Bernard Oheix, ton chef vénéré ! Le tiers de ta vie dans une histoire d’amour avec ton Directeur…La moitié d’une vie professionnelle et toujours cette passion pour cet être exceptionnel qui croisa ton chemin… Pas mal non ?

Bon, avouons-le, ce n’était quand même pas gagné au départ !

Comme le dit le proverbe : « chiens de faïence, point de patience ! » Tu étais ma chère Marie, l’exact inverse, le revers parfait de ce que j’attendais d’une secrétaire. Toujours ponctuelle à me faire remarquer combien je l’étais peu, discrète alors que j’étais, sinon exhibitionniste, du moins extraverti, traçant ton chemin sans faiblir avec un air têtu du style… moi je suis de l’Est (de Metzzzz !) et on ne me la fait pas, prenant en charge mon agenda, me forçant à répondre aux courriers même quand je n’en manifestais aucunement le désir, tapant mes lettres (prise en sténo, siou plaît… Spécialement pour les jeunes, la sténo était un alphabet graphique du siècle dernier censé permettre la prise de notes en accéléré… D’ailleurs si vous êtes gentils, Marie-Antoinette peut vous faire une démonstration !)…

On ne peut évoquer cette période sans rappeler, par exemple, qu’il n’y avait pas encore de téléphones portables dans les équipes (Ah ! le miracle des talkies) encore moins d’IPhone et autre BlackBerry, peu d’ordinateurs sur les bureaux, des fax omniprésents, du courrier à ouvrir et qu’en cette période lointaine de fabrication d’un Evènementiel primaire et rustique, les contacts humains primaient sur les prothèses de communication dont nous nous sommes bardées afin de ne plus être en contact direct avec un interlocuteur.

Résultat, nous cavalions comme des dératés et Marie campait en gardienne du temple, impavide, motus et bouche cousue, récipiendaire de tous les secrets sans jamais dénoncer ses sources, îlot de calme au cœur de la tempête…

Jeunes qui nous écoutaient… Sachez combien elle fut valeureuse notre Marie Nationale pour survivre entre un Directeur totalement déjanté et une équipe de chiens fous, dans une ville complétement azimutée, celle des années Mouillot !

Disons-le crûment : il n’y eut jamais de relations sexuelles entre la secrétaire discrète et son Directeur séducteur, (du moins officiellement et bien que d’aucuns ici, peuvent affirmer qu’elle se retrouva quelquefois à 4 pattes sous le bureau afin de récupérer un objet quelconque ou la main coincée dans la braguette de son pantalon soi-disant pour recoudre un bouton !)…

Cela confirme que leur union solide s’ancrait sur les certitudes de la vie et point sur les aléas des corps. Pas de mariage en vue, du coup et en contrecoup, pour la secrétaire… ce qui confirme malgré tout, le lien trouble qui les unissait. Il en paria un nombre incalculable de bouteilles de champagne sans s’inquiéter pour autant… Il savait que les autres hommes semblaient fades à Marie qui les comparait immédiatement et toujours à son Directeur. Il eut donc tous les avantages d’une femme à la maison et d’une autre au travail sans en avoir les inconvénients. Et cela avec l’assurance de ne pas avoir à payer de pension de sa poche quand cette belle romance cesserait, un jour prochain de départ à la retraite !

Mais disons-le tout net : qui va corriger les textes de Bernard quand il ne pourra plus jouer de son charme… Du style…Ma marie adorée, juste un petit texte, très court…et pas pour tout de suite, j’attendrai demain avant de le mettre en ligne… s’il le faut vraiment… Sniff ! Zou bizou bizou…

Qui va dénicher des stylos publicitaires et des cahiers de récupération pour les petits enfants d’Afrique démunis… Qui va rappeler au Directeur les anniversaires, les dates de mariages et de divorces, prendre en main ces jeunes qui nous envahissent, traquer les fautes d’orthographe en affirmant Que nenni tout en balayant d’un revers de la main les jurons proférés dans l’enceinte des murs de la Culture…

Qui peut remplacer l’irremplaçable ? Personne Marie !

