Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mondial des Jeux Loto Québec. Année 2014

Publié le par Bernard Oheix

Depuis deux ans, je travaille sur Montréal avec l’espoir fou de créer une manifestation nouvelle autour du monde des jeux. Pour moi, qui ai géré pendant 15 ans le Festival International des Jeux de Cannes, la référence absolue en la matière, ce serait un formidable pied de nez à l’histoire que d’ouvrir un nouveau front au Québec et de réussir cette entreprise sous l’aile de Gilbert Rozon, le patron charismatique de Juste pour Rire.

Tout avait commencé par un coup de fil au mois de septembre 2012, au tout début de ma retraite dorée !

-Bernard, tu te crois en vacances ! Tu te dores au soleil alors que tu es mon directeur du Festival des Jeux et que tu ne le sais même pas ? Allez, monte à Paris, il faut que l’on parle !

Et pour être sincère, ce que Gilbert R veut... !

J’ai connu Gilbert à l’aube du nouveau millénaire, à la Bourse Rideau, un marché du spectacle vivant qui se déroulait à Québec, en février, où j’étais invité régulièrement car je programmais fréquemment nos cousins de la Belle Province. Cette année-là, la Bourse coïncidait avec le Carnaval de Québec ! Imaginez ! Beauté des femmes à moitié nues sur des traineaux dérapant sur la neige par - 30°, fanfare aux doigts gourds, sculptures dans la glace formant des structures fantasmagoriques que seule la chaleur future du printemps viendraient renvoyer au néant !

Mais s’il faisait un froid polaire pour les acteurs du Carnaval, nous les spectateurs le partagions en buvant dans de grandes cornes un vin chaud âpre à déboucher tous nos calculs intérieurs et à chasser les démons du grand froid !

Comme souvent dans ce type de situation, on sympathise, on parle, on crée de l’illusion en se dévoilant. L’homme a mes côtés était sympathique en diable, doté d’un humour corrosif à dégeler les plus coincés, ce qui dans la situation de ce Carnaval par moins 30° n’était pas pour me déplaire !

Comme souvent avec des inconnus, on se livre sans affectation, on joue une partition où, sous couvert de se dérober, on en dévoile beaucoup plus sur soi-même que dans bien des réunions sérieuses à souhaits !

Et il faut dire qu’il m’attirait le bougre, et je ne parle pas de sexe, vous l’avez bien compris !

Il était en pleine ascension vers son apogée pour devenir un des hommes les plus influents de «l’entertainment» et le québécois le plus populaire de la planète en dehors de René, le mari de Céline Dion. J’avais mon bâton de maréchal avec la direction de l’Evénementiel de la Ville de Cannes, je ne demandais rien à personne, il n’avait rien à m’offrir, nous pouvions tomber en amitié !

Peut-on être ami avec un homme qui côtoie la moitié de la planète spectacle... certes pas ! Mais je pressentais qu’il avait une certaine estime pour moi, que je devais l’amuser. Magie de la rencontre !

Dans ces bribes de discours qui s’échappaient dans la tentative de briser la glace (à noter cette image pertinente par moins 30°... Qui es-tu ? Que fais-tu ?), on se lâche quelque peu et dans mon explication de textes (les festivals, la danse, la pyrotechnie, les saisons d’été et d’hiver, les 120 jours spectacles annuels, mon argumentaire bien rodé et maîtrisé à la perfection), j’en vins à lui parler du Festival des Jeux... Et là, j’ai vu son oeil s’allumer, la machine Rozon se mettre en route, l’insight du singe savant jaillir et mon nouveau pote, quinze jours après débarquait sur Cannes avec une délégation pour comprendre ce qu’était ce Festival des Jeux si bien vendu par cet olibrius de sudiste un soir de glace éternelle !

Têtes ahuries devant les 800 scrabbleurs sagement alignés, les 500 bridgeurs, les centaines joueurs de belote et de tarot... Effarement à voir se précipiter des hordes de familles vers le salon des jeux et remplir le Palais des Festivals de bruits et de passion !

Malgré quelques fausses notes, (ce fut l’année de ma plus mauvaise cérémonie de remise des As d’Or, exilée au Palm-Beach avec 3 cacahouètes et un verre de champagne frelaté en agapes), Gilbert Rozon, en homme d’affaires avisé, à son retour sur ses terres, décida d’ouvrir dans son Festival Juste pour Rire, la plus grande manifestation au monde d’humour, un secteur d’animation dans la rue sur le thème du jeu.

Avec des hauts et des bas, depuis 2001, Juste pour Jouer existe et montre à l’évidence que ce secteur est un vraie vecteur d’animations. Pourtant, il manquait un véritable projet, une stratégie de développement qui s’inscrive dans le temps, une équipe compétente... et c’était ce que Gilbert Rozon me proposait en ce septembre 2012 dans son loft Parisien «cosy», entre deux verres d’un bon vin et deux tranches de rire : l’aider enfin à accoucher de ce Festival qu’il dessinait dans ses rêves, qu’il percevait comme un élément capable de confirmer sa stratégie de développement et de renouvellement perpétuel.

