Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Home Sweet Home !

Publié le par Bernard Oheix

 

Je n’ai jamais été un grand homme d’intérieur (sic) et en vieux libertaire soixante-huitard nostalgique, la propriété s’apparentant par trop au vol, me destinais à un régime de location permanente, quand, sous l’effet d’un ciel particulièrement heureux et d’une conjugaison d’astres au zénith, je me suis retrouvé possesseur d’une maison coquette avec jardin à La Bocca près de mon «rocher rouge», le rocher de Bernard, les pieds quasiment dans l’eau !

Béni suis-je !

Oui, c’est certain, mais encore faut-il l’entretenir cette maison au style si attachant et pouvoir y vivre en confort ! Et parfois, cela ressemble furieusement à une mission impossible et à une torture moderne.

 

Prenons la cuisine par exemple. 

A l’heure ou tout le monde se goberge de diners presque parfait et de Masters Chefs, où juste derrière les footballeurs et les starlettes, on compte une pléiade de «chefs» qui veulent nous inculquer la meilleur façon de faire un cassoulets aux olives ou des oeufs pochés aux champignons à grands renforts de recettes miracles et de petits trucs qui font des grands riens, moi quand j’y pénètre c’est pour manger le plus simplement du monde... et c’est pas gagné !

Par exemple, mon ami le micro ondes. Bien, efficace... mais quand les assiettes ovales ne peuvent y rentrer ou que les tasses de la grand mère à filet d’or provoquent un embrasement général. Même mon bol de café au lait le matin devient un problème. Pourquoi donc le contenant est-il toujours bouillant à s’en brûler les mains et le contenu à moitié froid ? Il y a là un vrai mystère dont j’aimerais lever le voile et un inventeur de génie ferait fortune à trouver une solution qui inverse le résultat. Un bol tiède avec du lait chaud...un rêve !

Dans la machine à laver la vaisselle, c’est le service si beau, jaune et bleu aux grands formats, qui bloque les pales, les couteaux ne coupent pas (même s’ils sont magnifiques), les petites cuillères se tordent quand on les plantent dans un pot de Haggen Dazs, les verres ont tendance à se dépareiller à grande allure en chutant comme un métronome sur le carrelage qui se soulève et la cuisinière refuse de s’allumer électriquement ce qui m’oblige à chercher les allumettes que l’on me cache en permanence...détails que tout cela certes, mais pour manger un boeuf qui a fait les champs de courses en hennissant ou des fruits qui n’ont aucun goût, des avocats durs comme de la pierre ou des légumes aux pesticides...c’est pas gagné !

 

C’est comme le jardin, c’est beau... en été, la tonnelle où l’on fait la sieste malgré les hordes de moustiques qui vous dévorent et les aboiements du chien du voisin qui n’a de cesse de se manifester des que vous fermez les yeux...couvrant les hurlements des sternes qui vous chient sur la gueule. Mais ces tonnes de feuilles, ces arbres à émonder, les sacs de détritus que l’on dépose subrepticement (on a pas le droit de les mettre au ramassage sur la voie publique) en un mille feuilles dans les bacs bleus que l’on sort mais pas avant 22 heures (une couche bonne, une mauvaise) en jouant au chat et à la souris avec les braves employés qui courent comme des dératés derrière leurs bennes pour vous refiler leur calendrier de merde à Noël que l’on rajoute à la poubelle (mais celle du papier, la jaune) car on fait le tri sélectif en bon citoyen, (pour le verre, il faut se rendre aux bacs verts au coin de la rue) ce qui nous oblige à avoir plein de conteneurs de couleurs différentes et des boîtes à piles usagées de partout...

 

Bon vous me direz, on peut toujours aller dormir. Mais expliquez-moi donc pourquoi les draps housse des lits ne sont jamais au format. Soit ils sont trop grands et fripent, ce qui est désagréable surtout en haute saison quand on transpire, soit ils sont trop petits et dès que vous vous couchez, les coins sautent et le drap, se replie pour friper de nouveau... ce qui est vraiment très désagréable, je vous le rappelle ! De toute façon, si les draps s’en mêlent, la couette, invariablement, est, ou trop chaude, ou trop froide.

Je passe sur la malédiction du mouton, où comment et pourquoi, une horde de poussières se déposent avec persévérance dans les coins et sous les plinthes les plus inaccessibles et recouvrent mes livres d’une couche sale qui a tendance à s’incruster et que je suis obligé de nettoyer avec un chiffon humide ce qui fait apparaître de la rouille sur les belles jaquettes de mon intégrale des Anticipation Fleuve Noir, vous savez, les couleurs délicieusement rétro des couvertures avec la fusée sur la tranche...

Bon, il y a aussi le sacro saint miroir dégotté à la brocante du mercredi à accrocher. Jamais le bon tournevis, la perceuse avec un forêt à géométrie variable et la cheville qui n’est jamais à la taille idoine. Ou la tringle à rideaux qui ne veut plus s’extirper de son support et que l’on arrache avec colère en manquant basculer de son escabeau branlant avant de la re-fixer sans pouvoir réussir à la mettre de niveau... Pourquoi donc le monde penche-t-il toujours d’un côté après une de mes opérations ?