Alors pendant que ton ancien Directeur ira se faire bronzer aux Maldives ou en Patagonie, sur les traces du « Che » ou en bicyclette vers Cythère, toi, tu resteras encore accrochée aux invitations, répondant aux solliciteurs nombreux qui veulent croiser leur chemin avec ta nouvelle Directrice, tapant des rapports abscons pour une administration de plus en plus vorace…

Et tout le monde sera content et heureux… sauf moi qui vais te perdre un peu, beaucoup, passionnément, à la folie…

Et encore merci Marie pour tout ce que tu apportes, a apporté et apportera à ceux qui ont la chance de pénétrer dans ton monde… celui d’une Marie Antoinette Pett qui fut toujours celle à qui l’on pouvait confier un peu de soi-même avec la certitude qu’elle nous le rendrait intact !

Aujourd’hui, c’est à nous de te le rendre… Bon Soixantième Anniversaire Marie !

 

Pleurs garantis, belle soirée au restaurant avec rires et émotions. Une équipe de travail comme celle de l'Evènementiel est une Formule UN dont le moteur a besoin de réglages subtils. Des soirées comme celle-ci permettent de retrouver un peu de douceur dans ce monde de brutes ! Et puis, Marie méritait bien d'un peu de reconnaissance de notre part parce ce que son coeur est plein de bonté et d'altruisme !

Ah ! Marie, si vous saviez...air connu

 

Voir les commentaires

La compétition... Festival n.2

Publié le par Bernard Oheix

 

Je sais, il se fait tard et le Festival est bien loin.... Mais j'ai des circonstances exténuantes, un voyage à Paris, plein de dossiers à remplir pour mon futur départ à la retraite, mille choses à terminer....

En cette 65ème édition du Festival du Film de Cannes 2012, j’ai pu visionner 14 films de la compétition sur les 22 présentés… score honorable sans plus ! Mais il y avait beaucoup d’autres films dans des sélections parallèles et, tant de sollicitations !

 

En ce qui concerne les « Palmés » :

Belle et méritée récompense pour l’émouvant et pétillant Ken Loach, La Part des anges. Une comédie douce amère d’une totale humanité bien que basée sur un présupposé moralement très contestable !!! Imaginez sauver vos jeunes héros et leur permettre de sortir de la délinquance, de la violence et du chômage… et pour ce faire, un dernier casse suffira, comme l’alcoolique pour son dernier verre, rondement mené, avec au bout ce couple qui échappe à la misère du monde par l’obtention d’un travail. Les périodes ont les rêves qu’elles peuvent et le paradis aujourd’hui, n’est même plus de ne pas travailler, mais bien d’obtenir un emploi… Vive le chômage de masse ! Quant au film, dans la veine des comédies sociales de Ken Loach, avec un humour et des moments de « non-sens » à faire hurler de rire. Entre la violence moderne et le rire de la déraison, juste un interstice pour continuer de rêver !

J’espérais mieux pour La Chasse de Thomas Vinterberg, à l’évidence un des bijoux de cette sélection, bien que snobé par une partie de la critique ! Une petite ville du Danemark, une fillette adorable et un homme, sortant d’un divorce difficile et souffrant de l’absence de son fils. Il aime les enfants et travaille comme assistant dans une école pour petits. La fillette va accuser cet homme de l’avoir abusé. Concours de circonstances débouchant sur le soupçon, puis sur les certitudes de la masse et sur l’horreur d’une véritable chasse à l’homme qui ne laisse plus de place au doute. Il est forcément coupable… même innocenté, comme le signale la dernière scène. Un film sur la manipulation, les frustrations et le désir de vengeance collective qui gomme les responsabilités individuelles. Un film à méditer, cruellement d’actualité en cette heure où les boucs émissaires bien basanés font florès dans la bouche de certains de nos hommes (et femmes) politiques. Le prix d’interprétation masculine pour Mads Mikkelsen est totalement justifié mais me semble un peu réducteur au vu de la densité du scénario et de la qualité de la réalisation.