Je suis venu faire un audit en novembre 2012 et il m’a reçu avec amitié et sympathie. Nous avons conclu un accord pour fonder ce festival des Jeux avec un objectif à 3 ans, l’idée étant de se positionner comme une des manifestations phares du monde du jeu en 2017, année de la célébration du 375ème anniversaire de la fondation de Montréal dont il est un des commissaires chargés des festivités.

Las ! Le monde n’est pas toujours un fleuve tranquille et l’édition 2013 s’avéra comme une catastrophe. Confiée à une équipe extérieure, coincée entre des dossiers complexes, sans soutien politique, dans la jungle d’une logique de «business» où les chiffres doivent parler avant même d’être émis, le produit «Juste Pour Jouer» 2013, malgré la bonne volonté de certains, s’effondra comme un château de cartes ! Mais je l’en avais averti et j’avais pressenti l’impasse dans lequel se trouvait cette manifestation dès le printemps.

Une nouvelle fois, Gilbert Rozon fit preuve de ce sens inné des affaires qui est le sien, de sa capacité à entrevoir les lignes de fractures et de réagir dans la foulée en inventant des réponses adaptées!

Pendant l’édition 2013, il me demanda de lui présenter en détail l’opération telle que je la voyais, me fit rencontrer un de ses poulains pour prendre en charge les destinées du Festival, accepta de constituer une équipe (réduite certes...) et la machine fut (enfin) lancée.

Arman Afkhami, le producteur est un perse francophone multi cartes, attachant en diable, un chien fou héritant à moins de 30 ans d’un dossier porteur d’avenir. Il a un bagout incroyable, vendrait de la glace à des Inuits et sait driver une équipe et rêver debout. Son adjoint, Guillaume Degré-Timmons est encore plus jeune et accède au rang envié de porteur de projet, s’occupant de la conception et du suivi, véritable doublure opérant sur tous les fronts. A ses deux permanents soudés, on peut rajouter une assistante débarquant au printemps, Wacim, un responsable des réseaux sociaux quasiment bénévole, colosse débonnaire au sourire charmeur, toujours prêt a aider et bourré de compétences, et une stagiaire Française non-payée redoutable d’efficacité drivant une horde de bénévoles avec doigté !

Si on me rajoute comme consultant, voilà l’équipe gagnante de pieds cassés en train de marquer l’histoire de la Ville de Montréal où les festivals et spectacles éclosent en été comme les fleurs au printemps.

Mais c’était sans compter sans Francis Gagnon de Socio-jeux, un passionné passionnant perdu dans un monde de jeux, sans l’équipe d’un Bar à jeux atypique, le Randolph, sans un président d’une Fédération d’Echecs osant postuler pour le Mondial des Jeunes en 2017, les responsable de Cyber’Activ aux projets ambitieux, sans tous ces bénévoles et ces soutiens spontanés qu’une société où la méritocratie existe sait générer, et sans tous ceux qui oeuvrent depuis des années dans cette mini-industrie et qui me font l’honneur et le plaisir de penser que j’apporte un vent nouveau à cette manifestation en train de naître.

Car après bien des vicissitudes, des périodes de doutes et des atermoiements, deux séjours à Montréal à l’automne et à l’hiver, la venue à Cannes d’Arman et de Guillaume, le soutien indéfectible de Gilbert Rozon et de ses principaux cadres de Juste Pour Rire (Alain Cousineau et Marc Tremblay) ont permis in-extrémis à la situation de se décanter et au Mondial des Jeux loto Québec d’ouvrir en ce 12 juillet, dans les flonflons de la fête et un air de succès plane autour du Mondial des Jeux loto Québec.

Il faudra bien sûr le confirmer tout au long des 15 jours qui viennent mais d’ores et déjà, cette première marche tant redoutée est franchie.

On peut le dire désormais, Le Mondial des Jeux existe, il est né un 12 juillet 2014 à Montréal, c’est un bébé en pleine forme, qui pète le feu, nourrit à la «poutine» de caribou, dans la passion d’une bande de jeunes qu’aucunes limites n’effraient, apte à construire un avenir doré et a dessiner pour les années à venir, un monde où jouer pourrait bien être un moyen de construire leur propre avenir !

Et moi, j’observe et je suis heureux, ils me rendent un peu de ma jeunesse et de mes rêves envolés, ils me permettent d’être encore en vie et d’espérer !

Gilbert Rozon et Bernard Oheix pendant l'inauguration du MDJ... Life is beautiful, life is a festival !

Gilbert Rozon et Bernard Oheix pendant l'inauguration du MDJ... Life is beautiful, life is a festival !

Commenter cet article

Gobin 14/07/2014 16:16

Félicitation à l'heureux papa !