Des satisfaction il y en a pourtant, le barbe-cue, dans le jardin quand il fait beau...quoique je n’ai jamais compris l’alchimie d’un feu. En bon fils de sapeur-pompier, je suis doué pour l’éteindre mais certainement pas pour l’allumer. Entre le bois qui ne prend pas et le papier tout feu tout flamme, je manque toujours de cendres et la viande finit carbonisée d’un côté et crue de l’autre ! Reste les joies de l’informatique et de la télé, reliés par une box capricieuse qui tente à chaque finale de la champions’s ligue de sauter, qui font apparaître des noirs intempestifs dans des films en couleurs ou transforment le visage de l’héroïne au moment du baiser final, en masque de Fu Man Chu !

Et quand épuisé par tant de contraintes, vous vous allongez sur votre canapé trop petit avec les pieds qui dépassent pour une sieste réparatrice, le téléphone sonne et une hôtesse d’un pays exotique écorchant votre nom, vous demande si vous voulez changer de pack téléphonique ou vous invite à la grande kermesse de l’habitat qui a lieu à deux pas de chez vous avec à gagner, une magnifique trousse à outils qui ne servira jamais puisque vous détestez le bricolage, la cuisine, le nettoyage, la lessive, le rangement et tout ce qui peut s’apparenter à une forme d’aliénation moderne !

 

Oui,finalement,  Proudhon avait bien raison... La propriété, c’est le viol ! Même si c’est vraiment agréable de pouvoir flemmarder chez soi, dans son home bien coquet et si propret... Quand les fées de la maison vous permettent de profiter pleinement de votre petit coin de paradis en croisant vos panards dans le confort de l’égoïsme !

 

PS : si vous avez des problèmes de bricolage, n’hésitez pas, vous connaissez mon numéro !


Voir les commentaires

Editorial du Suquet

Publié le par Bernard Oheix

Voilà en avant-première l'éditorial que j'ai composé sur les Nuits Musicales du Suquet dont je suis le Directeur Artistique.

J'espère que cela vous donnera l'envie de venir sur les remparts de l'Eglise, tout en haut de Cannes, dans une de ces nuits étoilées où l'on peut prendre conscience que le monde est beau, que la musique est belle et que les les sternes qui planent ent en piaillant dans l'azur de la scène ont bien de la chance.... 

Et pourquoi pas vous ?

 

Rêves d'ailleurs

 

Chaque édition d’un Festival est une aventure, chacune nous offre son lot de mystères, ses rendez-vous ratés compensés par ses heureuses conjugaisons, une étrange alchimie dont le résultat ne dépendra que de votre adhésion... ou pas !

La programmation idéale n’existe pas. Il n’y a que l’impérative nécessité d’offrir des moments magiques de rencontres, de découvertes, de plaisirs, de communions. Et de ce point de vue, juillet 2013 devrait vous permettre de rêver à nouveau, la tête si près des étoiles...

Que ce soit avec l’Orchestre Régional de Cannes PACA dirigé par Philippe Bender qui invite, sur les rives de la Méditerranée, à goûter la poésie et la musique d’Albert Camus, avec les mots si forts d’une Marthe Villalonga et d’un Daniel Mesguich en contrepoint...

Que ce soit dans cette rencontre si belle où l’histoire est convoquée, d’un affrontement célèbre, Mozart versus Salieri, que le premier par son génie écrasa à jamais... Mais qui est Salieri, quelle musique réelle sous ce nom que le vent de la défaite emporta ? nous la redécouvrirons, et nous nous apercevrons peut-être, ce sera à vous de le dire, que les notes de musique ne meurent jamais !

Où bien avec Cyprien Katsaris, dans un programme interactif que le public guidera, surprises et connivences, quand le génie au piano permet toutes les audaces et rompt la forme d’un concert classique pour lui donner une puissance et une force sans mesure.

Mais aussi la Sinfonia Flamenca dont le premier mouvement fut créé à Cannes il y a quelques années et que l’Orchestre de Toulon nous offrira enfin dans son intégralité en prolongement d’une fête espagnole où la musique et la danse seront à l’honneur.

Et encore, un clin d’œil au Festival de Pietrasanta dirigé par Michael Guttman, qui viendra accompagner le fantastique Boris Berezovsky et le quatuor... dans un programme dédié à la musique russe.

Et Mikis Theodorakis, un des artistes qui a jonglé en permanence entre le classique et le populaire. Du Cantique des cantiques au thème de Zorba le Grec, il n’y a que quelques pas aux sons d’un bouzouki qu’il franchit avec gourmandise.

Tout cela sans oublier les quatre concerts de 19h comme des perles serties dans l’écrin de la cour du Musée de la Castre. De jeunes talentueux solistes de la région (John Cage et Dorian Rambaud) à David Levy dans un programme Espagnol (encore et toujours l’Espagne si généreuse et fascinante), Riccardo Caramella ou quand la musique des petits flirte avec le plaisir des grands, pour finir avec Forabandit, une extraordinaire fusion entre la musique orientale et l’esprit des troubadours, produit d’une résidence d’artistes sur les nouvelles musiques traditionnelles, entre la mandole, le «baglama», un luth turc, et des percussions iraniennes pour l’enchantement d’une nuit saupoudrée de mystère.

Voilà, à vous désormais de vous inviter à ces rencontres, d’habiter cet art d’un bonheur fugace mais si réel, de rêver jusqu’à la naissance du monde, jusqu’au début du bonheur à l’unisson.

Et qui aurait imaginé qu’un fil étrange, celui de la Méditerranée se fraie un chemin à l’intérieur de ces propositions... De Chypre à Mikis, de Salieri au Festival de Pietrasanta, du Flamenco à cet Hommage à Albert Camus...

Parfois, l’histoire nous convoque bien malgré nous sur nos rives si belles !

 

Bernard Oheix


Voir les commentaires