Comment le film mexicain, Post Tenebras Lux de Carlos Reygadas, s’est-il retrouvé dans le palmarès ? Mystère et Festival ! Soulignons que chaque édition accouche systématiquement d’au moins un extra terrestre pour se glisser entre les lignes des récompenses, comme s’il fallait justifier automatiquement que l’on est juge de la norme et que le cinéma est aussi affaire de vision extralucide ! Qu’adviendra-t-il de cet opus ennuyeux et pompier, figé dans un esthétisme exhibitionniste, si ce n’est le sort peu enviable d’être oublié avant même d’avoir été visionné !

N’ayant pas eu le plaisir de voir le film roumain multi primé de Cristian Mungiu, Beyond the Hills, je ne me prononcerai pas… si ce n’est pour affirmer que la seule Palme d’Interprétation possible et envisageable était une récompense au couple de cinéma Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant pour Amour de Haneke. Phénoménaux, énormes, gigantesques monstres sacrés habitant leurs personnages, ils illuminent le film d’une aura mortifère, une lente mort au travail sertie dans un écrin sobre et sombre. Mais la Palme d’Or est exclusive de tout autre prix et ne permet qu’une mention, ceci expliquant cela !

Reality de Matteo Garrone, le réalisateur de Gomorra. On connaît le poids de la télévision et ses dangers. Brisant les vies de familles, le temps des lectures et des dialogues, divertissement et approche individuelle d’une sous-culture… Dans cette œuvre héritière du néoréalisme italien, un homme va plonger dans l’univers de la téléréalité et voir son existence voler en éclats. Son désir éperdu et son phantasme d’intégrer une émission « le grand frère » lui font perdre contact avec le monde extérieur. C’est une problématique particulièrement contemporaine en cette heure où la lucarne animée est bien le réceptacle de tous les espoirs et où le quart de gloire « Warholien » est trop souvent assimilé au passage obligé d’un inconnu dans une émission de télévision. Une comédie douce amère, grinçante, avec un acteur amateur, en semi-liberté, qui donne une âme à son rôle de Napolitain débordant de vie !

Et donc cette Palme d’Or d’Amour. Je faisais partie des laudateurs du Ruban Blanc, un choix difficile pour un film exigeant. Là, rien de tout ceci, juste l’évidence d’un chef-d’œuvre hors du commun. Des acteurs transfigurés, cruels de naturel, une technique discrète et maîtrisée, parcourue d’éclairs étranges comme des déflagrations incongrues dans une norme toujours plus prégnante de cette agonie d’un couple amoureux. Il y a toute l’humanité du monde et toute l’animalité de la chair en décomposition dans ces 126 minutes d’un chemin de croix vers la rédemption finale. C’est aussi un thriller, un film surréaliste, un poème… C’est la magie de l’esthétisme au service d’une cause qui ronge chacun d’entre nous, l’angoisse de la vieillesse, de la décomposition et la beauté de l’amour qui sublime cette lente usure de l’espoir.

Merci Monsieur Michael Haneke.

Je n’ai pas vu et ne dirai rien de Holy Motors de Leos Carax, Paradies : Liebe de Ulrich Seidl et le dernier Resnais… films dont on a dit le plus grand bien… Mais pourquoi donc ignorer De rouille et d’os  de Jacques Audiard. Belle histoire étrange habitée par une Marion Cotillard transfigurée. Sur un fond mélo et tragique (décidément, les handicapés font recettes au cinéma en ce moment !!!), une histoire de violence et d’amour, de courage et d’espoir. Superbement filmé, décors magnifiques, acteurs justes, tous les ingrédients d’un grand succès populaire annoncé… et donc trop « beau » pour le Festival. Le syndrome du Grand Bleu a encore frappé !

Légère déception chez les américains, The Paperboy, Lawless, Mud même s’il y a un bémol pour Moonrise kingdom de Wes Anderson sauvé par son humour grinçant. Tous ces films sont dans la même veine, œuvres pas vraiment hollywoodiennes et bourrées de bonnes intentions… sauf qu’il leur manque ce soupçon iconoclaste, cette insouciance que s’autorisaient leurs glorieux aînés (Scorcese, Lucas, Spielberg, Coppola) en train de forger un style sur des histoires nouvelles pour une vague déferlante partie à la conquête des grands studios. Là, on trouve de belles histoires décalées, des acteurs et actrices performants, des cadres exotiques… mais cela ne suffit pas à nous faire sortir du cadre !

Voilà avec un peu de retard la dernière page du Festival du Film 2012. Belle édition avec énormément de films intéressants même s’il a manqué quelques bijoux aux côtés d’Amour de Michael Hanneke pour notre félicité. C’était mon dernier Festival en tant que Directeur de l’Evénementiel…  Alors vive le Festival 2013 et cette fois-ci, j’y arriverai à ma ligne de crête des 40 films ! Non mais !

Voir les commentaires

Festival du Film 2012 (1ére partie)

Publié le par Bernard Oheix

Il y a des années où la Palme d’Or semble naturelle, évidente, incontournable… C’est bien le cas en cette 65ème édition du Festival du Film, pour une année 2012 qui restera celle de mon dernier Festival officiel en tant que Directeur de l’Evénementiel. Un prix suprême pour Amour de Michael Haneke, une 2ème palme pour le réalisateur mais surtout, un hymne à l’amour pour Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant, un duo de comédiens sur le fil halluciné d’un crépuscule flamboyant. Il est regrettable qu’une Palme d’Or exclue toute autre reconnaissance car si jamais un Prix d’Interprétation pouvait être ordonné en cette année 2012, c’est bien à ces deux vieux revenus de tous les honneurs, de toutes les guerres qu’il pouvait être attribué.

Petite revue d’effectifs sur les films du monde qui viennent tenter leur chance sous les sunlights d’un mois de mai pourri par une pluie torrentielle.

Franchement, entre le G20 et le Festival du Film, quelle image donnons-nous de la Côte d’Azur avec ses parapluies ouverts qui ont tendance à prendre le pas sur les canotiers ensoleillés ?

L’objectif initial était de visionner 40 films… dont je dois avouer, à mon grand regret, qu’il ne fut pas tenu… La faute au temps, à quelques parties de rami corse, à la vague présence d’un bureau où il fallait bien parfois faire acte de présence, de quelques rendez-vous sur Nice et de la fatigue due à mon âge presque vénérable qui m’ôte désormais la capacité de dépasser 5 films par jour… On ne peut avoir été et perdurer…

 

Sur les 38 films vus, 14 provenaient de la Compétition, 9 d’un Certain Regard et 7 de la Quinzaine des Réalisateurs, les autres se répartissant dans des catégories annexes bien souvent passionnantes comme la Semaine de la Critique, le Cinéma des Antipodes, Visions Sociales… Et justement…

Les Voisins de Dieu un 1er film de Meni Yaesh, en est un bel exemple. Des jeunes intégristes juifs se battent pour faire respecter les préceptes d’un Dieu d’intransigeance tout en fumant des joints et en composant de la musique de transe… La rencontre avec une jeune juive délurée va bouleverser l’existence d’Avi et déséquilibrer son rapport aux autres et à la violence…

Monsieur Lazhar du Canadien Philippe Falardeau est un film magnifique et émouvant sur le déracinement et l’exil. Un enseignant algérien obtient un poste de remplacement dans un collège pour pallier l’absence de la précédente titulaire qui s’est suicidée dans sa classe. Les élèves et l’enseignant vont se découvrir et apprendre à s’aimer et à se respecter. C’est simple comme une belle tranche de vie d’êtres déchirés devant la beauté et la cruauté, la gentillesse et la méchanceté naturelle des enfants.

Petit bijou avec une perle de Nouvelle Zélande. L’Orateur de Tusi  Tamasese campe un nain marginalisé par sa taille mais dont la femme, elle-même bannie de son clan, est une  prêtresse étrange. A la mort de celle-ci, il va oser enfin affronter la nécessité de devenir un « orateur », un chef de village, pour récupérer le corps de sa femme volée par son ancien clan. C’est bouleversant, un des chocs de ce Festival, un film au cordeau de tous les sentiments, permettant à la laideur de devenir grâce, à la faiblesse de se transformer en force brute et au cinéma de devenir la vie réelle.

 

Pour ce qui est d’Un Certain Regard, l’autre versant de la sélection officielle, quelques perles : Les Bêtes du sud sauvage dont le réalisateur, Benh Zeitlin, sera récompensé de la Caméra d’Or (prix du premier film). Dans un lieu improbable, portion de terre immergée, quelques humains survivent et un père agonisant, tente d’insuffler la force à sa petite fille afin qu’elle lui survive. Beau et poignant, étrange et désordonné…

Les Chevaux de Dieu de Nabil Ayouch où comment cerner concrètement le basculement vers le terrorisme afin de devenir martyr et de gagner un paradis peuplé de vierges offertes. Tout ce que vous avez voulu savoir sur ces porteurs de ceintures explosives et que vous ne pouviez comprendre. Le rapport entre la misère sexuelle et la pauvreté menant vers le chaos intérieur. Un vrai film poignant, à la fois didactique et imagé sur le désespoir du monde et les grandes frustrations qui mènent vers le renoncement. C’est aussi un extraordinaire bréviaire sur les méthodes des fondamentalistes pour endoctriner les plus faibles et construire cette armée d’Allah qui doit nous indiquer les voies aux forceps de la rédemption.

 

Je n’étais pas fan du Mammouth de Délépine et Kerven. Aussi suis-je entré à reculons devant Le Grand soir pour rapidement laisser choir mes préventions. Il faut avouer que « Not », le plus vieux punk à chien d’Europe, interprété par Poelvoorde et Jean-Pierre (Albert Dupontel) son frère vendeur en literie licencié pour insuffisance de résultats, l’accompagnant sur les chemins de la dérive, en un duo de pieds cassés éperonnant le bon sens et le bon goût, ce n’est pas piqué des vers. Il y a du rythme, de la comédie, de l’émotion, énormément de dérision (Brigitte Fontaine en maman sculptant les frites !), un reflet cruel d’une société engoncée dans son conformisme et ses certitudes et bien sûr, de la tendresse pour ces pieds nickelés de toutes les frontières.

Deux films enfin pour cauchemarder. Aimer à perdre la raison de Joachim Lafosse ou Tahar Rahim fait des enfants à une Emilie Dequenne enfermée sous l’œil omniprésent du tuteur de son mari, (l’abominable Niels Arestrup !), jusqu’à perdre la notion du bien et du mal, entrer dans le cercle d’une dépression profonde et tuer ses enfants sans réussir à se suicider. Glaçant, déprimant, horrible et mystérieusement fascinant…

Quant à Después de Lucia, film mexicain de Michel Franco qui obtint le Prix « Un Certain regard », c’est tout simplement un chef-d’œuvre macabre, une plongée en apnée dans un monde de violence délétère et de soumission bestiale. La belle et jolie Alejandra vient de perdre sa mère Lucia et porte sa mort accidentelle comme un fardeau. Avec son père, elle déménage pour vivre à Mexico et intègre un lycée de la haute bourgeoisie. Elle va devenir, par un enchaînement de circonstances, un enfant martyr, le bouc émissaire, celle qui concentre toute la haine et les frustrations d’une bande d’adolescents où les valeurs de la vie sont relatives, les frontières de la permissivité rendues floues par les pulsions du sexe et de la drogue. Ridiculisée, avilie, violée sans qu’elle réagisse jusqu’à sa fuite mimant un suicide, déclenchant un horrible final, une vengeance ignoble de son père contre son tortionnaire en chef, en une séquence qui est un vrai viol de la morale !

Film nauséeux, par-delà le bien et le mal, film d’interrogations sur une société malade des valeurs d’humanité, filmé comme si c’était un dernier cri devant l’empire d’un mal qui ronge l’être humain !

Suite au prochain numéro…..

 

Voir les commentaires